La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

dimanche 14 août 2011


















à celle que j'aime,
et à ceux, peu nombreux qui nous ont aidé
s




Amnésie...


Je n'ai plus la mémoire des lieux de mes installations anciennes, ou presque. Ces lieux sont partis dans le choc de l'accident, avec le reste.
Je me souviens d'avoir marché longtemps, sans compter, et d'avoir passé ma vie sous la pluie, le vent, le soleil, sans même faire attention à la nuit qui venait me manger la lumière.
Je me souviens d'avoir aimé cette vie rude, de longs efforts que demande la route, l'escalade, la découverte de lieux inconnus, les marais dangereux. Je me souviens d'avoir rencontré beaucoup de gens autour de mes spirales. Mais j'ai oublié qui ils étaient, ce qu'ils me disaient, pourquoi ils me filmaient si souvent, avant de disparaître.
Je me souviens d'avoir travaillé le sable comme une terre qui m'appartenait, de façon éphémère, avant d'y semer mes rêves.
Je me souviens des dialogues avec les cairns, de leurs secrets partagés, de leur mémoire prodigieuse qui remontait à la nuit des temps.
Je me souviens d'avoir coupé, cueilli, choisi, assemblé, lié, attaché tend de végétaux avec une vraie joie de le faire.
Je me souviens du chant des rivière, de l'eau prise dans mes mains et qui reprenait sa liberté. Je me souviens des eaux du fleuve, glacées, pour y être tombé dedans, en hiver. Je me souviens de mes courses avec la mer qui me rattrapait souvent avant que le travail soit terminé. Je me souviens d'avoir eu peur, cerné sur un rocher à marée montante, pour terminer un ouvrage.
Je me souviens qu'hier encore, je rêvais de pouvoir toujours pratiquer le land art de cette façon là. Mais l'heure a failli sonner pour la dernière fois. Le temps me rattrape et me remet en place, à une nouvelle place. Celle du débutant que découvre les gestes à faire, à refaire, à oser, à réapprendre, pour oublier le choc, si c'est possible.

Roger Dautais


Les photos 1,2,3,4,5,7 sont des installations récentes

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.