La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

lundi 4 juin 2012





 à Guy Allix, fraternellement.



Derrière l'horizon commencent mes rêves...

J'ai souvent été interrogé sur ce genre d’installation et l'on me demande où  je peux y trouver un quelconque espoir  trouver. Il  est pour moi, dans le fait d'évoquer  un rite aussi vieux que l'homme , celui de sa propre disparition. Dans le fait d’incarner un futur obligatoire de  plus en plus facile  à  imaginer vue mon  âge, je charge ce gisant de "faire le mort" tandis que moi, je suis le gardien de ma vie. Création cathartique personnelle liée à  une pensée mobile qui a besoin parfois de  rejouer cette scène  pour vivre mieux. J'ai ainsi constaté des dizaines de fois que ces gisants, soient intéressaient sur le plan artistique -  je pense  à la photographe Belge Artitia, qui y consacra de très belles pages sur son site,  il  y a quelques années pour la série des Gisants de Sallenelles - soit effrayaient le promeneur qui restait muet, respectueux, voire en retrait. Mais jamais je n'ai entendu de railleries  à leur sujet, comme si le faire  les aurait entrainés à  parler d'un  sujet dangereux pour eux. J'y sentais une superstition remontant du fond de l'humanité, un mauvais sort  à éviter, jusqu'au  point de me les faire détruire.
Tous mes gisants de sable, de terre, de pierre, de bois, d'herbe  ou d'algues, pourtant loin de ressembler  à un être humain,  portaient en eux, au delà de cette image maladroite, une force magnétique capable d'évoquer un symbole qui les gênait.
Toucher  à la mort par la fabrication des ces installations éphémères dont l'entropie était pensée, organisée, se partageait mal, dans l'idée avec nos semblables.Né  en Bretagne, cette proximité de la mort faisait partie des us et coutumes, que je ne retrouvais pas,ici, en Normandie. Ainsi  l'acte créateur montrant notre propre disparition in situ, révélait un interdit tenace. Lorsque j'expliquais qu'il ne pouvait avoir de place pour le regret dans ces créations faites pour disparaître et que leur entropie m'offrait une seconde délivrance, j'étais devant un  mur d'incompréhension. Comment leur dire autrement que, créateur comblé par le geste de la mise en place, et ne possédant rien de tout cela, par choix,je me libérais aussi du  poids de la possession.
Devant ces gisants, certes très troublant parfois  même pour moi,  il revenait  à chacun de rechercher ses références  personnelles ou de l'ordre de  l'archétype.
Pour le spectateur,  il y aura  plusieurs niveaux qui pourront aller de l'appréhension, de la compréhension, du partage de l'idée  avec moi, de l'envie de faire la même chose  à son tout lorsque la part de l'humain se révèlera,  indémêlable du tout construit et déclencheur de l'émotion. A cet instant où  le rideau se lève entre le monde réel et le monde imaginé,  il convient de pousser plus loin le voyage, la vision,  jusqu'à satisfaire cette envie d'enchanter le monde.
Un jeu fragile dans son déroulement sans la complicité du soleil  en pleine course d'une journée qui l'épuise  à force d'être présent.De toutes petites réminiscences de ma propre vie s'entrechoquent, alors, pour retrouver une place et s'organiser dans ma mémoire amnésique.
Maelström  majeur pour étincelle de création dont il ne restera rien aux yeux de l’univers dans lequel  il existe.
Ayant terminé ce grand gisant de pierres sur la plage de Lion sur Mer,  je me disais, en regardant le large :
"Je sais  pourquoi la mer change de couleurs, mais je feins de ne pas le savoir. J'aime que ce mystère survienne dans mes pensées. Derrière l'horizon commencent les rêves. Ile se déplacent entre la mer et le ciel, accompagnant la course du soleil. C'est bien comme ça".

Roger Dautais
à propos de mes gisants... 4 juin 2013  18H10




Le silence gravi
traverse les mots
engendre la pensée
 
Je ne nomme pas 
l'alchimie intérieure
 
J'inscris 
sa présence
dans l'empreinte du temps.
 
*
Les mots 
entrouvrent une porte 
sur  l'autre monde
présent dans celui-ci
 
Ils rendent presque visible
l'invisible
à l'improviste.
 
*
La langue
n'est que l'écorce
de l'esprit
 
Seule 
importe
la sève
préservée.
 
*
Le cercle du ciel 
me traverse
et me surprend
 
Lieu de condensation 
de la lumière froide
 
plus mobile 
que l'électron.
 
*
Sans nul repos
de la pensée
je nomme
pour retenir
la brûlure des mots
 
à la frange de la conscience
jusqu'à l'extrême point.
 
*
Une concrétion de mots 
biface
entre la mémoire et l'oubli
entre l'espace et le temps
réinvente
une vie silencieuse
murmurée
à travers la durée.
 
*
Je reprends le voyage
sans trouver le port
ouvert dans le silence
 
Une main invisible
rassure
éclaire le regard
quand plus rien 
ne tient
 
Un soupçon de sève
où se promet le sens
accompagne le secret.
 
*
De l'humidité 
de l'humus
surgit
la palpitation du monde
 
Un mouvement de l'âme
m'accueille
et me fonde
surgi
de l'extrême pointe 
du désespoir
 
l'ignorance précède
ce qui se tait.
 
*
 
Je sais
l'affleurement
des mots
au cœur du silence
 
Au vif du vent
un autre versant
de moi
se découvre
 
à l'écoute du monde.
 
*
Dans  l'infime écheveau
où la parole se déroule
je cherche la vie
à tâtons
 
J'avance
mot à mot.
 
Marie-Josée Christien
 
Texte paru dans l'anthologie " 5 Voix de Bretagne " 
présentée par Jacqueline Saint-Jean aux éditions Encres Vives (2007).
 




 
 
 

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.