La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 27 mars 2019

" Traces  "   pour K.Marty




à Guy Allix, mon frère en poésie.


Le silence est sans doute la plus belle des expressions
quand il est sincère et respectueux.
Roger Dautas


Car nul ne sait, ni le jour ni l'heure...

Crucugno, terre sacrée de mes ancêtres. Il fait très chaud au cœur de cet été celte. Les fougères sont au plein sous les pins maritimes. L'eau a baissé dans les mares. Certes, suffisamment remplies pour tenir leur rôle d'interface entre le monde des vivants et celui des morts.
Le courage n'est plus simplement dans les mots et que sont-ils si nous les écrivons en pesant le contraire. Aucun dogme,aucune croyance ésotérique, aucune promesse n'a de valeur si tu triches avec toi-même, mon amie. Tu ne peux plus donner le change au bord du gouffre, mais tu peux encore te faire peur avec tes paradis perdus et et pseudo visions.
La mort s'affronte et se respecte. c'est une réalité. Nous sommes faits de ceux qui nous ont précédé et non de pensées éthérées et futile que ce monde égotique nous transfuse.
Résister, en dehors du mot, a un sens. Résister à soi-même est un exercice que je pratique.
Les bois de Crucugno et alentours, ont gardé en leur sein, des quantités incroyables de mégalithes, d'une beauté absolue sous la frondaison.
Lieu sacré de sépulture, lieu de prière agnostique, d'introspection, nous marchons ici, avec respect sur nos morts. C'est, en ce jour d'été un lieu solennel où je vais pratiquer le land art comme un religieux dirait une messe.
La marche d'approche m'a déplacé, géographiquement, mais aussi,décalé dans mon corps. Je ressens pleinement, l'été, intérieurement. La sueur sale mes joues et abreuve mes lèvres. Tous mes en alerte, j'observe chaque mouvement, chaque transformation à ma portée. Je suis, vivant dans le vivant. Saisi par l’émotion, j'entre dans ce champ de menhirs. Je m’arrête, les touche, les caresse, leur parle. Geste chamanique ? Sans doute. La réponse vient vite. Mon émotion va pouvoir s'incarne in situ, très spontanément et vivre un effet feedback immédiat. C'est très fort.
Ce lieu est un champ magnétique qui me porte, ailleurs, les pieds ancrés dans le sol.
Je photographie mon travail, pour la trace. Envie de la montrer, cette humble trace, de la partager, avec mon alter ego, qu'il s''exprime ou non. Le silence est sans doute la plus belle des expressions quand il est sincère et respectueux.
Mon esprit s’envole à nouveau, rejoint un vol de sternes. Je revois l'île de Stuhan, le tombolo, des pas humains, une histoire gravée dans la mémoire des sable d'or. beaucoup de marées,de vent et d'eau,sur cette histoire, et puis ces mémoires enfouies que nul n'effacera;
J’aime cette île. Je deviens une île. Je suis cette île aux portes de Mor Braz quand la mort me cerne.
Je n'ai jamais eu autant envie de vivre depuis que je suis dans la dernière ligne droite qui m'amène vers une opération du cœur, à haut risque.
Un poignée de jours, à vivre intensément, dans l'amour.

Roger Dautais
En terre Celte, le 27 mars 2019, en fin de  nuit.

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
htp://rogerdautais.blogspot.com/

" Traces " pour k .Marty.

Crucugno
Morbihan - Bretagne

13 commentaires:

  1. Dautas, connais pas, j'aurais du mettre mon vrai nom Dautais !

    RépondreSupprimer
  2. Laisser sa trace sur le site des Mégalithes d'Erdeven où j'ai du laisser la mienne avec mes pas sur le sentier de randonnée.
    L'âme celte se sent en accord avec l'environnement
    http://oceanique.eklablog.com/mes-voyages-c18607810/57
    Je me permet
    Belle journée
    Je t'embrasse
    Océanique fille du vent et de l'océan ancrée dans la terre bretonne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Océanique
      Merci très chère amie. Ta dernière phrase te décris telle que je te ressens. Magnifique voyageuse du monde que j'aime et respecte. Je t'embrase très fort.
      Roger

      Supprimer
  3. Demeure encore un peu,
    Toi, l’ami d’un hasard,
    Ce soir, vers d’autres lieux,
    S’en iront nos regards.
    Ton voyage est sans fin,
    Dans ce jour qui te prend.
    Ton empreinte en chemin
    S'inscrira dans le temps...
    Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie,
      Tu me fais frissonner.
      Beaucoup de gens écrivent de la poésie,peu atteignent le chemin du cœur, perdus dans des circonvolutions inutiles et sèches.
      J'aime être branché( c'est le moment de l'écrire avec ce qui m'attend) de cœur à cœur. La à se trouve l'amour, le sentiment, le lien, le reste ne conte pas. Je suis très touché par ton poème. Je vais le recopier et l'emmener sur moi, à l’hôpital.
      Je t'embrasse très fort.
      Roger

      Supprimer
    2. J'espère qu'il te portera bonheur...

      Supprimer
  4. Bonjour Roger .. Tres jolie.. Salutations de Madrid :-)))
    Ana

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Minguez Corella.
      Chère Ana, quel plaisir de te lire ici. Je passe moins de temps sur les blogs(car j'ai de très gros ennuis de santé ) et donc sur le tien,animalier et de qualité, mais je ne t'ai pas oublié. Tu es une femme très sympathique.
      Je t’embrasse fort.
      Roger

      Supprimer
  5. très touchée par cette trace Roger au milieu du silence,
    au pied de cette grosse pierre à visage humain !
    un jour j'irai me ressourcer dans ce lieu mystérieux !
    Nous sommes nombreux à t'accompagner dans cette dernière
    ligne droite avant l'opération !
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marty, Merci chère Marty.
      J’imaginai que ce lieu t'attirerai. Moins connu que Carnac, la commune de Crucugno rassemble de grandes quantités de dolmens et menhirs, dans un cadre arboré, exceptionnel. J'ai rencontré ma chirurgienne et mon anesthésiste, hier à Rennes. L'opération est plus que d'actualité, car mon état actuel me fait courir de grands risques. Sans cette opération de la dernière chance, je ne pourrais envisage de vivre longtemps. Encore quelques semaines de suspens.
      J'espère avoir un peu de chance et de continuer à discuter avec toi, ici, chère Marty.
      Je t'embrasse très fort.
      Roger

      Supprimer
  6. Que j'ai de souvenirs de ce lieu !
    Celui avec lequel je l'ai découvert a depuis rejoint le vent et la lumière.
    Les pierres seules demeurent.
    Et, tant que je vis, la mémoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne Le Maître
      Nous portons tous en nous, une mémoire universelle, qui dort en nous. Appelons-le l'inconscient collectif. Il s’agit bien de l'histoire de l' humanité dont nous sommes les maillons de la chaîne. Je vis sur une terre sacrée, comparable à celle des indiens. Mais ici, comme ailleurs, ce n'est pas le propos qui domine. La masse des gens, de cette société égotique, a perdu le sens du sacré préférant adorer le veau d'or courir la mode, arracher le dernier I phone dans les ventes flash, consommer toujours plus le plaisir à la seconde, en en avoir un autre, immédiatement, totalement insatisfaits de leur avoir.
      Ainsi,ces lieux qui devraient être déjà classée au patrimoine mondial de l'Unesco, ne le sont pas. D'abord les huitres ! Je les aime bien, ces huitres bretonnes, mais quand même. Je ne demande pas une foule de curieux qui les dégraderait, mais une reconnaissance de ce que représentent ces endroits mystiques, tout aussi beaux que les grands alignements de Carnac.
      A l'heure actuelle, tout ce qui n'est pas grand, jeune, riche, beau, clinquant, à la mode,est laissé de côté, un peu comme les vieux dont je fais partie.
      Passionné par le magnétismes des pierres et de l'eau, mon grand-père était sourcier et guérisseur, j'ai, au contact de ces menhirs, ds sensations que je n'ai nulle part ailleurs. Pour moi, entre les vivants et les morts, existe un passage possible pour le dialogue et c'est ce qui fait la qualité des ces grandes rencontres, ici.
      Je vous embrasse.
      Roger

      Supprimer
  7. this place makes me quiet. the silence fills.

    RépondreSupprimer

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.