La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mardi 26 juin 2012








 

Reprise en pente douce.



Un  jour le temps me parût si loin que le suspendre était la seule solution pour y trouver de la placeà la poésie de l'éphémère. Je suis parti, avec cette idée  là dans les années 98 avec la ferme intention d'enchanter le monde,  à ma façon. Oui, je sais, j'ai déjà entendu ce que vous allez  me dire, mais je ne le répèterai pas ici,  une fois de plus. La meilleure façon de ne rien faire, c'est d'écouter tout le monde. Je suis donc parti, sac au dos sur la route, essayer de comprendre ce que pouvait dire larguer les amarres, perdre ses repères et revenir à ce que je connaissais enfant, une vie en plein air,  libre, à  l'écoute de la nature.
 Le land art, j'en avais entendu  parler aux Beaux Arts, dans les années soixante. On nous présentait ces artistes comme des originaux, marginaux, utopiques, à ne pas suivre. J'ai pris mon temps pour les rejoindre, ces artistes irréalistes , vivant hors des conventions de l'art et construisant  un mode de vie autour de leur pratique. Je me suis inspiré d'eux, au début,  puis ma route a bifurqué et je me suis retrouvé seul , racontant ma propre histoire au travers de milliers d'installations qui se suivirent ainsi jusqu'à ce jour.
J'entendais autour de moi, des gens se  plaindre et  me dire, je n'ai pas le temps, je ne pourrai jamais consacré  ma vie  à un art. Mais personne ne  m'ayant jamais demandé de le faire, je me sentais plus a l'aise pour parler de ce qui nous échappe, c'est  à dire le temps, pour le capter, le transformer en réalisant des installations, et le délivrer par la suite,  pour qu'il continue  à  passer.
Je ne suis jamais véritablement arrivé au bout de la route. J'ai toujours attendu qu'elle me parle et comme j'avais de très bons souvenirs de l'école buissonnière, j'ai trouvé des chemins de traverse. La Nature m'a  parlé  à sa façon et j'ai interprèté ses silences, comme ses bruits,  pour construire  un échange, une communication entre elle et  moi. La suite, je l'ai racontée dans mon travail d'artiste, au jour le jour.
Mais tout ne se déroule  pas comme on veut dans la vie. Un jour, je me suis arrêté brusquement de rêver. J'étais un  homme mort où presque. Ca calme.
Il faut quand même un minimum de santé pour reprendre après un tel coup du sort. Il  me restait de très beaux souvenirs. J'imaginais qu'ils pouvaient ouvrir  une nouvelle route,  un retour  possible au land art, et je m'en suis servi pour retrouver le moral.
Comment oublier ces rencontres avec les bèrbères de Matmata, dans le sud Tunisien, ces cairns élevés  à côté de leurs tombes en  pleine  montagne. Je revoyais, aussi ces superbes créature Nubiennes  à la peau d'ébène, leur petit dernier dans les bras, me regarder  élever  un cairn non  loin du lac d'Assouan dans le sud Egyptien. Je revivais le tracer de spirales sur la plage d'Agadir, devant ce médecin Algérien et son fils, au lever du soleil et notre conversation qui s'en suivit,  longuement, autour du land art qu'il découvrait  là, sous les pas de l'étranger que j'étais. Mes souvenirs  m'emportaient dans ce raid en 4X4 à Tafraout, dans le moyen Atlas Marocain, traversant le désert de pierre, en compagnie de Marie-Claude et de notre guide touareg, et  montant des cairns pour baliser notre route.
 J'ai revécu  tous mes voyages sur les iles de France, dans quelques montagnes,  à la recherche du paysage qui m'aurait accueilli et inspiré.Je voulais retrouver  une santé au travers de ce désir de créer, endormi et qu'il  me fallait réveiller.
Actuellement, je suis  à nouveau un chercheur de rêves et comme  un enfant, je réapprend la nature, pas par pas, sans savoir encore  où je pourrai aller physiquement. Le plus important, c'est d'avoir remis la machine  à rêves en marche et continuer  à vous les faire partager.

Roger Dautais


Rien
«
  OEuvres poétiques, Actes-Sud, 1999.
Rien,
c’est un mot qui fuit
d’une vertèbre à l’autre
Rien,
C’est une brindille
Qui casse sous la joue
Rien,
c’est dans un rocher
Un peu de mer qui brûle
Rien, c’est la liberté
qui blesse vos pieds nus »
Jean Sénac (1926-1973),

mercredi 20 juin 2012



Aux 80000 lecteurs du Chemin des Grands Jardins
qui sont venus ici, en trois ans...


Le Printemps prochain,  il faudra l'attendre là-bas...

- Tu as  un  blog ?
-  Un quoi ?
-  Un blog ,  pour montrer ce que tu fais, en dehors de tes expos.  C'est  un truc sur internet. Tu peux  montrer autant de photos que tu veux, dans le monde entier montrer.
Michelle est américaine, artiste, elle vit dans ma ville et elle est beaucoup  plus jeune que moi. Elle utiles internet depuis très longtemps.
J'ai fait sa connaissance par le land art et assez vite  elle a rejoint mon groupe international de land art Plages de Liberté. Son mari est photographe. Il utilise le net pour monter leurs travaux de photo, pour lui et de sculpture pour elle.
Michelle vient trois fois  à la maison,  me montre les rudiments du fonctionnement d'un blog,  puis  me dit : 
-débrouille toi, tu es assez grand,  maintenant.
La première page de ce blog a été réalisée en sa compagnie,. Tout ce qui  a suivi, je l'ai fait seul, avec plus ou  moins de bonheur, mais enfin, je garde le cap et trois ans  plus tard,  il fonctionne plutôt bien..
Par trois fois, ce blog a été sur le point de fermer et j'ai toujours ce sentiment que dans ce monde virtuel,  c'est un  peu ce qui l'attend  chaque jour. Je tiens d'abord et avant tout  à la vraie vie, surtout après ce que je viens de vivre sur le plan de ma santé et j'essaie de tout faire dans une seule journée, sans y revenir, me contentant, de répondre avec plaisir  à vos commentaires. Au tout début,  je faisais une page par jour. Une galère.
J'ai ainsi gagné du temps  pour voir ce qui se fait ailleurs et découvrir vos propres blogs un  peu, le soir.. Je dois aussi  un  merci particulier  à  l'équipe du PORTAIL DU  LAND ART qui ,  malgré mes difficultés de santé, continue  à  me soutenir ce qui est un geste très important pour moi. Je fais le maximum  pour revenir dans ce monde de la création, mais je ne peux brûler les étapes sans  prendre de risques. Il me faut donc attendre encore  un  peu.
Pour le moment, c'est vous qui  me donnez  l'envie de continuer et je vais donc le faire avec un réel bonheur.

Roger Dautais.



à Marie-Claude

D'une fenêtre
à  l'autre
juste  un espace-temps
pour retrouver
le silence
de tes yeux bleus.

***

Les jours sombres
espérer voir s'ouvrir
les fenêtres
pour accueillir  la nuit
et parler aux étoiles
sans dire  un  mot.

***

Tu  pouvais
chez moi,
 trouver des brumes
et le soleil noir
brillant  malgré tout.

***

Ici les étoiles
sont muettes
et  les courants d'air
portent le deuil
des paroles d'un nain
en  habit d'arlequin.

***

Parfois
il est trop tard
de l'autre côté du mur,
un cri annonce
que la nuit sera
blanche
sans toi.
Deux tours de clé
concluent le rêve.

Roger Dautais
Le printemps prochain,  il faudra l'attendre là-bas.
Juin 2012 en Normandie

lundi 11 juin 2012



 






Non  loin de la villa Pell Well, 
un menhir m'attend  peut-être...




En quatorze années passées  à parcourir des paysages,  j'ai toujours considéré  le temps de l'installation comme  un temps privilégié,  un temps à part, consacré  à la Nature. Ces occurrences se sont toujours présentées  comme des obligations d'honorer le lieu en s'adressant  à lui d'une façon spontanée qui ne se reproduirait plus jamais de la  même façon. La recherche d'une forme naît vraiment du lieu, de la lumière, des végétaux, des couleurs environnantes et la mise en place est presque ordonnée par la Nature.
L'exécution de l'idée qui nait sur le terrain peut être rapide, tenant compte de la disparition de la lumière, supposée imminente, avec un ciel qui se couvre. Elle peut être minutieuse, avec un temps de cueillette très long, à cause du choix des couleurs, des végétaux qu'il faudra trier avant de s'en servir. Je pense  parfois être  proche de l' intention du peintre en associant les couleurs et je vis des instants de vrai plaisir à réaliser ces installations colorées. 
Je pense bien évidemment,  aux installations flottantes, toujours délicates, parfois réalisées avec de l'eau jusqu'à  la ceinture dans des eaux froides. Je crains toujours plus pour mon matériel photo, installé sur un  petit radeau porteur, que  pour moi-même habitué à ce genre de bain.
Si  la contemplation de l’œuvre éphémère est légitime pendant un instant, je passe très rapidement  à celle du paysage dans lequel , elle s'inscrit. C'est l'aboutissement d'une démarche tournée  vers la Nature,  où l'on se sent, petit, mais bien accepté,  bien en place,  pour le voyage.
J’emporte toujours avec moi,  un   carnet où j'ai noté quelques poèmes ,  pour les lire, devant l'installation,  parfois  à haute voix, avec l'intention qu'il se passe un échange capable de transcender et l'un et  l'autre. C'est dans ce même esprit  de partage que je réalisais en 2001 des pierres peintes à la gouache blanche en caractère chinois et portant des  poèmes, lavés par la pluie, appartenant à ces pierres de silence au bout de quelques mois.
Une année que nous séjournions au sud de Saint Nazaire, non  loin de Saint-Brévin  les Pins, villa Pell Well
Je m'étais lancé dans une marche sur le littoral qui m'amena auprès d'un menhir de très belle taille. Ces lieux m'attirant par leur magnétisme, je réalisais une toute petite installation inspirée  par les lieux.(photo 8) De l'autre côté du menhir,  un homme et une femme, en pleine méditation, les yeux fermés, les bras ouverts. Ils m'expliquèrent que parisiens,  ils venaient au moins une fois par an, se " recharger " en énergie positive auprès de ce menhir, chose que je comprenais très bien. Je leur ai expliqué ma démarche de land artiste et nous sommes repartis chacun de notre côté, laissant le lieu témoin de cet échange amical.
Je pratique aussi cet art  pour toutes les rencontres, tous les échanges humains qui facilite, en France  ou  à l'étranger.
En quatorze années, le land art m'aura apporté d'immenses satisfactions et je pense que si ma santé le permet  à nouveau,  j'y retournerai.

Roger Dautais



Crayons de couleur

Le vert pour les pommes et les prairies,
Le jaune pour le soleil et les canaris,
Le rouge pour les fraises et le feu,
Le noir pour la nuit et les corbeaux
Le gris pour les ânes et les nuages,
Le bleu pour la mer et le ciel
Et toutes les couleurs pour colorier
Le monde.

Chantal Couliou

lundi 4 juin 2012





 à Guy Allix, fraternellement.



Derrière l'horizon commencent mes rêves...

J'ai souvent été interrogé sur ce genre d’installation et l'on me demande où  je peux y trouver un quelconque espoir  trouver. Il  est pour moi, dans le fait d'évoquer  un rite aussi vieux que l'homme , celui de sa propre disparition. Dans le fait d’incarner un futur obligatoire de  plus en plus facile  à  imaginer vue mon  âge, je charge ce gisant de "faire le mort" tandis que moi, je suis le gardien de ma vie. Création cathartique personnelle liée à  une pensée mobile qui a besoin parfois de  rejouer cette scène  pour vivre mieux. J'ai ainsi constaté des dizaines de fois que ces gisants, soient intéressaient sur le plan artistique -  je pense  à la photographe Belge Artitia, qui y consacra de très belles pages sur son site,  il  y a quelques années pour la série des Gisants de Sallenelles - soit effrayaient le promeneur qui restait muet, respectueux, voire en retrait. Mais jamais je n'ai entendu de railleries  à leur sujet, comme si le faire  les aurait entrainés à  parler d'un  sujet dangereux pour eux. J'y sentais une superstition remontant du fond de l'humanité, un mauvais sort  à éviter, jusqu'au  point de me les faire détruire.
Tous mes gisants de sable, de terre, de pierre, de bois, d'herbe  ou d'algues, pourtant loin de ressembler  à un être humain,  portaient en eux, au delà de cette image maladroite, une force magnétique capable d'évoquer un symbole qui les gênait.
Toucher  à la mort par la fabrication des ces installations éphémères dont l'entropie était pensée, organisée, se partageait mal, dans l'idée avec nos semblables.Né  en Bretagne, cette proximité de la mort faisait partie des us et coutumes, que je ne retrouvais pas,ici, en Normandie. Ainsi  l'acte créateur montrant notre propre disparition in situ, révélait un interdit tenace. Lorsque j'expliquais qu'il ne pouvait avoir de place pour le regret dans ces créations faites pour disparaître et que leur entropie m'offrait une seconde délivrance, j'étais devant un  mur d'incompréhension. Comment leur dire autrement que, créateur comblé par le geste de la mise en place, et ne possédant rien de tout cela, par choix,je me libérais aussi du  poids de la possession.
Devant ces gisants, certes très troublant parfois  même pour moi,  il revenait  à chacun de rechercher ses références  personnelles ou de l'ordre de  l'archétype.
Pour le spectateur,  il y aura  plusieurs niveaux qui pourront aller de l'appréhension, de la compréhension, du partage de l'idée  avec moi, de l'envie de faire la même chose  à son tout lorsque la part de l'humain se révèlera,  indémêlable du tout construit et déclencheur de l'émotion. A cet instant où  le rideau se lève entre le monde réel et le monde imaginé,  il convient de pousser plus loin le voyage, la vision,  jusqu'à satisfaire cette envie d'enchanter le monde.
Un jeu fragile dans son déroulement sans la complicité du soleil  en pleine course d'une journée qui l'épuise  à force d'être présent.De toutes petites réminiscences de ma propre vie s'entrechoquent, alors, pour retrouver une place et s'organiser dans ma mémoire amnésique.
Maelström  majeur pour étincelle de création dont il ne restera rien aux yeux de l’univers dans lequel  il existe.
Ayant terminé ce grand gisant de pierres sur la plage de Lion sur Mer,  je me disais, en regardant le large :
"Je sais  pourquoi la mer change de couleurs, mais je feins de ne pas le savoir. J'aime que ce mystère survienne dans mes pensées. Derrière l'horizon commencent les rêves. Ile se déplacent entre la mer et le ciel, accompagnant la course du soleil. C'est bien comme ça".

Roger Dautais
à propos de mes gisants... 4 juin 2013  18H10




Le silence gravi
traverse les mots
engendre la pensée
 
Je ne nomme pas 
l'alchimie intérieure
 
J'inscris 
sa présence
dans l'empreinte du temps.
 
*
Les mots 
entrouvrent une porte 
sur  l'autre monde
présent dans celui-ci
 
Ils rendent presque visible
l'invisible
à l'improviste.
 
*
La langue
n'est que l'écorce
de l'esprit
 
Seule 
importe
la sève
préservée.
 
*
Le cercle du ciel 
me traverse
et me surprend
 
Lieu de condensation 
de la lumière froide
 
plus mobile 
que l'électron.
 
*
Sans nul repos
de la pensée
je nomme
pour retenir
la brûlure des mots
 
à la frange de la conscience
jusqu'à l'extrême point.
 
*
Une concrétion de mots 
biface
entre la mémoire et l'oubli
entre l'espace et le temps
réinvente
une vie silencieuse
murmurée
à travers la durée.
 
*
Je reprends le voyage
sans trouver le port
ouvert dans le silence
 
Une main invisible
rassure
éclaire le regard
quand plus rien 
ne tient
 
Un soupçon de sève
où se promet le sens
accompagne le secret.
 
*
De l'humidité 
de l'humus
surgit
la palpitation du monde
 
Un mouvement de l'âme
m'accueille
et me fonde
surgi
de l'extrême pointe 
du désespoir
 
l'ignorance précède
ce qui se tait.
 
*
 
Je sais
l'affleurement
des mots
au cœur du silence
 
Au vif du vent
un autre versant
de moi
se découvre
 
à l'écoute du monde.
 
*
Dans  l'infime écheveau
où la parole se déroule
je cherche la vie
à tâtons
 
J'avance
mot à mot.
 
Marie-Josée Christien
 
Texte paru dans l'anthologie " 5 Voix de Bretagne " 
présentée par Jacqueline Saint-Jean aux éditions Encres Vives (2007).
 




 
 
 

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.