La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

lundi 11 juin 2012



 






Non  loin de la villa Pell Well, 
un menhir m'attend  peut-être...




En quatorze années passées  à parcourir des paysages,  j'ai toujours considéré  le temps de l'installation comme  un temps privilégié,  un temps à part, consacré  à la Nature. Ces occurrences se sont toujours présentées  comme des obligations d'honorer le lieu en s'adressant  à lui d'une façon spontanée qui ne se reproduirait plus jamais de la  même façon. La recherche d'une forme naît vraiment du lieu, de la lumière, des végétaux, des couleurs environnantes et la mise en place est presque ordonnée par la Nature.
L'exécution de l'idée qui nait sur le terrain peut être rapide, tenant compte de la disparition de la lumière, supposée imminente, avec un ciel qui se couvre. Elle peut être minutieuse, avec un temps de cueillette très long, à cause du choix des couleurs, des végétaux qu'il faudra trier avant de s'en servir. Je pense  parfois être  proche de l' intention du peintre en associant les couleurs et je vis des instants de vrai plaisir à réaliser ces installations colorées. 
Je pense bien évidemment,  aux installations flottantes, toujours délicates, parfois réalisées avec de l'eau jusqu'à  la ceinture dans des eaux froides. Je crains toujours plus pour mon matériel photo, installé sur un  petit radeau porteur, que  pour moi-même habitué à ce genre de bain.
Si  la contemplation de l’œuvre éphémère est légitime pendant un instant, je passe très rapidement  à celle du paysage dans lequel , elle s'inscrit. C'est l'aboutissement d'une démarche tournée  vers la Nature,  où l'on se sent, petit, mais bien accepté,  bien en place,  pour le voyage.
J’emporte toujours avec moi,  un   carnet où j'ai noté quelques poèmes ,  pour les lire, devant l'installation,  parfois  à haute voix, avec l'intention qu'il se passe un échange capable de transcender et l'un et  l'autre. C'est dans ce même esprit  de partage que je réalisais en 2001 des pierres peintes à la gouache blanche en caractère chinois et portant des  poèmes, lavés par la pluie, appartenant à ces pierres de silence au bout de quelques mois.
Une année que nous séjournions au sud de Saint Nazaire, non  loin de Saint-Brévin  les Pins, villa Pell Well
Je m'étais lancé dans une marche sur le littoral qui m'amena auprès d'un menhir de très belle taille. Ces lieux m'attirant par leur magnétisme, je réalisais une toute petite installation inspirée  par les lieux.(photo 8) De l'autre côté du menhir,  un homme et une femme, en pleine méditation, les yeux fermés, les bras ouverts. Ils m'expliquèrent que parisiens,  ils venaient au moins une fois par an, se " recharger " en énergie positive auprès de ce menhir, chose que je comprenais très bien. Je leur ai expliqué ma démarche de land artiste et nous sommes repartis chacun de notre côté, laissant le lieu témoin de cet échange amical.
Je pratique aussi cet art  pour toutes les rencontres, tous les échanges humains qui facilite, en France  ou  à l'étranger.
En quatorze années, le land art m'aura apporté d'immenses satisfactions et je pense que si ma santé le permet  à nouveau,  j'y retournerai.

Roger Dautais



Crayons de couleur

Le vert pour les pommes et les prairies,
Le jaune pour le soleil et les canaris,
Le rouge pour les fraises et le feu,
Le noir pour la nuit et les corbeaux
Le gris pour les ânes et les nuages,
Le bleu pour la mer et le ciel
Et toutes les couleurs pour colorier
Le monde.

Chantal Couliou

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.