La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

samedi 10 octobre 2009





To Elizabeth Hatton
...
an Americain artist, on my road



De la lapidation médiatique aux cairns de Morgane




Andy Goldworthy est un très grand artiste. Je ne suis pas inspiré par lui. Je le précise, ici. Lorsqu'il est né, j'avais déjà, 18 ans. l'art n'est pas une question d'âge, sauf dans le land art, tel que je le pratique. A une époque où il est de bon ton de taire son âge, je vous précise également que je suis né en 1942.
Trois ans plus tard et dans les années qui suivirent, certaines ville françaises étaient pourvues de tas de cailloux : Caen, Falaise, Brest, Saint Nazaire. Je suis né dans la " poche de Saint Nazaire".( voir Google ) Il se pourrait bien que ma vocation y prît naissance. Toutes ces villes furent à peu près rasées par les bombardiers Anglais ou Américains. Forcément, ceux qui sont restés sous les pierres ne sont plus la pour donner leur avis. Mais il fallait délivrer la France du fascisme Hitlerien. On ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs. L'omelette fût très grande dans ces années là.
L'amour n'est pas qu'un tas de bons sentiments, empilés comme dans un cairn.

Lorsque je dis j'aime Goldsworthy, Smithon, Long, Mendieta, ce n'est pas comme si je disais, j'aime Marie-Claude. Pourtant, il s'agit du même verbe.

Pour les pierres, c'est pareil, certains croient qu' en faisant un stage de 2 jours et demi, remboursé par la sécurité sociale, ils sont devenus des artistes de land art, parce qu'ils ont réussi un équilibre de 3 pierres l'une sur l'autre, ils se trompent. Ils peuvent toujours essayer de trouvers des gogo et faire des stages à leur tour, ils deviendront certainement plus riche que moi. Seront-ils autre chose que des commerçants ? ça.
Je n'ai rien contre les comerçant, mes parents on tenu un magasin de fleurs pendant 40 ans, et moi-même fût longtemps commerçant dans ma jeunese.
Moi, c'est Mendieta qui m'inspire et si je ne fais pas la même chose qu'elle, c'est que cette femme, dans sa mort, délivra un message au monde. Trente ans plus tard, ce sont des cadres de chez France Télécom qui sautent par la fenêtre, comme elle. Le désespoir ets universel. Le désespoir est croissant. Sartres écrivait à la une :Il ne faut pas désespérer Billancourt. Les révolutions sont cycliques. Les périodes de ras le bol, aussi. Je suis comme vous, il m'arrive de regarder la télé. Lorsque j'asiste au lynchage d'un politique par ces ex-amis, trop heureux de montrer leur belle gueule à la TV, ça me coupe l'appétit. Lorsque je vois une blonde extrêmeiste nous présenter son cathé d'extrême droite, ça me fait pareil.
Je leur conseille au lieu de lapider un ministre, d'élever des cairns. Ca calme.
C'est pour cette unique raison, ne sachant pas faire autre chose, que j'empile des cailloux pour me déstresser.Si, si, c'est vrai...essayez, ça marche.
La série Morgna's cairns fut élevée en Normandie en la mémoire de ma petite chienne Morgane, disparue, l'année suivante,c'est à dire, il y a quatre ans maintenant.

Je dédie ce travail à l'artiste Américaine , peintre de son état, Elizabeth Hatton, dont je vous conseille de découvrir le talent sur Google.

J'ai déjà travaillé en land art avec une autre artiste Américaine résidant en Normandie, Michelle ass B. Elle me parle souvent de son pays et c'est au travers elle et de ses dires, que j'ai appris à aimer les Américains, enfin, certains, pas ceux du K.K.K.
J'ai aussi connu Melvin M.C. ancien membre des Black Panthers, résidant à Caen et son épouse dans un projet mémoriel, ayant pour thème une commémoration civique, civile et artistique, réalisée en 2008 avec mon groupe d'artistes de PLAGES DE LIBERTE. Nous étions Américains, Anglais, Canadiens, Coréens et Français, réunis sur la plage d'Omaha Beach et accompagnés de Raymond Anisten, le grand témoin du Vel'd'hiv( il en est un des derniers rescapé) de sa femme Jeanine, et de membres de la communauté Israëlite de Basse Normandie, que j'avas associés à la cérémonie. J'aurai du mieux préparer mon coup car la marée me joua un tour et empècha le projet de se dérouler come prévu, mais enfin, nous avons quand même honoré les victimes de la seconde guerre mondiale, tombés à Omaha Beach et enterrés au cimetière Américain de Colleville, ainsi que les victimes Juives de la Shoah
Admettons que je sois un "caillouteur, comme me l'écrit, avec humour, mon amie Sylvie dans les comentaires de la page d'hier, sur mon blog. Mais pas que cela et vous le savez, chère Syvie. Mais d'autres, qui le savent aussi et font semblant d'oublier, ceux qui jetent des pierres, qui lapident, qui m'en envoient régulièrement, dans mon jardin qui est aussi le jardin de Marie-Claude, je leur dis de garder ces projectiles pour en faire, comme moi, un cairn de 7 tonnes. Cela foutra au moins la paix, provisoirement, aux victimes potentilement visées par leurs lazzi, haines fièleuses et autres déclarations intempestives dont on ne se demande plus à qui elles rapportent. Je leur souhaite une belle carrrière politique et un bon week end.
Dans mes cairns il n'y a pas de politique, pas plus que dans les pierres sauf quand elle sont lancées.

Roger Dautais
" Peace and love "
le chemin des grands jardins

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.