La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

dimanche 5 mai 2019

Aux Anges du Sal  : pour Marty

Shirin Yoku  :  pour Odile

Mandala :  pour Marie-Josée Christien



Le rossignol chante  mieux dans la solitude des nuits qu'à la fenêtre des rois
P.Lorain



  Grand garage blanc
Hopital de Rennes-Pontachaillou
service de chirurgie cardiaque



Au Docteur Marie Aymami

Fenêtres sur cour

Fenêtre n°1
Au paradis, tes yeux seront toujours
un camaïeu de Lapis Lazulite.

Fenêtre n°2
Ni  ombre  ni  lumière, saumon  frétillant, mange  mon corps exsangue qui descend la rivière. Emmène-moi  mourir  loin d'ici, sur les  pierriers qui scintillent sous la  lune. J'espère  un exil définitif  dans ce voyage morphinique.

 Fenêtre n°3
Tu me crois un géant, je ne suis que  poussière d'étoile dans ton  œil. Je t'aveugle et tu cries au soleil de se rallumer. Je suis ta nuit, debout, tes  insomnies, tes étoiles.
Réveille-toi amie, je veille, mais pas  pour  longtemps. L'opium brûle mes veines.

Fenêtre n°4
Parfois, je me perds dans le temps qui  passe. Le brumes de  Ganja, crament mes poumons Le temps tourne toujours dans le même sens. Il finit par  m'emporter aux portes de  l’indicible. J'oublie les  mots, les remplace par des  pierres. Ici, je suis vraiment  moi-même, au cour de la nature dont je fais  intimement partie. Les  pierres me regardent, je suis des  leurs.

Faire remonter le rêve qui vit en  moi, à la surface. Apprendre à vivre libre avec soi, loin des  injonctions.

Fenêtre n° 5
Fermée, définitivement. Donne sur le vide.

Fenêtre n° 6
Entouré de personnes qui savent exactement ce qu'est la vie, je sais combien ils se trompent. La vie est tout sauf un état stable et prévisible. La vie est  mouvement, surprise, changement;  mutation, mais elle avance toujours dans le  même sens. Elle nous  impose  l'entropie.
Elle danse, Marie-Jeane, dans sa blouse blanche. Elle  pique. Elle chasse la douleur. Je suis A-Morphe.

Fenêtre n°7
Lorsque le soir tombe, j'ai envie de lui téléphoner, de savoir comment  il va. J'ai envie de l'inviter  à la maison, d'oublier  mon enfance, de lui raconter ma  journée, d'écouter ses  histoires de guerre,  mille fois entendues. Parfois, je  l'appelle : Papa.
Alors,  il se tient  muet, près de  moi, bien qu'il soit  mort en Janvier 2010.


Roger Dautais



Le 9 avril, je subissais  une opération à cœur ouvert. Ceci demanda  une  prise en charge de ma douleur, par la morphine. Après les 4 jours de réanimation, je décidais de profiter des modifications de  conscience , dues  à ce  produit. Je me retrouvais 40 ans en arrière,sur la route des paradis artificiels. J'ai pris des  notes et me suis mis en écriture pendant 19 jours. Cette période d'inspiration particulière a transformé  mon écriture.


 LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com/

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.