La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

jeudi 24 décembre 2009







...à mon Père



Nous voudrions tous qu'une année soit autre chose qu' une succession de mois et de saisons et que l'humanité prenne un autre sens qu'une course effreinée à la consommation, au profit , au pouvoir. En cette période de Noël, fête religieuse pour le croyants, trêve des combats pour les belligérants,et concours de mandibules pour ceux dont la table est pourvue généreusement, je pense à cette année parcourue en land art, si souvent, dans la solitude , le dépouillement et loin de la mode, des tendances, des chargés de mission culturelle. L'art a-t-il encore un sens pour les savants, les dirigeants, n'est-il pas encore plus inutile qu'avant aux yeux des gestionnaires et la place de l'artiste ne tend t-elle pas à disparaître de plus en plus. Je ne parle pas de ceux qui sont sous la douche d'or massif des grâces célestes, inoxydables artistes, assis à la droite du Père, car les courtisans ont toujours bonne table. Je parle pour ceux dont la mémoire défaille tellement ils ne savent plus jusqu'où remonter pour avoir connu des conditions de vie décente. Je sais, il ne faut pas parler des sujets qui fachent, ça empêche de digérer, mais il serait quand même bien que le Père Noël passe pour tout le monde et ne se contente pas de remùplir des poches pleines, voire, débordantes.
Il m'arrive d'attraper le tournis devant cette abondance de biens, cette opulence, ce déballage de choses qui se mangent ou se vendent, du sol au plafond des grands magasins. On dirait à voir certains qu'ils amassent pour l'éternité, sans véritable saciété.
Respirer...Respirer...Ne jamais penser au définitif sans l'éphémère, écrivait Nicolas de Stael
Le land art est bien loin de cela et pourtant encore, trace humaine. Il est pour moi, respiration, partage, communication, simple geste d'amour envers la Nature, il est aussi art de vie, de vivre tout simplement.
J'aimerai qu'u-delà de ces derniers jours de l'année, il soit pour moi, source de bonheur et refuge pour ma mémore lorsque le temps de l'adieu sera venu.




Roger Dautais

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.