La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

jeudi 14 février 2019

Ajouter une légende

Aux passantes insomniaques et souffrantes.

cet extrait de journaux Indiens d'Allen Ginsberg

Livre acheté pour moi, par mon amie Maria Elena de Uloa Flozé, l'Obsidienne des Marges, à la librairie des hommes célèbres. Nous parcourions alors,Paris, la nuit, à pied, à la recherche d'un bonheur perdu.

20 mars 1963
Marchant le soir sur la route d'asphalte
du campus à côté de l'Assistant allemand à lunettes
W.C. William est mort, dit-il,avec un accent
sous les arbres à Bénarès; Je m'arrêtais et demandai William est mort ? Enthousiaste et et yeux grands ouverts sous la Grande Ourse. Debout sur le perron du bungalow de l'annexe de la Maison Internationale
insectes bourdonnants autour de l'ampoule électrique
en train de lire la rubrique nécrologique dans Times.
" dehors, parmi les moineaux derrière les volets"
William est dans la Grande Ourse. Il n'est pas mort
puisque de nombreuses pages de mots combinés vibrent de ses intonations la bouche des humbles gosses, devenant subtil, même au Bengale.
Allen Ginsberg

Un certain nombre de mes amis,sont morts jeunes pour avoir approché les paradis artificiels. J'ai eu la chance d'échapper à cette mort affreuse. Je ne les juge pas. Ils ont aussi rejoint les étoiles, Orion,Alpha de Cephaé, les pléiades, la Grande Ourse, si près de moi. Un seul regard suffit à les rejoindre, avant d'y habiter très bientôt.
Si les hommes passaient moins de temps à juger, et je le fais aussi, consacrant plus de temps à aimer, le monde irait beaucoup mieux.
Belle fin de nuit.
Roger
Pour Ariane Callot



Aux passantes, mes nuits d'insomnie.

à Marie-Claude, femme aimée.

Si je dessine depuis 60 ans, dans la plus absolue indifférence, croyez-vous que ce soit par pure imbécillité, ou bien pour cultiver ce don de gratuité, reçu de mon père, +...
sous ses coups ?


à Maria Elena de Uloa Flozé

Je n'ai plus l'âge de parcourir les rues de St Germain des Prés, aux bras de l'Obsidienne des Marges, géniale chanteuse de samba, junkie brésilienne qui me fit connaître GInsberg, et ses journaux Indiens en 1980. ni celui de me perdre en Ganja. Quoique, croisée, il y a très peu de temps.
Je n'ai plus l'âge de l'Ivresse puisque la dernière remonte déjà à quelques jours.
Une erreur,sans doute.
Je n'ai plus l'âge d'espérer l'amour, mais l'Amour me possède. Je n'ai plus l'âge de quitter mon aimée qui chemine à mes côtés depuis 1967, et pourtant, je ne suis qu'un homme.

Pour Marjolaine,

Je n'ai plus l'âge de vivre en silence et pourtant je l’honore, encore, hier,de mes collages, dans la cabane des Silences en Ria, au Bono.

Je n'ai plus l'âge de vivre et de souffrir chaque jour du dos, quand un chirurgien m'opéra de la colonne vertébrale, me donnait 4 jours pour me remettre, et que,16 mois après, ce n'est toujours pas le cas.


Je n'ai plus l'âge de lancer des projets artistiques et pourtant,en Avril 2019, ce sera fait sur quelques îles du Golfe du Morbihan;

à Thérèse...+

Je n'ai plus l'âge de parler d'art Thérapie avec mon film LA MEMOIRE AMNESIQUE et pourtant, je vais le présenter en Bretagne,dans quelques semaines.
Si l'on ne m'avait ouvert les yeux, que serais-je sinon, un petit vermisseau rampant. Alors, mes nuits de souffrance, je les consacre à la lecture, à la musique, à la méditation, au dessin, au land art et tout en vrac.

à Sophie

Vos jugements ne m’atteignent pas.
Je suis ailleurs.
Je suis étranger,
mais je vous aime, passantes, en Ria, lorsque vous m'y rejoignez.

Roger Dautais
Digressions nocturnes
Nuit du 14 au 15 février 2019

Je pourrai dédicacer ce dessin au chirurgien, le Docteur Missoury qui m'a
sauvé du fauteuil roulant et offert ces nuits d'insomnie, probablement pour que je retrouve cette passion d'illustrateur que je fus, il y a de nombreuses années. Ce dessin est très récent et post-opératoire.
Roger Dautais

Cette légende , ci-dessus, accompagne un dessin différent posté aujourd'hui sur GOOGLE +
Je devance ceux qui me disent à côté de mes pompes, chaque jour, pour expliquer, que ce dessin, est aussi de moi et post-opératoire. Il a aussi sa place ici, puisque j'en ai décidé ainsi. Il est dédicacé à une femme , que je considère,en tout respect, comme une belle personne, une belle âme., Ariane Callot. Elle anime un blog remarquable sous le pseudo d'ARIAGA.


Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.