La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 20 février 2019

La vie hors-cadre :  à Marie-Cllaude



à Jacques Dautais, mon frère.

Car tout voyage est initiatique.



L'investigation du soi, expérimenté de manière unique, par mon corps, remonte à de nombreuses années. Mon chemin initiatique passa par la douleur, dès l'enfance. J'en suis encore là, aujourd’hui.
Je dois à la douleur, de me procurer une seconde vie. Elle est nocturne et d'insomnies.
Comment pourrais-je me plaindre de cette compagne fidèle ?
Aucun masochisme dans cette posture. Je vis l'instant, avant tout et le temps de l'écrire, il n'est plus.
Vous voyez pourquoi le land art, maintenant ? C'est l'art de l'éphémère, du peu, de la médiation, l'ouverture à l'autre. J'aime la vie et pourtant, parfois, je me déteste. C'est ainsi.
Ma quête du bonheur, passe par l'acquisition de la simplicité,
du dénuement. L’essence même de mon être est animée profondément par l'amour.
L'intellect, m'intéresse moins.
Il me reste tant à apprendre. L'altérité me fascine.

Le cadre de vie qui nous est donné, me fatigue et je le refuse. Qui peut prétendre en nous cadrant, qu'il n'existe rien hors cadre?
Libérons-nous de nos pseudo- croyances et la vie se présentera, autrement. C'est ce que j'ai modestement voulu faire dans ce land art Normand auquel j'ai donné le titre de " hors-cadre ".
Roger Dautais

Photo : création land art de Roger Dautais
http://rogerdautais.blogspot.com/

Photo : création land art de Roger Dautais
" La vie hors cadre "
à la femme que j'aime.

Biéville-Beuville - Normandie

16 commentaires:

  1. Très intéressant, pour moi particulièrement qui travaille "cadré" (difficile de peindre au-delà des limites de la feuille...)
    Merci, Roger et bonne journée à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne Le Maitre. Merci chère Anne. Vous savez bien que sur les rives des fleuves qui inondent votre page de papier, existent des chemins de traverse qui vous permettent l'évasion, même très cadré. C'est si bon...
      Belle soirée en amitié.
      Roger

      Supprimer
  2. Bonjour Roger
    Sortir des chemins battus pour les chemins de traverse
    J'admire ton courage à aller au bout de ta philosophie
    Je te souhaite une belle journée
    Amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Océanique.
      Merci chère amie. L'engagement passe par cette position. Je n'ai rien à faire au beau milieu d'un troupeau de moutons. L'intranquillité qui agace tant de gens, est une des façons de vivre éveillé. Tu le sais bien.
      Amitiés.
      Roger

      Supprimer
  3. cela me parle tant et tant le "hors cadre", je me sens tellement soeur de pensée avec toi
    parfois cependant le cadre est nécessaire mais celui-ci se doit d'être souple et contenant pour ne point se fasse mal ou se blesser si l'on s'y cogne si on le pousse, un cadre qui chemine avec soi dirais-je ... c'est un sujet qui me passionne et il m'est difficile d'aborder ceci en commentaire, échanger de vive voix serait tellement plus riche ... mais ta composition dit de cela... merci et embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mémoire se silence
      Merci chère Maria. Chaque jour nous rapproche du temps où nous échangerons , côte à côte,de vive voix, âme contre âme, avec le langage du cœur.
      Je t'embrasse fort.
      Roger

      Supprimer
  4. Si toutes les barrières pouvaient avoir cette douce fragilité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Manouche.
      -tu vu un oiseaux à la frontière, comme il comprends que c'est une vue de l’esprit des hommes cupides ? soyons légers come l'oiseau survolant les frontières, et nous gagnerons en lucidité.
      Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
  5. Des frontières légères qui offrent des visions de liberté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie,
      Très important, ce que tu dis, Marie. Merci, Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
  6. Tout simple, et magnifique...
    Ca me fait penser à une des citations trouvées la semaine dernière et publiées sur mon blog : "Devenir simple, c'est compliqué". :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pastelle, Merci Sophie. Oui,c'est compliqué parce que l'homme est ainsi fait qu'il se réfère tout naturellement à l'intellect et que le mental, le trouble, lui ment, fais diversion. Pour réaqliser une telle installation, il faut être conscient de son essence, conscient de ce que tu reçois, vient de haut et suit ta colonne vertébrale. Conscient que ton énergie, fait parler ton cour, conscient et éclairé, c'est ton être qui répond au paysage, parce que t'es ouvert à l'autre. Mais cela reste simple pour moi.
      Je t'embrasse chère Sophie? et te dis au 20 avril 2019 sur la grande plage de l'Ile aux Moines, où 6 artistes land art te donnerons matière à photo, au coeur du Golfe du Morbihan.
      Roger.

      Supprimer
  7. "It is the art of the ephemeral, of the little, of the mediation, the opening to the other. I love life and yet sometimes I hate myself. This is how. My quest for happiness, through the acquisition of simplicity, deprivation. The very essence of my being is animated deeply by love. Intellect, I'm less interested. I have so much to learn. Otherness fascinates me."

    I suppose I quote you back in English so that i might hold onto the fragments that pass between us as speech. i think of hair -- how thin it is and how easily it can break, and yet what power a braid has!

    this otherness you write of... this that you are attracted to. it coalesces on the precipice of my seeing. i move toward it too. when we reach that point, if we ever reach it, will it be complete dissolution or complete beinghood? is there a difference? it hardly matters. one moves toward it, for it is the act of supreme value.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Erin,
      Merci chère Erin.
      Oui, bien sûr Erin, nous y arriverons. Par la puissance de l’esprit, nous sommes déjà en communication, bien au-delà des apparence. Ta médiumnité n'est plus à prouver, elle est. Je l'avais compris dès la lecture de tes premières photos. Nous cheminons ôte à côte comme âmes jumelles et l'espace physique entre nous n'a plus d'importance. L'écriture est une passerelle, comme ton corps, langage, dans tes photos. Nous irons bien jusqu’au bout du voyage, ensemble.
      Je t'embrasse très fort.
      Roger

      Supprimer
  8. Je crois que mes chemins de liberté auront toujours un cadre de prison perçu de moi seule mais combien puissant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie, Merci Marie.
      Beaucoup de regrets dans cette phrase. Si tu aspire à la liberté, prend la et deviens la femme libre que tu rêves d'être.
      Je t’embrasse. Roger

      Supprimer

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.