La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

dimanche 4 octobre 2009




Ne me demandez pas,
où cela a été fait, combien ça pèse, en quoi c'est fait, à l'occasion de quelle fête, je ne sais plus. J'ai une excellente mémoire. Elle oublie vite. Ce n'est pas du land art, ce n'est pas de l'écriture, puisqu'ils me le disent, les experts.Ne prenez pas cela pour de la provocation , cela dure depuis toujours. Ce n'est pas une vie de vivre comme ça, mais c'est la mienne, de vie.
Si quelqu'un vous maintient la tête sous l'eau, ou vous devenez un champion de l'apnée, ou vous mourez, noyé. La Villa Médicis n'est pas pour moi, ni la niche à chien. A partir de ce constat, que voulez-vous ajouter...un poème peut-être. En voilà un, de Ricardo Gonzàles Alfonso.

à mes compagnons condamnés
et détenus à la prison du Kilomètre 8


A cet instant infini
avec la tendresse indemneavec le courage invaincu
même entre quatre murs
cardinaux
le désespoir
et l'espoir
me révèlent
deux sentiers
semblables
et je coule
dans un univers
de vers.

Alors
J'ai une vision
pathétique :
de l'horreur à l'effroi
du chant au désanchantement
je me réincarne
dans mes cantiques de captif
et je frémis
de toute mon âme..

Puis
j'ai une vision
poétique: je contemple cette oasis céleste
au coin de l'enfer
où nous alternons
plaisirs et pleurs
vers et versets
et nous partageons
notre pain
avec les anges prisonniers
dans l'Averne.

De retour,
aux confins de l'épouvante
je sens
la lettre et le sang
dans toute la prison.Je doute de mes doutes
et j'aime.

Ricardo Gonzales Alphonso a été condamné à 20 ans de prison, le 4 avril 2003. Il était jugé pour " atteinte à l'indépendance ou à l'intégrité territoriale de l'Etat Cubain. Il souffre de graves problèmes de santé. Sa situation carcérale est régulièrement dénoncée dans la presse internationale par son épouse, Alida Viso, et par les épouses d'autres prisonniers politiques cubains, connues comme les "Dames Blanches".

Et puis un autre poème de Maria Elena Cruz Varela

Déclinaisons...

Saviez-vous que je détestais nommer le coeur
dans mes poèmes
et que, s'il est exclu, le coeur se venge ,
Aujourd'hui plus que jamais je montre des déclinaisons claires.
Et je fais le voeu d'humilité. J'ai une voix très douce.
Je monte sur scène en un léger murmure.
Je découvre mes faiblesses par un coup d'éclat;
y-a-t-il parmi vous, mes tendres amants,
Quelqu'un qui oserait serrer jusqu'à étrangler
la sangle et le harnais de la bête ,
Lui faire porter une lourde charge. Lui battre les flancs.
Lui dire marche.
N'entends -tu pas le sifflement sinistre du ravin ?

Lorsque Maria Elena Cruz Varela fut arrrêtée à Cuba, dans son domicile de La Havane, en 1991 , elle fut trainée par les cheveux dans les escaliers par des homes de la Sûreté de l'Etat. Ceux-ci lui enfoncèrent ses poèmes dans la bouche sous les yeux de sa fille. Elle fut ensuite emprisonnée pendant 2 ans. Son crime, c'était d'avoir créé un groupe d'opposition " Criteroi Alternativo", d'avoir distribué des tracts aux militants du Parti communiste qui se rendaient à un congrès officiel, entre autre. Mais elle fut aussi condamnée pour sa poésie qui ne s'accordait guère aux conventions officiellement admises, à savoir les louanges au régime en place et à son dirigeant suprême, les chants de la révolution triomphante.

Quel rapport entre l'introduction de cette page et ces deux poètes cubains, l'un prisonnier politique, l'autre, exilée politique. Je suis " entré en land art" réellement, le jour où j'ai connu Ana Mendieta. Avant, j'hésitais entre la Goldsforthitude et Nilsudotude. Quelle pauvritude!!!
Il se fait qu'Ana Mendiata raflée sur l'île de Cuba par des Américains inspirés, dans l'opération "Peter Pan"( rien à voir avec Michaël Jackson ) vécu sans terre véritable entre celle des ses parents, Cuba et celle de ces " enleveurs" les USA. Ana Mendieta, papese du Land Art, pionnière du MLF et artiste visionnaire, travailla beaucoup sur l'île de Cuba. Victime d'un conjoint violent, elle choisira de se défenestrer( elle aussi) à New-York, vers l'âge de 38 ans.
A croire qu'une violence faite à un être n'est pas suffisante pour le réduire aux rêves de ses bourreaux.
Je crains que cela ne cesse et les poètes seront toujours pourchassés afin que règne l'Ordre.
Lisez ces poèmes à haute voix, vous en ressentirez toute la profondeur.


Roger Dautais
Trio Cubain

Photo 1 : Maternité
Photo 2 : Échelle des jours
Photo 3 : Concentric star
Photo 4 : Identité

Créations land art in France Roger Dautais 2009

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.