La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 1 mai 2019

Salutation au soleil  :  pour Ariane Calot 


De  l'air...

Loin de  moi, les calamiteux qui de leur  morale à cent  balles,  m'insultent, me poursuivent des  leurs  injonctions, me traient de déménageurs de cailloux.
Bien mal embouchés,ces  pseudo-défenseurs de  l’écologie d'opérette..  Il  convient de les  ignorer et vite.

Jardin des mémoires
Journée  pleine consacrée aux cairns. Gnomons sacrés trouant le ciel. Le poids des  pierres tire sur les tendons, allonge la colonne vertébrale, brûle les  muscles, rend la respiration  plus courte. La mécanique du corps précédé  l'esprit. L'épure se vit dans  l'effort. Chaque cairn élevé, renferme u  peu de ma vie.

Roger Dautais

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot./

Grand garage blanc

à tous ceux qui m'ont laissé tomber.

Le temps ne passe  plus  ici, entre les  murs de  l’hôpital. Il s’entasse. Il suinte des  murs. Il encombre les  placards  à compresses stériles. Les  plaintes sortent d'une chambre.
Anonyme souffrance, perdue dans  l'immensité du  grand garage blanc.
Un homme est  mort cette nuit, voisin de dérive. Il a rejoint les corps des deux ados qui se seraient noyés, dans une carrière de la région. La morgue se remplit. Je vais bientôt quitter ces voisins glacés. Mon thorax scié, me fait terriblement souffrir. 
"Nous avons trop mangé pour Pâques,  m'explique  mon beau-frère, au  téléphone,  on est allés roter à la mer ".
Je ne suis personne dans cette chambre blanche au lit médicalisé, riche en tuyaux de toute sorte; Je ne suis qu'un  numéro de matricule, attaché  à la cheville, comme un  bracelet électronique  à la jambe d'un taulard.
Dehors, personne ne comprend... ça boit, ça rit, ça  pète...La belle vie...Voyez

Roger Dautais

Hopital de Vannes
Service de cardiologie post-opératoire


***

LE TAO EST L’ESPRIT

ET L’ESPRIT EST LE TAO.

Concentrer son esprit et le faire revenir à l’Un, 

c’est concentrer son esprit et le geler en contemplation ; 

c’est ce à quoi on pratique quand on débute.

A partir de quoi on le réduit en cendre et on oublie l’UN. 

C’est oublier son esprit et abandonner la contemplation, 

c’est à quoi on s’exerce dans un second temps. (…)

Alors le corps est comme bois mort et l’esprit comme ceindre éteinte, 

le connu et le connaissant sont oubliés tous les deux. (…)

On oublie l’Un et atteint l’UN véritable 

et qui n’est pas seulement l’UN mais toute chose ; 

c’est savoir que l’UN est la souche de la multiplicité 

et celle-ci le fonctionnement de l’UN. (…)

Quant on atteint par merveille à cette source, 

il n’y a plus aucune différence entre l’esprit et le Tao 
ni entre le Tao et l’esprit, 

le Tao est l’esprit, et l’esprit est le Tao ; 

Le Tao et l’esprit n’ont plus qu’une seule et même nature. 

Se situant dans les existences (?), 

on ne s’attache pas aux existences et ne s’écarte pas de la non-existence ,

Se situant dans l’inexistence (?), 

on ne s’attache pas a l’inexistence et ne s’écarte pas des existences.


Poème de Sanlun Yuanzhi - Taoisme

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.