La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

samedi 23 février 2019

Entre  ombre et lumière
J'ai rarement réussi à faire ce que je voulais en land art, si ce n'est résister à ceux qui voulaient m'en empêcher.Roger Dautais

 
" Tu retrouves par le cœur, ton origine "
Mélusine Grian

 
 
Aux septiques...

J'entretenais une savante amitié avec les gardiens de la Colline aux oiseaux, vaste jardin public, de Caen, où, tout était interdit, sauf de se promener dans les allées. J'avais tout eu à faire. Connaissance avec eux, confidences sur mon état d'artiste, présentation du land art, puis pratique de cet art qui leur paraissait mystérieux. Mais j'y étais arrivé. Ils furent moins difficiles à convaincre que bien des snobs prétentieux dans mes expositions, toujours plus aptes à goûter le champagne qu'à faire un effort de compréhension. J'étais sorti de l'école à seize ans, eux à 25 ou plus.
Forcément, cela ne leur avait pas ouvert beaucoup le cœur. Ile étaient persuadés que leur grosse voiture leur servait de carte de visite.
Quand ces même personnes invitées à la première de mon documentaire,
LA MEMOIRE AMNESIQUE , le troisième de ma courte carrière de réalisateur, cela changea. Ce film sur le thème de la maladie d'Alzheimer, tourné par mes soins dans mon atelier, remit en question leur façon de me juger, mais j'avais déjà 69 ans. Le mal était fait.
16 années de land art m'avait profondément changé, autant que les 8 à soigner mes patients Alzheimer. Au contact avec ces grands malades pendant 18 ans, j'appris beaucoup de mon épouse, une spécialiste de cette maladie. J'avais étudié, bien sûr entre temps, tout ce qu'il fallait pour être choisi comme art-thérapeute, mais le secret de ma réussite,était ailleurs. Non dans le mental, mais dans le cœur. Ma méthode privilégiait le cœur à cœur avec les personnes. Le lien se tisait bien là, qu'ils soient Alzheimer, prisonniers de longue peine en centre de détention, marginaux aux nombreuses addictions, ou sans papiers de CADA. Tellement critiqués par ceux qui détestaient ces milieux, incapables d'ailleurs d'y intervenir, jugeaient inutile mes interventions chez ces personnes, soit malades, soit effectuant de longues peines, soit en grande difficulté sociale, je passais mon chemin et continuais mon action, comme je continue à pratiquer le land art,depuis 1997. Ma route devint celle d'un solitaire heureux.
Il aurait fallu bien pire pour me faire décrocher, moi l'enfant des coups et des placards, moi l'élève des chemins de traverse., de cette passion de la vie et de mon alter ego.
Le goût de guérir, comme le don de soigner, de créer, d'accompagner humainement, ne s'apprend pas dans les livres d"école, simplement. Il en est de même pour le land art. Si vous ne comprenez pas, que le principal n'est pas dans le geste de faire, dans le motif choisi, par exemple une spirale, il n'y aura jamais aucun lien entre la nature et vous.
Votre travail n'aura aucun sens
. On ne perd pas toujours son temps à écouter un artiste.Le champagne a beau être bon, ce ne sont pas les péroraisons de vernissage, qui vous feront comprendre une œuvre, mais bien ce lien si mystérieux qui relie deux vies, que certains semblent avoir oublié, et que l'on appelle l'Amour.
Roger Dautais
Notes pour la Route 77

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com/

" Spirales aux aiguilles rousses " à ma femme aimée.
La colline aux Oiseaux - Caen - Normandie
http://cinemalux.org/spip/La-Memoire-amnesique
* http://artshebdomedias.com/article/050111-roger-dautais-la-vie-reflet-de-la-memoire/

Je parle de ce documentaire, parce que je vais à nouveau le présenter dans ma commune de Pluneret, le 7 juin à 20heures 30, puis sur l(Ile aux Moine, dans Golfe du Morbihan,et dans de nombreuses autres communes de Bretagne. A chaque fois,ce film sera suivi d'un débat, entre un plateau de soignants , Psy, neuro-psy, médecin de famille, directeur d'EHPAD, infirmière et aide soignante. J'assurerai les réponse concernant l'art thérapie.
Roger Dautais

7 commentaires:

  1. Les billets d'humeur, font aussi partie de mon expression. Si j'étais spécialiste du chaton doré, ou de la tasse de café qui fume, j'en parlerai, bien que j'aime les deux.Il n'est pas interdit de laisser un avis ici, même si Google + annonçant son sabordages pour des raisons obscures, est entrain de vider notre lectorat.. Belle fin de nuit à tous.
    Amitiés,
    Roger

    RépondreSupprimer
  2. again and again and again you demonstrate your power and your passion, a synthesis of softness with ingot. love will not yield to the bitter ignorant world but demands its place to flow. it breaks between us in the most vital of ways.

    this is one of those times i truly become frustrated with what is lost with translation. your doc. -- does it exist with english subtitles, i wonder.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Erin. Merci de ta présence, chère Erin. La traduction Français-Anglais est assez proche de l'esprit de mon texte. De plus, tu me connais assez pour en faire l'extrapolation avec tes souvenirs gravés dans ton cœur. Je t’embrasse en amitié et très fort.
      Roger

      Supprimer
  3. Une spirale qui chante en rond la vie et ses incertitudes...Je crois que mon papa aurait aimé dans sa nuit de l'oubli jouer avec les galets ou les pierres des chemins, les bois oubliés et les sables mouillés...Il est parti avec ses couleurs de l'oubli qu'on n'a pas su traduire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie
      Avec ces être éloignés de notre raison, le seul lien possible à établir avec eux est le lien de l'amour. Il faut oublier tous nos préjugés. Notre présence bienveillante, leur fait du bien même s'il n'y a pas de retour. J'ai vécu dans ces non-traductions qui peuvent désorienter, sans l'être, à partir du moment ou j'avais compris que j'étais devenu l'un de ces grands malades : un humain.
      Je ne suis pas inquiet de l'amour porté à ton père, chère Marie, même sans retour compris de ta part, tu as su lui donner le meilleur et il est parti avec cela. Je t’embrasse très fort.
      Roger

      Supprimer
  4. Une très belle spirale rousse … Et merci pour tes mots aussi !
    Belle semaine

    RépondreSupprimer
  5. J'ai recherché et retrouvé le moment à partir duquel je m'étais absentée pour m'occuper de mon expo, c'est ici.
    Je vais rattraper ce temps. En suivant la spirale rousse.
    Mais qu'il passe vite, c'est effrayant...

    RépondreSupprimer

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.