La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

jeudi 25 avril 2019

Triangle initiatique pour G.M.

La déclaration  :  pour Marie-Claude

Un autre  monde, dessous  :  à Maria-Dolorès Cano

Dérive  mauve    à Sophie ( Pastelle )

Nées du chaos :  pour Océanique

L'excuse du fleuve :  pour Thibault Germain

En  hommage  à Annaïg Gwernig, décédée  ce  jour;



Pas d'autre  urgences que celle de  l'éternité dans l'instant.

Georges Haldas.


Le Grand garage blanc.


Rescapé, sur mon radeau de survie, je ne peux  plus être maintenant, dans la continuité d'un savoir  ou d'un savoir-faire, mais dans la déconstruction d'une énigme. Le land art en serait ,  probablement le pivot,  l'Amour, l'essentiel, qui me conduirait à brûler définitivement  ma vie.
Je vois à peu  près le chantier, comme  ça.
Roger Dautais


 à Guy Allix,

Le Grand Garage Blanc


Forcément,  on finit par se demander, pourquoi ils parlent, sans savoir, pourquoi,  ils disent des choses sur  l'amour, sans avoir aimé. Exclues du village, les amours clandestines ! Il faut les séparer à coup d'eau bouillante, ces amants, comme les chiens, dans la rue. Aimer ne s'apprend  pas. C'est le coeur qui parle, d'arbre  àarbre, de  fleur  à fleur. Le courant pase. Tu ne peux pas résister. Tu donnes, tu reçois, le meilleur. Tu aimes en grand. C'est tout.
Mais eux, les médisants de cour et d'arrière cour, les petits  juges de  paix, ils te guettent, te dénoncent, pour  briser cet interdit.
Ils ne savent rien des arbres, rien des fleurs, ni des amants passionnés et forcément, ils continuent à parler en mal de  l'amour, pour remplir leurs petites vies.
 Roger Dautais
Hopital de Vannes
Pâques 2019

En ces jours de fête, les hôpitaux deviennent des  lieux d’exclusion et d'oubli,  où la douleur exulte.
Le grand Garage Blanc ( Hôpital de Pontchaillou - Rennes)



***


Opéré du cœur,  pour une  lourde  intervention à l’hôpital de PontChaillou, le 9 avril dernier,  j'ai survécu à cette rude épreuve, ce qui  n'était pas joué  d'avance. après 4 jours passés en réanimation, tutoyant la mort, vivant une expérience  rare que je raconterai  un  jour. Des le cinquième jour, je me suis mis a écrire ce qui m'était donné,  pour comprendre ce que la morphine pouvait donner comme transformation de mon état de conscience. J'ai  poussé cette expérience jusqu'au 19 ème jour concluant mon séjour dans deux hôpitaux.
Plusieurs mois sont nécessaires  à la reconstruction de  mon corps et de ce cœur, réparé. l'avenir me dira ce qu'il  me reste  à vivre. Il faut deux  mois  pour ressouder un thorax, scié en deux.
J'en suis au 20  jour. Contrairement  à de  bons amis, absents de ce 19 jours, mais  toujours  prêts  à vous donner  un coup de  main  pour couler, dès votre retour, ma vie  n'est pas facile, mais elle me convient  mieux qu'une sortie en morgue.
Roger Dautais

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.