La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

jeudi 16 mai 2019

Le signe de  l'Oetre  à Guy Allix
La disparition  :  à Raymond Anisten
Âmes jumelles : Baradoz

Le lien- Passion  :  à Marie-Claude



Chaque tournant torpide de ce 
monde engendre des enfants
déshérités, auxquels rien de ce qui
a été,  ni de ce qui sera,  n’appartient.
Rilke



L'avenir, est ce qu'il me reste à vivre...

Lorsque l'indescriptible s'empare de toi, alors, tu te mets à vivre entre les  lignes, entre les notes,sous l'épaisseur des  mots. Tu ne t'appartiens plus. Tes mains fébriles, traduisent  une pensée, toute en vibrations. Il faut bien admettre que la création te dépasse.
C'est un peu le secret de ma vie actuelle.
Je me situe dans  une zone de non-savoir, nouvellement atteinte, immense et minuscule  à la fois. La seule source de  mon inspiration se trouve dans mon cœur. Tu vois  pourquoi, je quitte la route parfois et disparais de la circulation? Je sens en  moi,cette proximité de la mort, qui ne demande aucune consolation, et qui permet de vivre, sans  luxe,  près du dénuement, afin d'établir des communications de cœur  à cœur.
Je cultive cette sensibilité excessive, qui  m'amène  à  l'émotion  ultime.Cela m'importe  peu, aujourd'hui que l'on  me reproche tout ça. ? Je suis  plus que jamais, seul, étranger.
J'aime cette faiblesse  physique, de convalescent, qui a tout  mis a  plat, permettant  une reconstruction de mes émotions en les poussant  à l'extrême. Chaque minute s'abat sur  moi, comme étant la dernière et ma mémoire efface  mon passé douloureux, abandonné dans les hopitaux.
J'avance,  pieds nus, sur mon chemin de vie,espérant quelque lumière nouvelle pour éclairer mon ignorance. J'aimerai qu'elle soit capable de  m'amener  là,  où j'aimerai  mourir vivant.

Quand l'immobilité apparente des eaux dormantes dégage  une énergie réelle, le contact entre les deux  mondes, celui des vivants, celui des  morts s'incarne dans la moindre ridule née du vent. Les intersignes ont la parole.Il suffit d'y croire et la magie de toute  installation, flottante, apparaît dans la seconde.
L'histoire de chaque vie se termine par  une seconde d'éternité, pas  plus;

Roger Dautais
Notes de land art  pour la Route 77
Tous les  land art  présentés  ont été réalisés en Normandie,
 depuis 1997

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.