La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

dimanche 27 février 2011















à Marie-Claude qui enchante ma vie...
à Vincent et Stéphanie, nos enfants



Trouver l'espace situé entre le si peu et le trop. A l'étranglement du passage, si peu de place pour la tête et les épaules...Trop de sang dans la bouche et de lumière dans les yeux.
Si peu vécu dans ce trop peu de temps. Renverser la sablier...Lire dans les astres, trop peu de temps et avoir déjà tout vécu. Mort-né !
Trouver l'espace suffisant pour respirer à deux, puis seul, et de nouveau à eux, puis seul, dans ton jardin secret. Compter les sillons comme tu comptes les jours de Cavale. Compter les nuits parcourues, seul. Compter sur ses dix doigts le temps qu'il ne reste plus, sans rien regretter. Au tic tac du balancier en cuivre de l'horloge, accrocher ma mémoire amnésique et ne rien perdre des plages d'oubli.
Retrouver l'espace situé entre le si peu d'eau et le trop d'eau, attendre que tu les perdes, mon amour, debout lorsque tu me dis "ça y est". Te prendre la main et partir au-devant de ta vie que tu joueras aux dés, avec un inconnu devenu notre fils.
Il sera, chercheur d'espaces à son tour, dans ce royaume d'anachorète, entre le si peu et le trop...Espace qui deviendra sa vie.


Roger Dautais



à Brigitte Maillard...*

Si l'on ne quittait pas sa place, de temps en temps, où serait l'engagement? Droit d'ingérence des états à fin de se partager le monde par leurs interventions intéressées. Droit d'ignorance lorsque le bénéfice est nul. Diplomatie!
Sur le plan personnel, le droit d'ingérence n'existe pas et se mêler de défendre une cause perdue, seul, comme un grain de sable posé dans les rouages huilés de l'administration, est considéré comme folie pour la foule en délire qui juge sans faire partie du jeu. Pourtant, il est bien de se mêler lorsque cela ne nous regarde pas, et qu'il y a violence ou injustice. c'est l'esprit même de lute et de résistance, de désobéissance civique.
Cela peut être l'engagement d'une vie, la mienne, par exemple...
L'art donne à voir, propose sa vision des choses, traduit des émotions, sort des sentiers battus, parfois. En cela, l'artiste possède une âme en marge.
Il expose, s'expose, mais impose, c'est cela sa part de risque, son esthétique contestable, son éthique. Pensez-vous , par là, qu'il s'engage, change les règles du jeu de la roulette et dérange la tranquillité des historiens de l'art ? Que ne connaissiez vous, alors ce très beau film réalisé , cette fiction, qui portera le nom de Mépris.
Accepter dans ces conditions de continuer à avancer sans obtenir l'acquiescement des caciques , c'est s'avancer, s'enfoncer dans le voyage, jusqu'au bout de la nuit! BIen souvent, pour le pauvre malheureux, le public n'est pas consulté avant que l'œuvre n'advienne et c'est alors, le crime de laize majesté, constaté. Le marginal est banni, la société respire son air vicié dans la circulation sanguine du corps-artistique, évite le pace-maker, creuse une tombe pour le déviant et roule sur la terre fraiche.
Qu'est-ce que l'air du temps ? Que veut dire être à l'écoute, être en phase avec le monde tel qu'il est et non, tel qu'il va mal, si l'o n'accepte pas d'être pénétré, influencé, modelé, inspiré par la
vie ?
C'est un engagement qui tient beaucoup au dégagement de l'artiste face aux inventions proposées, face à l'hydre de la consommation, aux délires multimédias. Chemin de lutte sans drapeau, chemin de chute où le salut ne tiendrait que dans la capacité de" relève" et dans la résistance de l'homme. Pays étrange où l'écume des jours, l'éphémère du succès médiatique, succède à la nuit, mais doit systématiquement nous ramener au pied du chevalet, ou sur les sables mouillés de la plage ou bien encore devant la page d'écriture, au travail, humblement, toutes vanités effacées.
Je ne vois guère d'autres chemins, et certainement pas celui de s'arroger le droit d'enseigner son art, à peine affleure-t-on la surface de son propre doute, proclamant, par exemple ma "peinture à moi" quand on ne sait rien ou si peu. Les ânes ont des boîtes de couleurs, des théorie enfumées sur le land art. Nous devrions les rassembler et leur organiser des courses, y inviter des gogos. Ils seraient tellement heureux de les applaudir!
Après cinquante années de parcours artistique, tout en méandres, je sais que la vie d'artiste n'est pas une vie de certitudes et que les chemins de la création, comme Les chemins de la mémoire * restent encore bien mystérieux.

Roger Dautais




*Brigitte Maillard Blog : Monde en Poésie

*Les Chemins de la Mémoire
Inserm( Les essais du Pommier) juin 2010
de Francis Eustache et Béatrice Desgrange

Un ouvrage passionnant écrit par deux scientifiques de très haut niveau, qui vous permettra de comprendre la mise en place progressive de la mémoire chez l'enfant comme ses modifications au cours du vieillissement.




Avant que l'aube
s'exerce à la sanguine, les éboueurs
libèrent le quotidien
Ils soulèvent les poubelles
aux pêches dénoyautées vives
dispersent les fragments de lettres
où l'amour échangea des accents
avec les hirondelles d'un ciel bas
Accrochés à la benne
ils défilent entre deux haies de rêves
Être émet sur
une autre longueur d'ondes que le sang...

Gérard Noiret
Chatila




Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.