La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

Un voyage étonnant au cœur du land Art

dimanche 9 décembre 2018

cairn de l'embarquement : pour Rick Forrestal 

Présences...

Ce n'est pas facile d'appartenir à la foule des anonymes et c'est pourtant là que tout se révèle. A force d'approcher l'évidence d'une disparition certaine, à force de me tenir en marge du bruit des foules, j'ai retrouvé cette liberté de mon enfance rebelle.
Si je capte une belle lumière, je la partage avec le paysage, ou, avec l'oiseau de passage. J'aime voir au-delà de ce ce que ma vue propose. Sans émotions, pas de basculement, pas de passage de la ligne, pas d’éblouissements ni de frissons possibles.
Les présences ne peuvent s'expliquer ni se fabriquer. Elles sont la preuve du lâcher-prise, de la vraie connexion avec les forces vives de la nature. Aucune pierre n'est muette, chaque conteur le sait. Parfois, se tiennent-elles dans la retenue, mais c'est tout. Chaque pierre reçoit, contient et transmet sa part d'univers à qui sait l'approcher, l'écouter. Ainsi, l'outre monde peut-il être contacté de cette façon et de mille autres encore.
Roger Dautais
Landartiste.
Notes de land art pour la Route 75

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com/

Photo : création land art de Roger Dautais
" Cairn de l'embarquement " pour Rick Forrestal

Presqu'île de Locoal-Mendon
Morbihan - Bretagne

vendredi 7 décembre 2018

A Cabu,Wolinsky, Charb, Tignous et autres journalistes assassinés.
 
Je suis ( toujours ) Charlie

.../  " La spirale Charlie est présente,sur cette dernière page de l'année crée en Janvier 2015 pour ne pas oublier cette date du mercredi 7 janvier : le massacre perpétré dans les locaux de Charlie-Hebdo: Charb, Cabu, Wolinski,Tignous et tous leurs amis. Les ranger dans l'armoire des oubliés, serait trop cruel  ".../

Depuis quelques semaine, la France vit des événement qui remettent en cause notre société. La liberté est menacée et nul ne sait ce qu'il en adviendra, après la journée de demain. Mes amis de Charlie Hebdo, ont payé de leur vie d'être des femmes et des hommes libres d'exprimer leurs opinions.
Nous sommes beaucoup, attachés à cette liberté d'expression, et je voudrais pas qu'ils soient morts pour rien. A eux, cette spirale de sable, gravée sur une plage bretonne, le 8 Janvier 2015, toute la France était descendue dans la rue, pour honorer les victimes du massacre de Charlie Hebdo ( 7-O1-15 ) pour défendre la liberté.
Demain, c'est aussi la liberté de s'exprimer qui sera réclamée. Nous revendiquerons aussi , dans la rue, pour obtenir des conditions de vie décentes et plus justement réparties.
Roger Dautais

mercredi 5 décembre 2018

Salutation au soleil   :  pour Marjolaine Cassiaux


Chacun est l'océan des terres de sa soif.
Bernard Jakobiak



Retour aux sept îles, sous un soleil généreux. Je continue l'exploration des lieux et je pense à ces vers de Xavier Grall qui me sont parvenus d'une artiste bretonne :
" Viens en cette Bretagne ancienne /Je plaide pour l'homme nouveau /Je chante la route, le cercle, la danse /Je dis le retour de la fraternité".

Après ceci, je ne peux me tromper de geste. Les pierres s'accoupleront au chêne mort, les sables serviront de linceul aux vaines pensées car l'enfouissement des souvenirs demande beaucoup de précautions si l'on veut, en même temps, garder une chance de les retrouver. La mémoire s'ensauvage et se rebelle lorsque l'âge s'impose dans la dernière ligne droite. Garder un peu d'images pour nourrir mes racines avant la bascule fatale. Les cairns montent, issus de la terre. Il faut assurer leur langage. La maladresse d'un mot, d'une pierre mal posée,une bousculade, un retard et voilà l'oubli qui règne en maître aux Sept Îles et nous ressert des plats vides et froids. On n'invite pas les morts aux festins virtuels, ils n'aiment pas ça. La mer est froide, l’exercice périlleux. La solitude habitée des vers de Grall n'est pas là pour arranger les choses. Aucune thérapie ne peut l'éradiquer. La progression se fera entre les hauts murs de la mémoire, les cris entendus, les cadavres rigides et bleus. Les descentes aux enfers tatouent le cœur de stigmates aux fers rouges. Puisqu'il faut se perdre offrons au soleil les dernières pierres froides. Qu'il les transforme en or au regard de l'enfant qui partagera sa joie avec son père.
Ici tout est permis puisque l'esprit divague et se laisse enchanter par la poésie des lieux. Aux rides profondes d'une pierre plate, j'ai osé ajouter quelques couleurs vives et les chemins de traverse m'ont emmenés jusqu'au bout de la nuit, danser au Sabbath du Mont d'Etemclin, en attendant le solstice d'hiver.

Roger Dautais
Notes de land art pour la Route 75

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com

Photo : création land art de Roger Dautais
" Salutation au soleil " pour Marjolaine Cassiaux

Les Sept Îles - Golfe du Morbihan
Bretagne Sud


*


JE RETIENS LE CHEMIN

Je retiens le chemin
de rencontre et d'énigme,
la nuit et le parcours
des terres labourées
dont l'attente et la paix
sous la houle des neiges

Cet hiver qu'on traverse
où l'eau se fait murmure
pour donner au chemin
de la femme amoureuse,


Bernard JAKOBIAK

dimanche 2 décembre 2018

pour Esther Tellermann



Journée grise, pluvieuse et mélancolique. Je souffre du dos, à nouveau mais je suis sorti au devant de meilleurs souvenirs ensoleillés.
J'avance entre impermanence et complétude, là où se trouvent ces cairns perchés qui représentent bien cette idée.

Bambous.
J'ai perdu un de mes cinq bambous offerts par mon fils, Vincent. Probablement oublié sur une des grèves du Golfe du Morbihan. Petite série de demoiselles perchées. Trouver un sable malléable pour y enfoncer les bambous de15 cm . Rechercher les pierres nécessaires à la fabrication des demoiselles, commencer la recherche d'équilibre : c'est le programme du travail. Aujourd'hui, le vent ne me facilite pas la tâche et je dois faire face à beaucoup d'écroulements avant d'arriver à mes fins. Pas mal, mais c'était mieux avec 5 bambous. Jamais content !
Roger Dautais
Notes de land art pour la Route 75

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com/

Photo : création land art de Roger Dautais
" Les demoiselles de Locmariaquer " pour Esther Tellermann
Morbihan - Bretagne





Les jours firent de toi ma teinture

jours firent
de toi
ma teinture où
j’épuisais le monde
lunes mouillées avaient
la rondeur
des sommeils
je comptais les passages
pour que reviennent
la vigne le bleu
des univers
dessinais
votre cœur.
Des fenêtres qui
bourdonnent
refont la durée.
C’est toujours
vous une jupe caresse
votre
mélancolie
je vous jette
sommeils laissés
au vent vos formules
me creusaient et ne sais
qui
à nouveau
m’appelle.

Esther Tellermann *
Afin qu'advienne
http://fr.wikipedia.org/wiki/Esther_Tellermann
* http://guyallixpoesie.canalblog.com/

jeudi 29 novembre 2018

à Youenn Gwernig et ses filles




Ils passent et puis s'en vont, les beau jours.


.../Que la vie passe, c'est une évidence, mais tant qu'elle est occupée à ça, du moins, elle existe.Après...
Toujours cette sensation éprouvée dans ma petite enfance : la peur du noir. Ce matin encore, en quittant la maison. Et puis m'éloigner d'elle. Si je ne la revoyais pas ?
Je cherche la sortie.
" La fissure, il n'y a rien de tel, pour s'engouffrer dans nos souvenirs". Youenn Gwernig, était un des poètes majeurs de notre Bretagne contemporaine. Auteur, compositeur, chanteur et poète, c'était un homme sans compromis, taillant la route, cherchant la fissure qui laisse passer la lumière.
Je l'aimais beaucoup, et je le cite souvent dans mon blog. Je reprends depuis des années, cette phrase de lui qui me le fit connaître " Car il faut que chacun, compose le poème de sa vie ".
Je vais l'écrire, au cœur de l'été normand, sur le glacis glissant de la rive gauche de l'Orne. Le fleuve est au bas de la pente. Si tu tombes, tu ne remontes pas. Si tu es bon nageur, tu t'en tires, autrement, c'est la fin. Je préfère ces lieux extrêmes, dépouillés, vrais, où l'on joue sa vie sur un faux pas, loin des jou-joutes oratoires et bourgeoises, qui vous piègent dans le mielleux pour vous détourner du chemin.
Une fois écrite, sur la glacis, j'ai déposé ma sphère de bois tressé,, celle qui me suivit pendant un an, raconté dans " le voyage de la sphère ", parce qu'elle roulait sa bosse avec moi, en silence.
Dans quelque heures, les flots auront " digéré cette phrase, qui partira vers le large.../
Roger Dautais
Notes de land art pour la Route 75

Photo / création land art de Roger Dautais
" Le voyage de la sphère " pour Youenn Gwernig , Annaïg,Gwenola,Mari-Loeiza
Estuaire de l'Orne - Région Nord de Caen - Normandie

Youenn Gwernig : http://gwernig.pagesperso-orange.fr/photos_cd.htm





Le ciel grave
quelques copeaux de lumière

quelque chose ici
se murmure
qui échappe à la mort.

Marie-Josée Christien




Comment séparer notre être du dedans
de la vie extérieure, quand le dehors nous habite et que l'intérieur
déborde par tous nos pores ,

Marie-Josée Christien.

https://www.cequireste.fr/marie-josee-christien/

lundi 26 novembre 2018

Cairn à  l'anneau  :  pour Isabella Kramer

Je ne suis pas  ici pour résoudre quoi que ce soit.
 Je suis venu  ici  pour chanter et faire chanter avec  moi .
Pablo Neruda.




Salutation au soleil.

.../A l'instant où je saisis ma première pierre, gelée, lourde une partie de l'histoire du monde est entre mes mains. Je suis ému. J'essuie les grains de sable qui lui l'entourent et je lui transmets cette émotion.C'est elle qui servira d'interface entre le gros rocher qui s'étend du dolmen des pierres plates, et la suite du cairn. J'ai quitté la maison de bonne heure,ce matin d'automne pour être arrivé, avant tout le monde, sur cette plage déserte de Locmariaquer. Malgré une météo pessimiste, promettant de la pluie, j'espère voir un lever de soleil. Il fait froid, pas plus de 4° à 5 ° avec un vent qui fait trembler les pierres. Je choisis chaque pierre, les nettoie avec précaution et j'élève le plus beau cairn de la journée. Je souhaite qu'il soit ma salutation au soleil /...
Roger Dautais
Notes de land art pour la Route 75
LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com/

Photo : création Land art de Roger Dautais
" Cairn à l'anneau. Pour Isabella Kramer
Ria d'Auray - Le Bono
Bretagne Sud - 2014


*


"Tout vient des mains
Infirmes de lumière
Le chant d'un ocarina
Le feu du printemps
Et le visage dune femme
Égaré dans les roseaux de l'aube
Tout vient des mains
Le sel et l'amour
Le rire des blés
L'insecte qui tourne autour de son ombre
Comme un fou dans la cellule
Où la liberté écrit sur les murs
Tout vient des mains
La porcelaine du jour et la glaise de la nuit."

André Laude / Nomade du soleil /œuvre poétique /édit de La Différence ... p.25

Merci à Mémoire de silence de m'avoir envoyé ce poème déjà publié sur Le Chemin mais que je reprends aujourd'hui.

vendredi 23 novembre 2018

Carré d'as   :  pour Miren



à ceux qui se perdent la nuit...

Chacune de mes installations est précédé d'une marche, pendant la quelle, se passent différentes choses. C'est mon moyen d'oublier, de me déconnecter du monde, d'entrer en poésie. Ce texte, écrit en 2010, donne une idée de ce que je peux vivre chaque jour., chaque fois de façon différente. Roger Dautais


.../Le jour se lève. Il a fini par effacer la nuit et son cortège de cauchemars. Je regarde par la fenêtre, le gris délavé du ciel.Il pleut légèrement. Les marais seront encore plus humides, plus inhospitaliers. J'ai dans ma tête, mille chemins qui m'amèneront à destination la plus inconnue possible. Se perdre est nécessaire. Je longerai les murs du cimetière sans réveiller les morts. Je ramasserai dans mes poches, les plus belles pierres. Je passerai par le pont de chemin de fer. Je longerai la voie ferrée. J'entends toujours les chansons de Woody Guthrie, le long des voies ferrées et puis je prendrai à droite après le bois des jonquilles. J'emprunterai les chemins creux en pensant toujours à ceux qui dorment sous terre. J'irai jusqu'au menhir de Saint Sanson. J'en ferai sept fois le tour et j'écouterai son chant, comme nous savions l'entendre dans l'enfance. Il faut toujours écouter le chant des pierres. Le petit chariot est apparu deux heures après Orion. La nuit n'a pas délivré tous ses secrets. Je n'ai pas vu la voie lactée. La cavale blanche est passée vers trois heures. J'entends encore le bruit de ses sabots sur les pavés du Jerzual. Les nuits sont longues pour les chevaux de trait. Ils rêvent aussi à son passage dans les écuries. Le jour continue d'effacer la nuit peu à peu. Je regarde par la fenêtre. Le ciel est triste, ce matin. Les lichens seront couverts de rosée et le marais sera dangereux. Je ramasserai les dernières feuilles d'automne, celle qui sont d'un jaune orangé, surtout. Je les disposerai sur un sphère de cornouiller. Je la suspendrai comme une pleine lune, au dessus de la rivière, à une branche d'aulne. Je fabriquerai de mes mains , un nid d'oiseau pour y élever des escargots d'albâtre. Puis je continuerai ma route. J'emprunterai le chemin creux pour marcher sous la terre, avec mes morts, le temps d'une apnée.. Tu m'apparaîtra en rêve, avec tes yeux bleus 'd'amoureuse. J'élèverai pour toi, des cairns sur les rives de ton pays. J'écrirai ton nom dans les sables mouillés. Je me perdrai dans les grèves jusqu'à te retrouver.../
Roger Dautais

Notes de land art sur la Route 75
LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com/

Photo : création land art de Roger Dautais
" Carré d'as " pour Miren
Côte de Nacre - Nord-est de Caen
Normandie - 2010

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.