La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mardi 7 mai 2019

Remember  : to  Maé

Anamorphose d'une vie :  à  Chochana  Boukhobza,

Bris de voies   : Thibault Germain
 Notre mémoire est  hors de nous dans  un souffle pluvieux du temps.
Annie Ernaux

La mécanique du cœur,  lorsqu'elle s’enraille, tu vas au tapis.
R.D.

Mémoire n°1
Il  y a plus de  poésie dans le simple va et vient de la mer que dans le  plus beau de  mes cairns et cela me rassure de la côtoyer si souvent.

 Mémoire n° 2
Anamorphose d'une vie
Capter la magie d'une spirale de sable, m'avait  pris  une grande partie de ma vie. A chaque fois, pourtant, je devais mettre  mon savoir de côte et laisser  parler  mon cœur, tant chaque nouvelle spirale devenait  avant  tout une  vie anamorphosée  à découvrir.

Mémoire n°3
Le dernier jour où il fît beau.
Hier,  il a fait beau  jusqu'à l'horizon, jusqu'aux  chênes que tu aimais enlacer.
Hier,  il a fait beau  jusqu'à l'écluse de Pompérin, où tu aimais te baigner  nue.
Hier, il a fait beau jusqu'à la cabane des silences, où tu avais collé  un lion en rut.
Hier, il a fait beau près de  l'Ange cendré en ria, au pied du pin maritime.
 Hier,  il a fait beau dans le jardin des simples, au pied du château fort que tu aimais regarder.
Hier,  il a fait beau jusqu'aux premières gouttes d'eau, salées par mes larmes sur mes joues, quand tu es  partie.
Hôpital de Vannes
Service de cardiologie.
La nuit

Mémoire n°4
Corse
Ils parlent. Ils sont bien, sur le chemin de terre  battue. Les souvenirs remontent, croisés, échangés du bout des regards. La rivière accueille  une nouvelle marée.
 Le clan Corse, siège au village. Extraordinaire et noir, dans le silence de Nonza, rôles distribués.
Les galets  luisants raconteraient leur histoire, plus tard, vague après vague de désir, remuée, rejouée.
Ils  quittent la mer, de vue,escaladent  le maquis jusqu'au chemin de terre battue. Ils sont bien,  à nouveau. Chacun marche en se tournant le dos. Un ravissement Divin emplit leurs deux cœurs.
Demain n'est jamais écrit, pensent-ils, ensemble.
 Hôpital de Vannes
Service de cardiologie.
La nuit

Mémoire n°5
Vide

Mémoire n°6
Pour M.G. l'amnésique

Quand le corps fait naufrage
Ce n'est  plus la douleur criante, délirante, absolue, celle qui cotoie la mort dans  une boîte grise.
Non, c'est la douleur  lourde, que la morphine  ne suffit  plus  à calmer. Délire noir, épais, indigeste qui laisse  peu de place à autre chose que celle d'une idée de sortie de vie, brutale.
Le corps est plaqué par la gravité de l'instant, collé, horizontal. La  poitrine  brûle et rappelle cette  longue cicatrice rouge, preuve que  mon thorax a bien été scié en deux. Le cœur réparé, souffre en silence. Une immense fatigue me fais voyager. Loin, très  loin. Haut, très haut.
L'esprit décroche, sombre,  un isntant,  pèse le pour et le contre, d’une telle condition humaine. Faut-il vivre ?  Faut-il arrêter les frais ?
Puis, la vie reprend le dessus.

 Hôpital de Rennes-Pontchaillou
Service de réanimation cardiaque.

Mémoire n°7
  à Marie-Claude

Mon corps décédé, descend le Nil...

Asouan, ta main dans la mienne.
Sous la felouque, le Nil.
Le bonheur dans tes yeux de rencontere les  miens.
Tout est lenteur
tout est beauté.
Sans cesse, les  pêcheurs, frappent le fleuve de  leurs filets.
Demain, ce sera
Abbou Simbel
et notre amour des temples.
   Roger Dautais

Nuit morphinique
Service de réanimation
en  chirurgie cardiaque
Hôpital de Rennes Pontchaillou.

15 commentaires:

  1. Mise au point.
    Je ne pense pas qu'il y ait à remettre en cause, ni mon état, ni ma qualité d'artiste professionnel.Et pourtant ! Ce que j'entends, en ces moments de grande difficulté physique éprouvée,depuis mon opération à cœur ouvert, est navrant. Je ne supporte pas de m'entendre dire : tu devrais " conceptualiser ton land art" et songer à écrire sur la pratique.
    D'abord, c'est un jargon de bobo qui ne comprend rien à mon land art. Ma démarche n'est pas intellectuelle. Je suis un manuel, avant tout et mon premier outil,c'est mon cœur. Pour ce qui en est de mon expression écrite, à démarrer, cela servirait à quoi de lui dire que j'ai toujours accompagné mon land art, d’écrits, et ce depuis 1997. La personne qui veut m'améliorer, me connait depuis quelques mois.Qu'elle passe son chemin. Je n'ai même pas à lui répondre, car je serai désagréable.
    Par contre, ce que je peux affirmer, c'est que je n'ai jamais organisé de stages land art aussi bidons que prétentieux, pour des pigeons. Et encore, je préserve son anonymat. Tout cela pour dire, qu'76 ans et 60 ans de pratique artistique, je veux encore bien apprendre, car on ne sait pas tout, mais, je choisirai mes maîtres,c'est la moindre des choses.
    Il m'importait de faire de cette mise au point.

    Je remercie chaleureusement tous mes lecteurs descendus, sur LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS, pieds nus ou non qui n'ont jamais été si nombreux.
    Je vous embrasse fraternellement.
    Roger Dautais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On me dit aussi que je perds mon temps avec mon blog et mes poèmes...
      Je t'offre celui-ci
      https://marie-aupaysdesimagesetdesmots.blogspot.com/2013/06/poemeil-y-des-mots.html

      Supprimer
  2. cher Roger:tu dis très justement un peu plus haut "demain n'est jamais écrit"et "la vie reprend le dessus".....Cela me semble une bonne devise ,je dirais que c'est vrai pour la seconde suivante (qui n'est pas écrite!)!Alors les chiens aboient et….tu connais la suite.Pour le peu que je te connaisse ,tes créations et tes textes sont en harmonie à chaque fois et je ne vois pas pourquoi il faudrait privilégier l'un ou l'autre!c'est magnifique ainsi,ne change rien,c'est toujours ton cœur qui parle!très heureuse d'être descendue dans ton merveilleux Jardin pour p-e un peu adoucir cette douleur…

    odile

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Odile. Merci Odile. C'est vrai, j'ai besoin d'un peu de douceur, mais ma femme aimée m'n procure. Bien que souffrant et douloureux,24/24, je reprends du poil de la bête. Je ne baise jamais la garde devant une attaque injuste, défendant simplement , une ligne de vie. Je n'ai apprendre de personne ce que souffrir veut dire, initié à ce douloureux parcours dans ma tendre jeunesse. Mais on peut aussi souffrir d'attaques plus insidieuse, portées par des personne qui, vous sachant malade ou diminué, en profitent. Et là, je règle mes comptes tout seul. j'aime bien les loups, dans la nature, pas quand ce sont les hommes qui portent leurs dépouilles pour vous attaquer.
      Pacifiste dans l'âme et militant, dénonçant le lobby des armes, la guerre, ma seule arme est l'écriture et bien entendu, le droit à manifester avec mes amis.
      En toute amitié.
      Roger

      Supprimer
    2. J'aimerais voir ton film "la mémoire amnésique",je ne le trouve pas avec internet et cela m'intéresse(de plus j'ai une amie atteinte de cette maladie).Pourrais-tu me dire comment procéder???je te remercie beaucoup et te souhaite une convalescence paisible et entourée d'amis véritables!!!!je t'embrasse
      odile

      Supprimer
  3. Bonsoir Roger
    Le héron de la rivière ne manque de rien
    Seul l'arrivée de ce rapace de fer bien inofensif lui fait craindre d'être déposédé et donc de manquer. La simple raison aurait voulu qu'il constate que le rapace ne mettait pas en danger son acquis. Ce n'est qu'un défi une photo proposé un texte inspiré...
    Je regrette de t'avoir inspiré cette réaction.
    Je bris de voies me plait.
    Bonne soirée
    Jacqueline Océanique


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oceanique
      Pourquoi regretter. Cela veut dire que texte n'était pas anodin. Je prends toutes les réactions de me lecteurs pour ce qu'elles sont. Je fais quand même une exception pour les propos racistes et antisémites que je dégage systématiquement. Il est normal que tu me répondes et que je te publie. Cela n'entache en rien notre amitié. Je t'embrasse chère Jacqueline.
      Roger

      Supprimer
  4. Bris de thorax, "bris de voies" comme un fleuve, sous ces ponts légers, palpite la vie. Courage.
    Je t’embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Manouche.
      Merci Manouche. l'instinct de vie m'étonne, même si parfois, je doute et c'est sur cette force que je compte pour avancer, non sur mon entourage, absent, à part Marie-Claude. Je ne parle pas de mes soit disant amis de très longue date, tous disparus à part Marie-Josée et Guy.

      Bel après-midi, chère manouche.
      Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
  5. Cher Roger la force de tes écrits "trahit" la force de vie qui est en toi, malgré la souffrance, malgré les douleurs et les empêchements... Quelle leçon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Unknown. Merci à toi qui avance masqué. Une leçon, je ne sais pas, en tous les cas, je n'ai pas cette prétention.
      Le combat que je mène aura une fin : la mort, comme tout un chacun. Ce n'est pas cela qui m'effraie. Je l'ai parfois souhaitée, au temps des grands douleurs. Ce qui m'importe c'est de vivre pleinement ma vie, non pas diminué,d'une autre façon que ce qui revient à la vieillesse. Je suis très résistant et j'ai aussi ds faiblesses. Il faut faire avec.
      Merci de ton compliment, il me touche beaucoup.
      En toute amitié.
      Roger

      Supprimer
  6. une osmose entre ton art et tes mots ... et l'esprit vagabonde sur ses chemins familiers;
    j'aime ces méditations que "tu m'imposes" peut être parce qu'arrivée au bon moment de cette rencontre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La cachette à Josette
      Merci Josette. Détrompe-toi, je n'impose rien. Il faut lire tout ça avec beaucoup de détachement.
      Mais je respecte ton interprétation.
      Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
  7. Je souris en lisant que tu es un manuel. J'aime tes travaux manuels, Roger ! ;)
    S'ils pouvaient tous être aussi beaux et signifiants.
    Trois superbes créations encore...

    RépondreSupprimer
  8. L'unknown c'était moi Chri, j'ai écrit d'une autre machine que la mienne et donc mon compte n'est pas apparu mais je ne retire rien. Sans vouloir l'être c'en est une c'est encore plus puissant.
    Amitié

    RépondreSupprimer

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.