La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

samedi 30 mars 2019

La déclaration d'amour   :  à Marie-Claude, femme aimée





« J’ai fait un rêve dans lequel les femmes, toutes les femmes gardent la tête haute, dans lequel les femmes travaillent, des femmes dans le regard desquelles on ne trouve plus ni la peur, ni la défaite, ni l’humiliation »
May Ziadé


à Barbara Young
Si l'heureux hasard fait de toi, l’être aimée et que cet amour, te bouleverses, t'ébranle jusqu'au tréfonds, jusqu'à l'essence de ton être, ne te plains pas. Contente toi d'aimer passionnément en retour. Lorsque ce feu sera éteint, va, reprends ton chemin de vie et parle de l' Amour autour de toi.
Roger Dautais


L'amour ne donne rien que lui-même et il ne prend rien que de lui-même.
L'amour ne possède ni ne peut être possédé, car l' amour suffit à l'amour.
Khalil Gibran



à May Ziadé

.../ - et après ça ? quelle drôle de question, Madame. J'ai si souvent l'impression, le sentiment qu'après ça, comme vous le dites si bien, que cette pierre sera la dernière posée en équilibre, qu'il n'y aura plus rien à suivre. Pas d'envie de me projeter dans le futur, simplement celle de partager l'instant. Vous saisissez ce que je veux dire ?
Elle m'écoutait en fixant l'océan.
- J'en serai arrivé ainsi à la conclusion avec la simple envie d'aller contempler la nature, avant de disparaître.

Elle s'éloigna de quelques pas, ramassa un galet qu'elle jeta à la mer. Le clapot des vagues éteignit l'onde naissante.
Les prémisses de l’hiver s'installaient doucement dans mon esprit. Nous allions vers un changement de saison. Les lumières de ma Bretagne se mettaient au diapason. Perchés sur les rochers, nous partagions un silence de plus, face à l'immensité de l'océan.
A chacun sa solitude, la belle, la respectueuse, celle qui ne pèse pas et procure d'avantages de plaisir, n'étant volé à personne.

- J'aimerais me mettre pieds nus et aller dans cette mare, me dit-elle..
Je la laissais faire et vis sur son jeune visage, le saisissement du froid jusque dans ses traits . Elle ne broncha pas.

Il fallait être en connexion à chaque instant, avec la côte des frères de gravage, et le grand large des hauturiers pour ressentir ce magnétisme bleu-vert des vagues sèches qui claquaient le rocher comme le simoun en plein désert.
Chaque vibration ressentie par mon être, chaque paquet d'embruns me transformait en océan.
Elle s'était éloignée et repris, dans le vent, sa promenade sur le chemin des douaniers. Je ne sus jamais si j'avais vraiment répondu à sa question. J'avais simplement gardé en mémoire, la couleur de ses yeux clairs.
. Roger Dautais
Dernière ligne droite . Au cœur de ma nuit d'insomnies.

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
htp://rogerdautais.blogspot.com/

Photo  : création land art de Roger Dautais
" La déclaration d'amour " à Marie-Claude, femme aimée.
Côte sauvage - Morbihan - Bretagne - 2014

*

à quelques jours d'une opération du cœur, très risquée, je préfère régler quelques détails me concernant, n'obligeant personne à le faire. Cela évitera beaucoup d'erreurs.
Les doigts d'une seule main sont suffisant pour compter mes vrais amis, en ce moment. C'est très bien ainsi.

Autodidacte, je n'ai jamais demandé à qui que ce soit, la permission d'écrire ou de pratiquer l'art comme mode de vie.. Les reproches sont venus de là.
Je me félicite de n'avoir jamais été de cette coterie . J'ai gardé ma liberté.
Loin d'eux, de leurs conseils, j'ai connu de grandes joies dans la création et fait de très belles rencontres humaines.
Sans eux, je suis devenu art -thérapeute,, reçu beaucoup de personnes malades et souffrantes dans mes ateliers, appris beaucoup de ce monde marginal, prisonnier ou non..
Je ne crois plus à la fratrie auto-proclamée. Je ne cherche ni un Dieu, ni un Maître.
Roger Dautais
31 mars 2019, en Bretagne

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.