La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

samedi 23 mars 2019

Mémoires blanches  : à la  marcheuse du Sal

Ma bien-aimé,
laisse derrière toi toutes ces pensées infructueuses
et viens ici reposer dans le silence de l’Être.
Mooji


.Ce n'est pas en roulant trop vite que tu rattraperas le temps perdu, mon amie. Tu peux prier tous les Saints du monde, ils ne feront rien pour toi. Une journée nouvelle , n'est pas faite pour remplacer la précédente, ni un satsang d'hier, mal compris, te feras avancer sur le chemin de la sérénité. Laisse la nuit préparer la prochaine journée, sans te soucier de savoir comment elle se déroulera. Je sais, ce n'est pas facile mais pourquoi me l'avoir appris si tu ne pratiques pas toi-même tes enseignements, depuis que je suis parti.
La prochaine journée sera la continuité de ta vie, de ton temps de vie, de celui qui te reste.
Pour le land art, c'est comparable. Une installation n'est pas là pour pousser l'autre, pour la remplacer pour que tu l'oublies.
Non, l'installation n'est jamais le but. Elle est le vase dans lequel s'épanouira ton esprit, sans idée de possession. Tu n'es pas là pour plaire, mon amie et si tu veux te mettre à mon école, abandonne toute idée de séduction. Deviens le chemin et cesse de me suivre, deviens l’expression et cesse d'attendre le compliment.
Le temps de la séparation et de la distance, s'est incarné dans le silence de notre relation.
Nous cherchions l'unité d'Amour et voilà qu'elle s'incarne aujourd'hui.
J'ai ramassé mes nuits entre mes mains, je les ai transportées au pied du grand réfrigérant, où s'expriment nos disparus. Je les ai offert à la salamandre dorée, qui vit parmi les roseaux.
 Heith, régnant, en ce jour béni, et moi-même, enfant de la Terre, je t'ai dit ici quelle était la véritable motivation, sur mon chemin de vie.

Roger Dautais

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com

Photo : création land art de Roger Dautais
" Mémoires blanches " à la Marcheuse du Sal.
Région de Caen - Normandie

5 commentaires:

  1. Cher Roger,

    mort et vie tissées, et soin porté à tout : Joe Bousquet, du fond de sa chambre de souffrance, ce soir emporte ma pensée vers vous.
    Je vous embrasse,

    ANNE

    "Mon nom n’est pas sur ma porte
    mais chacun sait mon métier
    je prends du sable aux mers mortes
    et des clous à vos souliers

    — Prête-moi tes gants de laine
    pour ferrer mon cheval noir
    je suis l’époux d’une reine
    qui m’a fait roi sans me voir

    — Dans un chantier sous la terre
    j’ai mes outils d’emballeur
    et vends à l’homme des pierres
    qu’il me paye avec des fleurs

    — Dis-moi tes noms que je donne
    la nuit aux ombres qu’ils sont
    et que Dieu leur taille un trône
    dans le poids de ta maison

    — Mon parrain passait du sable
    « Quel est-il » on l’appelait
    il ajustait ses semblables
    à de grands trous qu’il taillait

    Et les voyant dans leur cendre
    entrer sur les pas d’autrui
    il leur donnait à comprendre
    ce que je chante aujourd’hui

    — J’écris mon nom sur ta bière
    où repose on ne sait qui
    un homme n’est que son frère
    puisque son frère c’est lui

    Joë Bousquet, La connaissance du Soir, Poésie/Gallimard, 1981

    RépondreSupprimer
  2. Anne Le Maître
    L’idéal ce serait qu 'atteignant le néant, nous soyons cette vibration là, née de vous, de votre choix, de ce poème chair incarnée, de celle de l'humble, du grand, Joë Bousquet, et que l'on appel l'Amour éternel.
    Je vous embrasse très fort,ma chère Anne.
    Roger

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir Roger
    Je me suis posée au Moulin de Kervilio et par le sentier côtier suis allée au Bono.
    Où le Sal se mèle à la rivière du Bono je suis un peu perdue.
    La douceur printanière, les arbres torturés les oiseaux chantant m'ont accompagnée.
    Ce fut plaisir de gambade.
    Je t'embrasse ... un jour peut-être s'assoir sur un rocher et contempler

    RépondreSupprimer
  4. Le Grand Poucet a marqué sa route...

    RépondreSupprimer
  5. Se reposer et laisser ses pensées vagabonder

    RépondreSupprimer

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.