La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

jeudi 29 avril 2010






Le cairn de la route du sud
...



Lorsque je me déplace, je suis toujours à l'affût de lieux nouveaux, de dépôts de pierres naturels ou organisés et je les mémorise pour plus tard. Ainsi lors de la construction d'une quatre voies au sud de ma ville, j'avais repéré, depuis plusieurs années, ce genre d'endroit et je m'y suis rendu en début de semaine. La quatre voies m'y conduit raidement puis je termine le chemin à pied. Une zone a survécu à toute cette infrastructure routière et a consacré une aire de dépôt pour recevoir, terres de remblais et pierres de toute sorte. J'escalade le talus de plusieurs mètres qui borde cette zone et je découvre un " trésor". Entendez par là, un énorme dépôt de pierres de très grosse taille, que je ne remuerai pas avec mes bras, mais aussi de moins grosses, plus transportables. Ce lieu me ramène aussitôt par la pensée aux cairns élevés dans la montagne de Matmata, dans le sud Tunisien, auprès des tombes berbères. J'en garde un souvenir inoubliable et au moment de commencer ce travail c'est à mes amis berbères que je pense. Le sol est instable, les pierres qui ne sont pas calées me font avancer comme un équilibriste. La différence avec lui, c'est que je ne suis pas léger car les premières pierres transportées dépassent largement les 25 kilos. J'établis une base solide, bien calée et je les monte sur le haut du talus et commence à les, empiler les unes sur les autres. Pas question de chercher la rigueur, le calibrage, non, ici les lieux sont sauvages et la construction doit garder cet esprit. Il faut accepter ce rugosité des pierres qui me blessent le bout des doigts, et les élever jusqu'à ce que le point du cairn haut soit atteint. A cette hauteur, une seule pierre, même très petite suffit à faire vaciller l'ensemble et le précipiter par terre.
Il faut très chaud et je n'ai pas amené d'eau pour me désaltérer. Dans le mouvement, je ne peux pas me permettre d'arrêter pour aller boire, ce serait casser le rythme dont j'ai besoin. Heureusement, j'ai connu tout au long de ma vie, ces efforts soutenus dans les travaux de la terre et je crois que la passion l'emporte sur la soif. Je termine mes trois cairns qui seront les
" guetteurs de la plaine". Je pars à l'exploration de la zone de dépôt et, tout au fond, je découvre un second amas de pierres installé sur une petite butte de terre de remblai. J'évalue le volume des pierres disponibles et le temps qu'il me reste devant moi, avant de me mettre au travail. Je vais élever un cairn plus important que les trois précédents, ici, avant de quitter les lieux. Je trace le cercle de base sur lequel il va s'élever et commence à rassembler de grosses pierres qui serviront de socle.
En deux heures, il est debout. Hauteur, 1.80 m environ et une fière allure dans ce lieu désert. Il portera le nom du cairn de la route du sud.
Deux jours plus tard c'est sur plage de la Côte de Nacre que j'entreprendrai d'en élever un autre dont je vous parlerai, une prochaine fois.


Roger Dautais






La parole
bref instant d'un spasme
stalactite sculpté
rune sertie
sous le parquet du ciel
muse muette
lettre de l'âtre
écho congelé
que la main estropie
sur la plage des pierres.



Patrice Delbourg.

L'ampleur du désastre

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.