La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

vendredi 26 avril 2019

Précieuses messagères ou, le sel de la vie   :     à Maïté- Alienor




...Tant que la vie  n'est pas terminée, le combat reste  à mener.
Boris Cyrulnik


Avant de répondre, il convient de vivre, d'avancer. Ce matin fut consacré à  l'écoute du chant des  oiseaux, sous les étoiles présentes et  invisibles. Je me suis  laissé aller au plaisir de  l’écoute, toutes résistances  posées. Je désirais recevoir ces chants,  pleinement, sans  intervenir, de cœur  à cœur. J'étais des  leurs, ils venaient  à  moi. Telle fut  mon expérience sur ma nouvelle route, en non  mouvement, suspendu à  leur chant.
J'en suis resté  là.
R.D.


***


  à ma femme aimée

Brisures d'Amour
Dans les champs d'amont
Tout bouge au  pied
des oyats froisés
par nos corps
Jusqu'au moindre grain
de sable .
 Roger Dautais

Mes nuits décousues de  morphine sont  à reprendre.

 CHU de Pontchaillou-Rennes
 Service de chirurgie cardiaque.
Avril 2019

11 commentaires:

  1. Magnifique cette spirale, comme si elle menait au plus profond de soi.
    C'est une jolie activité pour une convalescence que d'écouter le chant des oiseaux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pastelle Merci chère Sophie.
      J'ai toujours rêvé, si je revenais sur terre, le faire sous la forme d'un oiseau. Je l'ai toujours écouté,adoré, dessiné, élevé,soigné,enterre avec rituel quand je les trouve port sur ma route. Il rare que mes actions n’aient pas un sens que se rattache à mon vécu, voir plus loin puisque je crois à l'inconscient collectif. C'est pourquoi, j'aime expérimenter l'inconnu dans toutes les matières, pour en nourrir mon espérance de vie éphémère.
      Carpe diem.
      Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
  2. Salut mon cher ami Roger. He regresado a mi blog y he pensado en ti. A buena hora encuentro la dirección de tu blog.
    Cómo estas amigo? Estos preciosos mensajeros...llegan con el trinar de los pájaros, también a mi. Estoy desinformada, ha ocurrido algo?
    Un abrazo muy grande.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceciely
      Merci Ceciely, Une chirurgienne experte m'a rendu ma vie, le 9 avril de cette année, une chirurgienne m'a rendu la vie, après une opération du cœur,délicate. J'en suis sorti, très fatigue, affaibli et ne suis pas encore remis. Je reste un sujet à risque pendant quelques mois, mais je suis vivant. Je me suis donc remis à écrire,remerciant le ciel d'être là. Je suis très heureux de te retrouver,chère amie et je t'embrasse très fort.
      Roger

      Supprimer
  3. Se brancher sur tout ce qui vit, car notre vie est tout sauf solitaire. Se relier, pour retrouver la force, ou la paix. Dans l'infini, retrouver le souffle de l'être aimé.
    Se poser sur l'instant, sur le chant du merle, sur le scintillement de la dernière étoile...

    Bonne convalescence à vous, cher Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AnneLeMaitre.
      Je pratique la reliance au monde, l'échange d'énergie avec l'univer, la relation de coeur à coeur. Je suis né pour aimer. Cela a failli s’arrêter.
      Qui peut comprendre l'arrêt total d'un cœur pour réparation, que l'on fait repartir et qui veut bien repartir, s'il n'y a pas d'amour ?
      Je reviens de très loin mais est-ce pour autant que l'on ne m'attend pas au tournant ? Non.
      Ma vie est a continuer avec la même énergie, loin des faux amis. Si le temps passé à méditer à me complaire dans le chant des oiseaux, ets considéré par beaucoup,comme inutile, je n'ai plus envie de m’éparpiller, parmi ceux qui ont tout et veulent en plus te voler ta vie.
      Je suis bien revenu dans le monde cruel et abruti, cupide tel qu'il peut l'être. Ce n'est plus le mien.
      Le mien s'appelle Amour. Je me consacre à ceux que j'aime en priorité,et dont vous faites partie.

      Supprimer
  4. Le chant des oiseaux, la vue des fleurs et des arbres par la fenêtre: vital quand on est immobilisé.
    J'admire ta spirale parfaite et que tu as su faire vivre.

    RépondreSupprimer
  5. la vie s'enroule et se déroule... faut il mourir pour naitre à la vie ?

    RépondreSupprimer
  6. Cher Roger
    merci pour cette spirale qui a quelque chose de l'infini et dont le chemin peut s'agrémenter d'un fruit déposé chaque jour; avec ses antennes multiples et déployées pour cueillir le sel de la vie.
    Le sel de la vie et ses couleurs ardentes, côtoyer la femme aimée avec tant d'amour et de reconnaissance pour ces instants fragiles et se mettre à l'écoute du chant environnant.
    Rien ne me plaît plus que de rester quelques instants immobile sur mes terres landaises, lorsque je peux profiter de ces moments rares, à l'écoute du chant des oiseaux, particulièrement de celui du coucou en ce moment, et de la mélopée du vent dans la cime des arbres; comme une houle de vie que les urbains oublient, et qui, comme toi est inscrite dans mon être.
    Je fais mienne aussi la citation de Boris Cyrulnik.
    Pour toi un poème de François Cheng:
    Éteindre en nous ce feu
    Qui mord, qui dévore?
    Mais que faire d'autre
    Sinon rallumer
    Un feu autrement
    Plus puissant, plus libre,
    Charnel-aérien,
    A l'image de
    La flamme initiale,
    Ne trahissant rien,
    Mais transformant tout
    En veillée
    nuptiale.

    Cher Roger, je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
  7. Un jour encore et c'est pour voir
    Et pour aimer ces choses
    Qui auraient pu rester
    Pour toujours dans le noir
    A ne pas être vues.

    Un jour encore
    Pour voir le jour
    Tâter l'espace et le gagner.

    Un jour pour approuver
    Ce que vaut la lumière

    Et pour y faire
    Tout ce que c'est que vivre
    Un jour encore.


    Guillevic, in Envie de vivre

    RépondreSupprimer
  8. Cette spirale rouge me fait penser au labyrinthe initiatique des cathédrales.
    Question morphine, après son pontage en 2009 mon époux a testé. Lors d'une de mes visites journalières dans sa chambre d'hôpital, alors que je lui parlais, il me disait que tout en m'écoutant il voyait une sorte de dragon chinois traverser la pièce à hauteur du plafond. Sa sœur (passée sur le billard après avoir chuté d'une terrasse) voyait, quant à elle, une kyrielle de petits poussins pioupoutant sur les murs de sa chambre !
    Comme le chante Alain Souchon La vie ne vaut rien, rien ... mais rien ne vaut la vie.
    Et la contemplation des beautés de Dame Nature est un puissant remède à la mélancolie.
    Bonne suite à l'écoute du chœur des petits chanteurs à plume, Roger, bises

    RépondreSupprimer

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.