La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 13 février 2019

Tapis de  prières  :  pour elle,seulement. 



"Yuko vénérait l'art du haïku, la neige et le chiffre 7".
Maxence Fermine.
Neige

Pour elle, seulement.
Petit matin brumeux. Spleen en tête, je pars marcher pour retrouver la sérénité. Un quiproquo ridicule m'éloigne de l'âme aimée. Les mots sont des pièges et mon ignorance me fait encore me tromper. Des passantes se sont mises entre elle et moi, qui ne voulaient que passer et rien d'autre.
La mélancolie me fut donnée au berceau. Triste cadeau que j'assume.
Après deux heures de route dans la campagne normande, j'entre dans un petit parc charmant;, jouxtant une rivière chantante. Manqueraient, des fées.
C'est la fin de l'été.
J'aimerais, en ces lieux, créer à genoux pour me réconcilier avec la nature. Ce sera un tapis de prières, brodé avec amour.
Il se fait que de divines couleurs me passent entre les doigts. C'est si beau. Je pleure.
Je pleure d'elle, absente. Ai-je le droit?
Demain sera un autre jour.
Roger Dautais
Notes de land art pour la Route 77

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com/

" Tapis de prière " pour elle dont le chiffre est 7.
Campagne Normande, vers Caen -2002


./ J'ai connu ces moments où les heures s'allongent
Autant que les secondes, gorgées d'éternité...
Qu'on espère finis, qui viennent nous hanter...
Ces moments qui font dire : "Le temps est de passage ".../

Hélène Naudon
Cécile Gaillard

Anamorphoses
Mises en maux.

9 commentaires:

  1. it only occurs to me now to wonder if you understand the poems i bring here, as they are in english and sometimes things do not translate well. except i believe that whoever comes here must speak the same language, regardless of alphabet. here is an alphabet of love, written on the very world herself.

    i am so moved by what you write, roger, sifting the divine colours. i understand. your words become those colours and i find myself crying as you must have.

    i encountered this the other day. by Duane Locke. i think you might like it. (i hope it translates enough so that you might hear it.)

    Poem Written by a 96 Year Old, No. 55


    I was contemplating the supreme brightness:
    One bent, extended finger, the lower-half of three bent fingers close together,
    A brightness in a chiaroscuro space of absolute darkness
    Of a Rembrandt painting.
    It was my reality as an individual living in a world of non compo mentis
    Megalomaniacs, slave mentalities who are puppets of the status quo's unreality
    That they swear by because it was felt by their impoverished subjectivity
    As being a truth, although it was a false, noxious, pernicious
    Interpretation of what they called a fact and loved.

    I was sitting in a space that was primarily hard black mud, water
    Oozed underground and unseen. Although the nearby Downy Woodpecker
    Could hear and understand the speech of the unseen water, I could not.
    My public school inferior education and its ignorant teachers
    Had disconnected me from harmony with the terrestrial mysticism, the
    mystic network
    Of nature. I have spent my life unlearning what I was taught.
    Our age is an "Age of Mendacity." The myth of George Washington
    Was that he could not tell a lie. The reality of our age is
    That so many people, most people, cannot tell the truth.

    This space of black mud is mostly covered with a bright green vegetation.
    From its greenness and salvation sprouted Spring stems
    That resembled thin wires, that so thin were almost invisible.
    At the end of this thinness were two dark growths that looked
    Like wings in flight, wings without a body quivering through a bible of blue air.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Erin,
      Merci chère amie. Je suis entré en toi, par tes photos. Je m'étais dit, voilà une âme singulière que j'aimerai côtoyer. Puis j'ai connu ton écriture, tout aussi puissante, énigmatique, inspirée, chamanique, parfois. Alors les deux expressions me donnaient envie de te connaitre, physiquement. Jusqu'au jour où tu as présenté des photos de toi, nue, à la plastique parfaite, même plus, habitée.
      Je me suis dit que ces trois forces conjuguées me parlaient d'un être exceptionnel, en relation avec le deux. Oui, protégée et inspirée par un esprit supérieur.
      Alors depuis, chère Erin, nous communiquons dans la plus pure entente, comme frère et sœur, vois-tu.
      Quand au merveilleux poème de cet homme de 96 ans, je peux te dire qu'il ne fait pas son âge. Une force exceptionnelle habite ce poète
      Moi aussi, je suis vieux, moins que lui,certes mais assez pour me le faire dire par les moqueurs. J'ai de quoi me défendre et l'âge ne me gène pas. Je vis même, à fond, cette vie , préférant la qualité du vécu, à la quantité d'années empilées. Je brûle ma vie à cent à l'heure,depuis toujours et bien de personnes m'ayant côtoyé, s'y brûlent sans le savoir.
      Oui, ton envoi me plait, ta présence aussi, et ce poème également.
      Je t'embrasse et t'enlace, tendrement.
      Roger

      Supprimer
  2. Qu'il est somptueux le tapis de prière!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chri.
      Oui, somptueux et aujourd'hui, jour de deuil, c’était ma prière pour une ÂME aimée.
      Belle soirée, Christian.
      Roger

      Supprimer
  3. Que c'est joli, et qu'elles doivent être belles, les prières adressées ici...
    Les malentendus engendrés par les passants et les passantes font partie de la vie aussi, mais l'amour permet toujours de les éclairer.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pastelle,
      Merci Chère Sophie. Nous avons justement éclaire ces malentendus,de nos paroles, et d'un travail artistique commun, ce midi.
      Je t'embrasse,chère Sophie.
      Roger

      Supprimer
  4. Tapie au fond du parc la pière s'élève vers elle
    Tapis de prière où tout s'exprime
    C'est beau : douceur rêves et force
    Belle journée Roger
    Que le soleil qui illumine mon jardin de poche
    Eclaire chacune de tes heures
    Je t'embrasse en amitié

    RépondreSupprimer
  5. Un tapis de prière pour un hymne de joie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie,
      Merci Marie. Elle n'était pas très joyeuse,cette prière du jour, mais plutôt, mélancolique. Nous l'avons laissé dériver avec le flot montant et s'éloigner des morts qui nos regardaient.
      Le temps arrangera ou pas la situation.
      Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.