La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

samedi 29 août 2009


à Cécile Dalnoky...


D'ici Ou d'ailleurs
Mais déjà sur terre

Ce n'est pas si mal
Ils ont élevé des murs

Barricadé des cours
Posé des fils de fer barbelé

Pour emprisonner l'herbe des champs

Ils ont formaté

Interdit, défendu

Ils ont chassé loin d'ici

Loin des yeux
Ils ont oublié

De lever les yeux
De temps en temps, les mains crispées

Sur leurs cassettes d'or
Et la mort est venue

Âpre, goulue, subite
Comme un orage d'été

La liberté est ailleurs
Hors les murs


Hors frontières
Hors saison.

Ils sont là, mes amis, loin des clans partisans. Qui les écoute encore. Ici, c'est l'envie de partir toujours. Ailleurs c'est déjà trop loin. Il reste la vie, telle qu'elle est.

Roger Dautais
" La vie, telle qu'elle est "

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

Photo et Création Land Art : Plage de Porz Pin ( Région de Paimpol. Bretagne) R.Dautais août 2009

Cécile Dalnoky est une illustratrice qui vit à Caen, dont le travail et la personnalité m'ont intéressés. C'est avec plaisir que je vous invite à prendre connaissance de son travail. Passez par Google et faites :Ville de Caen-culture-lesartistescaennais puis entrez dans un monde de rêve et de poésie.

à Jocelyne Bof

Je voudrais être cette pierre polie par la mer, noire de peau, perdue, anonyme dans l'immensité minérale d'une plage. Je voudrais être paysage, muet de solitude parmi la foule des autres pierres. Je voudrais devenir, tambour du monde, écho des profondeurs, musique sacrée, battant la chamade au rythme des vagues me passant sur le corps. Je voudrais être pierre blanche dans la poche de Shulamit, écoutant la Chaconne d'Auschwitz. Je voudrais être son message, trace de son passage sur la tombe Lejb. Je voudrais connaître la lenteur du lierre à me recouvrir. Je voudrais la brûlure du soleil de Casablanca, au zénith de sa course. Je voudrais rejoindre Porz pin à la fin de l'histoire et renaître en pierre.

Roger Dautais
" Au nom des pierres "

Photo :
création land art :" Au Nom des Pierres"R.Dautais août 2009
Plage de Porz Pin.
Région de Paimpol Bretagne nord
.

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

Jocelyne Bof est une artiste peintre, née au Maroc de parents Sicilien et Russe. Elle vit et travaille à Montreal, au Canada. Découvrez son oeuvre ( www.portrart.com) défini comme étant la conjugaison d'un savant mélange de figuratif, de surréalisme et de maniérisme.


à Marie-Claude...


Elle,
Dans le cimetière

Les yeux bleu de mer
Elle

Sa robe comme une djellaba
Dans le vent

Elle
Pieds nus sur les gravillons

Dans l'allée des morts
C'est la vie

Qui passe et ravit
Ce monde horizontal

Entre le ciel
Parcouru d'oiseaux

Et la terre
Habitée

Elle
Est la vie

Elle
Est dans l'aber

La plus belle des femmes
Aimée

Avec les yeux bleu de mer
Et sa robe comme une djellaba

De djerba
Elle

Que j'aime
Depuis toujours ...à jamais

Roger Dautais
" Celle que j'aime "

Le CHEMIN DES GRANDS JARDINS
Nous allions à Landévennec, retrouver deux amies, Gwenola et Marie. Blottie au fond de l'estuaire de l'Aulne, leur maison bleue nous attendait. Nous avons revu Gwenola, et parlé de Marie, absente, avec sa grand mère, et Yvon le compagnon de Gwenola. Il ne faudrait pas parler de tout ça, bien sûr, pour les puristes, juste du Land Art. Qu'ils restent où ils sont. Ma vie est un chemin sinueux, très sinueux et non une autoroute à payage, règlementée. Avec Marie-Claude, nous vivons des bonheurs, nous le disons, les coups durs, on essaie de le digérer. Nous sommes allés, sur leurs conseils, visiter les environs. Le paysage incite au silence et à la contemplation, loin de l'agitation du monde. L'abbaye de Landevennec, l'ancienne, dont le mur d'enceinte est aussi celui du jardin de Gwenola, est plus intéressante, même en ruines,je parle d'architecture , que la nouvelle. C'est un simple avis.
Dans la boutique de la nouvelle abbaye de St Gwénolé, c'est son nom, j'ai acheté un livre d'Yvon Le Men, poète né du côté de Tréguier, dans les années 50. Je l'ai connu, il avait 20 ans. Je ne l'ai jamais oublié sans l'avoir pourtant, rencontré depuis. Il habitait alors, dans un minuscule appartement, très sombre,sur la place de la préfecture de Saint Brieuc, en face de la cathédrale. Nous parlions, dans sa cuisine, à même la toile cirée. On faisait la révolution. C'était un être engagé, enflammé, passionné. De ce côté là, il n'a pas changé, malgré un réel succès littéraire. Il signe une quarantaine d'ouvrages chez une vingtaine d'éditeurs.
Par exemple :Aux Editions Flamarion
, un roman, Si tu me quittes je m'en vais .( 2009)
Aux éditions Paroles et Silences : Toute nuit finit dans la nuit (2007)
et puis celui que j'ai acheté :
Yvon Le men vingt ans édité par La Passe du Vent (2009).
Je ne cite que des ouvrages récents.
Depuis, 10 jours, ce livre est dans mon sac à dos ! Dans notre voyage en Bretagne, en dehors d'une pratique intensive du land art, je voulais ramener deux ouvrages de deux auteurs que j'apprécie particulièrement. Cet achat me console un peu de ne pas avoir réussi à trouver "An diri dir" de Youenn Gwernig, au Huelgoat, son propre pays ! Un type m'a dit dans une boutique du Huelgoat, " allez l'acheter à la FNAC " ils ont tout. Oui, ils ont out, mais ils n'ont pas encore acheté la Bretagne et c'est là-bas que je rêvais de le trouver, pas à Caen,en Normandie.
Bref, ne disposant que de peu de temps, je n'ai pas eu le loisir de parcourir cet immense estuaire de l'Aulne qui s'ouvre sur la rade de Brest, pour y pratiquer le land art plus longuement. J'y ai dont élevé symboliquement, une porte ouverte sur un avenir qui nous ramenerait sur ses rives.
C'est ce que vous voyez sur la photo.
Dans les prochains jours, la suite de notre voyage.

Euz aman

Sellit ouz ar mor braz
Gand e vleuniou kaer

Ar c'horv braz-se gwisket ar vister
O teurel nerz zoureier

E zoureier
Gand dillad lugernuz

Euz druillad on aochou
Sellit piz ouz ar sklêrijenn-ze

Eun êzenn en he c'hichenn
A zivouch didrouz.

Jean Pierre Boullic

Traduction :

D'ici

Regardez l'océan
Sabelle efflorescence

Ce grand corps drapé de mystères
Lance la force des eaux

Ses eaux
En vêtement resplendissant

De l'amas de nos côtes
Scrutez cette lumière

Un souffle à son chevet
Se dévoile sans bruit.

J'ai découvert Jean Pierre Boulic, grâce à nos hôtes de Crozon, la semaine dernière. Cet auteur ne signe pas moins de 14 ouvrages, mais je vous conseille le dernier Le chant bleu de la lumière édité en 2009 chez Minihi-Levenez 29800 Trevelenez.
Ce livre est une invitation au voyage, une rencontre avec l'âme Celte, un bonheur d'écriture. Le lire, c'est comprendre un peu mieux le pays d'où je viens.

Installation Land art Morgane Cairn Normandie 2007 .photo R.D. non libre de droit.

Roger Dautais
"La-bas, la mer d'Iroise nous appelle".

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.