La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mardi 2 avril 2019

" Bibli " Pour Agnès Varda
  •  Pour Agnès Varda

    De grâce, sortez des usines à pigeon, ces stages land art  de toute sorte où l'on vous apprend à mieux vivre, à mieux obéir, à mieux vous insérer dans le système de votre entreprise, par le land art. Vous ferez des économies.
    Je m'étais prête au jeu du stagiaire, il y a une dizaine d'années à Caen. Notre "enseignant", pas artiste pour un sou, fonctionnaire, ayant quelques bases historiques du land art, débitait un discours à faire fuir un touriste.
    La séance tourna très vite à la leçon de botanique dans ce jardin éponyme, sans avoir rien fait de nos deux mains. Le stage de formation durait quand même une demi-journée.
    En fin d'après-midi, il nous apprit à épingles des feuilles d'arbre avec leur pétiole et faire des figures géométriques avec des brindilles, posées sur le sol d'une allée de ce très beau jardin botanique.
    Cher land art, comme nous étions loin des Udo, Goldsworthy, Smithson, Long et compagnie, cités dans son discours. Tout le monde paya et se retira sans discours.
    La méthode existe toujours, prestigieuse, très chère, flatteuse, avec parfois, un certificat officiel. Comme ces usines à mandala qui se répandent sur nos plages, animées par des hommes d'argent et non de cœur.

    Curieuse époque où seul l'argent donne de la valeur, à la création, à l'objet, jusqu'à la vie dont le prix n'est pas le même pour tout le monde. Je ne suis pas persuadé que le fait de porter un i phone dans la mais, suffise à avoir du talent. Mais cela suffit à être reconnu et  à voler le talent des autres en le  photographiant..
    J'aime à penser que le land art est une île au milieu du monde, une niche préservatrice où tout peut être expérimenté, tout tenté, du l'immense qui touche l'infini, jusqu'à la miniature qui vibre avec le permafrost.


    Après une marche éprouvant en forêt je m'étais arrêté, près d'un bâtiment en assez mauvais état. Tout de suite intéressé par l'état de ce mur, j'y voyais une image de l'entropie en marche. L'idée m'est venue de le transformer en une sorte de bibliothèque pour les habitants du lieu.
    Ainsi me vint l'idée de ramasser de petits morceaux de tuile rouge, pour l'incarner. Il s devinrent, aussitôt,des livres. On y trouvait Kalil Gibran, Eri de Luca, Esther Benbassa, Khaïr- Eddine, Comte-Sponville,Calaferte,Thoreau, Aragon, Kerouac. Je les imaginais se rencontrant dans ce lieu désert, d'une beauté simple, qu'aurait aimé un artiste de l'Arte Povera, et de se lancer dans des conversations à bâton rompu.
    J'avais oublié cette bibliothèque de rêve, pour anges déchus, pour le routard que je suis, touchant au but, avec un frisson dans le dos et cette scène revécue grâce à une photo,, je l'ai associée aussitôt à une créatrice géniale qui vient de nous quitter ,Agnès Varda.
    Roger Dautais
    Au comptoir, pour bar de ligne. ( la dernière )
    Nuit d'insomnie

    Photo : création land art de Roger Dautais
    " La bibli " pour Agnès Varda, respecteusement.
    Région de Caen - années 2000 .
  • 10 commentaires:

    1. cher Roger, tu ne peux savoir combien je suis heureux de te lire dans la pierre et la plume , chaque jour dans les collines boisées où je vais en chemin, collines qui cernent Fontvieille, je dresse une petite pierre pour sourire à cette fraternité . Thibault

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. thige.
        Merci mon ami. Beau geste. Je le fais aussi sur mes tombes pour mes disparus. L'intention est la même, amour-amitié-souvenir mêlés.
        Belle soiré en amitié et continue ton parcours d'artiste, si beau, si personnel,si libre.
        Roger

        Supprimer
    2. Agnès je l'aime

      ICI et ICI

      et ta composition me fait penser au " mur des offrandes " de l'enceinte de l’ancienne prison Sainte-Anne à Avignon ICI


      Je t'embrasse

      RépondreSupprimer
    3. mémoire de silence. Je partage ton sentiment envers elle.
      Pas possible de faire autrement.

      Le fait d'avoir travaillé longtemps dans un centre de détention, en qualité d'artiste, me donnait parfois le sentiment de devenir détenu, privé de liberté. Le travail commun de création, soit vidéo, soit autre m'a donné cette longévité que je n'aurais pas eu si je n'avais été que visiteur de prison.
      Le fait de créer sur ce sujet, m'a aussi fait connaitre d'autres créateurs, dans le monde de la littérature, du cinéma documentaire, et même du théâtre. Une culture commune, partagée qui nous permettait d'aller plus loin dans la recherche du témoignage.
      Bien que cela fut interdit par le règlement, il m'est arrivé de nouer de vraies amitiés en monde carcéral, avec certains détenus. Casser les règles dans ce cas là, me paraissait une évidence et un geste d’humanité pure.
      D'autres lieux d'enfermement, comme les hôpitaux psychiatriques ou quelques foyers de délinquants ont inspiré des auteurs de livres, de théâtre, des photographes et j'en ai rencontré quelque-uns.
      Il me semble que défendre les Droits de l'Homme, n'est pas un devoir qui s'arrête, là où commence la prison.
      Intra Muros ? Lieu propice au secret, aux abus de pouvoir, aux scandales qu'il faut savoir dénoncer même en France.

      Je t'embrasse.

      RépondreSupprimer
    4. Kalil Gibran, fait parti de mes poètes comme Saint-Exupéry
      Vos enfants ne sont pas vos enfants.
      Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même,
      Ils viennent à travers vous mais non de vous.
      Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas...

      Ont ne voit bien qu'avec le coeur
      J'aime aussi les bibliothèques improbables et la tienne est très écocatrice non de ce qu'elle est mais de ce qu'elle fait rêver.
      Agnès Varda est une belle femme pour ce qu'elle à fait pour les femmes en étant pionnière.Elles mettent de l'amour en vibration dans l'univers et quand cette vibration nous arrive en vagues succéssives on a l'impression d'habiter une autre planète.
      Belle soirée Roger
      Que ton ange gardien veille sur toi.
      Je t'embrasse en amitié océane


      ...

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Océanique.
        Tout est si bien dit, ma chère amie qu'il me reste à te serre dans mes bras, très fort.
        Roger

        Supprimer
    5. J'ai aussi pensé au mur des offrandes démolli ces jours derniers pour une réhabilitation de la prison d'Avignon...
      Forces Roger.

      RépondreSupprimer
    6. Ta littérature c'est du lourd !

      RépondreSupprimer
    7. Une bibliothèque d'émotions oubliées
      Sur l'argile des tuiles
      Un jour peut-être
      on pourra peut-être les comprendre

      RépondreSupprimer

    8. Si on ouvrait des gens, on trouverait des paysages. Si on m'ouvrait moi, on trouverait des plages.

      Sur elle-même - Agnès Varda

      RépondreSupprimer

    Followers

    Archive du blog

    Qui êtes-vous ?

    Ma photo
    Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.