La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mardi 14 mai 2019

Semis :  pour Thérèse
Fulgurance  :  pour Alfonso
Classement sans suite  :  pour Christine Saint-Géeours
Sémiotique  : pour Manouche



Aux Anges du Grand Garage Blanc.



Chambre 64
La nuit sera longue. Mon voisin de chambre est en urgence cardiaque et  respiratoire, il étouffe. J’appelle l’infirmier de garde. Ils interviennent à deux, rapidement. Plusieurs alertes dans la nuit, suivies de plusieurs interventions des soignants. Il délire, il crie.
 Je suis très souffrant, aussi, depuis  mon opération à cœur ouvert.. Distribution de morphine, trois fois cette nuit. J’allume ma veilleuse. Je ne dormirai pas. Je prends des notes, pour plus tard, avec l’idée d’un avenir compromis.
Service des soins intensifs -Cardiologie .
CH.Chubert Vannes



***


Petite musique de nuit

Le temps m’échappe, en suis-je responsable ? Suis-je plus responsable de cette force intérieure,de cette énergie, née d’un cœur abîmé qui se bat.
D’où viennent tous ces signes perçus, que je transforme en land art ? A qui s’adressent-t-ils, sinon à moi ? Je suis bien dans la dernière ligne droite. Je sais maintenant, qui aura le dernier mot.Souffrir est une injustice faite à la vie.
A quel âge devient-ton vieux pour aimer ? Parfois, dès l’enfance quand celle-ci est piétinée.
*
Souvenirs d'été...
J'avais 14 ans,. Elle aussi. Un premier rendez-vous, sous les marronniers des remparts de Dinan. Et ce banc de bois, pour nous, tous seuls, puis ce premier baiser advenu à la fin de l’été 56. Enfants, on découvrait l’amour.
*
Avant la mort, les séparations, les retrouvailles, les fâcheries, les histoires d’amour inattendues et l’esprit qui remonte le temps pour gagner quoi, en fin de compte,
*
Chaque année, un nom rayé parmi les personnes aimées, et puis un jour,vient celui de passer ton tour. Tu deviens «  le rayé de l’année « .
*
Entre le souvenir de ton visage aperçu dans un délire, et la solitude de l’après, une longue plaine où rien ne s’arrêter, rien ne se passe si ce n’est une longue mélancolie,tenace et sans fin


***
Notes pour plus tard

Note°1
Il est déjà bien tard. Une fois mort, le temps perdu le sera, définitivement.

Note 2
S’écarter de ce qui est évident, normal, prévu, attendu, et prendre le risque de se perdre dans l’inconnu.

Note°3
Est-ce grave, si je n’ai rien écrit d’important, aujourd’hui ?

Note n°4
Comprendre l’horizon avant qu’il ne bascule.
Il faut choisir entre la mort et la création. Parfois, c’est la mort qui choisit d’enterrer la création.

Note n°5
Rien

Note n° 6
Pendant mes absences, je m’éloignais de la terre entre morphine et perfs.
Et pendant ce temps, l’herbe avait continué à pousser sans moi. Chez toi, aussi.

Note n° 7
Au cœur de la nuit, je crie ma désespérance dans cette douleur qui me poursuit. Un seul désir, mourir, ou bien alors, de la morphine et que finisse ce manège où je n’ai pas le droit de monter.
J’aimerais aimer, plus tard, quand la vie sera plus fréquentable. Mon présent est détestable. L’illusion antalgique ne tient jamais sa promesse, longtemps.

ROGER DAUTAIS
 pour 
LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
Avril 19
Dans ce mois, j'aurais été opéré  à Rennes-Pontchaillou et transféré au CH de Vannes. Au bout de 4 jours de ranimation, j'ai commencé  à prendre des notes, sous morphine.

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.