La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

vendredi 15 mars 2019

Des terres sombres aux terres reculées du vieux monde...  pour Maïté-Alienor 




Pour Erin,
parce que, tu sais, j'ai failli te quitter pour toujours...


Désolation australes...

Des aubes stériles de tes paupières nues, jusqu'aux aurores de pleine lune, à chaque pas, Norska, enjamba pour nous, alors que nous la suivions les yeux fermés,un corps affaissé. Des terres sombres aux terres reculées du vieux monde, chaque tombe, chaque recoin de terre ayant reçu la visite de ton âme angélique, fut retournée.
Les Îles de la Tortue atteintes en canoë à peau, qui étaient apparues dans les lacs, jaillissant du permafrost, entourées de terres sacrées, avaient adopté comme dieu, une pierre longue et pointée vers le ciel, comme un lingam.
Toutes furent pénétrées, fouillées, retournées, traversées au rythme du tambour du monde.
D'est en ouest, du nord au sud et du nadir au zénith, pas le moindre espace ne résista à la transe chamanique. Le monde devient une onde unique et répétée, un mantra éternel. Pas un arpent d'aube stérile, pas un lambeau de ta peau d’albâtre, pas un chêne dolent, pas une tour épique de pierres sèches, n’échappa à notre vaillante troupe.
Tu te faisais appeler la marcheuse céleste, fille de Kérouac, mais sortie de toi-même , essence déchirée, sanguinolente, ton âme n'était qu’hémorragique.
Tu croyais tenir le monde au creux de ta main, le jade prisonnier sous les pins, te rappelait, mordant les aiguilles rousses cruellement qu'un ami, même de pierre, ne s'abandonne pas pour des raisons futiles.
Ton errance commença.
Roger Dautais.
" Le livre des jours sombres" .
pour
LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com/

Photo : création land art de Roger Dautais
" Des terres sombres aux terres reculées du vieux monde".
Pour Maïté /Aliénor


*



J'ai écrit ce texte, au cœur de la nuit du 13 avril 2019, dans une chambre du service de cardiologie. Pôle vasculaire B. chambre 45.
Merci au Samu qui m'a sauvé la vie. Merci à toute l’équipe soignante, pour leur humanité.
Je suis maintenant inscrit sur une liste d'attente, afin de recevoir un triple pontage coronarien, au CHU de Pontchaillou, à Rennes. Ma vie ne tenant qu'à un fil, je vis en sursitaire.
En conséquences, mon projet LES VOYAGEURS DU PONANT est reporté d'un an. Si tout se passe bien, je devrai reprendre le land art, à la fin de l'été.
Toute ma vie n'a été qu'une histoire d'amour et de cœur.

19 commentaires:

  1. oh my goodness, roger. this is terrible. so i must understand first. did you mean to say this has just happened? maybe march 13th of this year? just a few days ago? (and what foolishness that a little flu has kept me away.)

    the wind blows. it is still very cold here and winter-like.

    i would have said, you remind me so often exactly what it is to be alive, how passionately we must pursue the real essence. but now i want to say other things like, it's not your time to go; everything will be alright. and while i must hope that this is true, also, i say, you remind me so often exactly what it is to be alive, how passionately we must pursue the real essence.

    i hope there are plants there with you and your loved ones, while you await the next steps to get you well again and once more outdoors.

    love))

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. oh mon Dieu, Roger. c'est terrible. donc je dois d'abord comprendre. vouliez-vous dire que cela vient de se passer? peut-être le 13 mars de cette année? il y a juste quelques jours? (et quelle folie qu'un peu de grippe m'a tenu à l'écart.)

      le vent souffle. il fait encore très froid ici et comme en hiver.

      j'aurais dit, vous me rappelez si souvent exactement ce que c'est d'être en vie, avec quelle passion nous devons poursuivre la véritable essence. mais maintenant je veux dire d'autres choses comme, ce n'est pas votre heure de partir; tout ira bien. et bien que je doive espérer que cela soit vrai, je vous dis aussi que vous me rappelez si souvent exactement ce que signifie être en vie, avec quelle passion nous devons poursuivre la véritable essence.

      J'espère qu'il y a des plantes avec vous et vos proches, pendant que vous attendez les prochaines étapes pour vous rétablir et retrouver votre vie en plein air.

      amour))...

      Le terrible fait partir de mon parcours sur cette Île, iZENAH , où j'ai souffert à devoir y laisser partie de ma vie. Sa beauté m'z sauvée, et le droit d'y revenir,aussi, né dans ses yeux bleus.
      Douze fontaines et mon grand-père, ont tracé mon chemin de vie. Nous ferons sonner la cornemuse a chaque margelle.
      Ici, je prends serment de revenir, sous un ciel breton chargé d’Amour. Nous prierons les dieux, ensemble et les remercierons, comme il SE DOIT
      se doit.
      Je t'embrasse très fort, chère
      Erin.
      Roger

      Supprimer
  2. Bonjour Roger
    Mon commentaire du début de nuit aurait-il été avalé par les profondeurs du firmament où aucune lueur n'éclairait mon espace.
    Alors je réitère ...
    "Le cairn se dresse au dessus des eaux profondent.
    Est-ce totem ou obélisque.
    Le dieu de l'Egypte antique se présente sous la forme d'un animal (baboin)
    Sur son haut chapeau un petit oiseau regarde l'horizon.
    Prend soin de toi Roger
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Océanique,
      je ne sais te dire pour ton premier commentaire, mais celui-ci me plait bien
      Merci beaucoup.
      Je t'embrasse très fort.
      Roger

      Supprimer
  3. A Aimer trop fort le cœur se fatigue.
    Que ce superbe totem de roches noires te protège.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. manouche.
      Question cœur, je ne l'ai jamais ménagé. Lorsque j'aime, il bat très fort. Je n'aime pas les gens sans cœur.
      Je t’embrasse,chère Manouche.
      Roger

      Supprimer
  4. "J'ai écrit ce texte, au cœur de la nuit du 13 avril 2019,"
    Une erreur de date sans doute
    Bon courage pour cette nouvelle épreuve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie. Merci chère Marie. Attentive à ce que tu lis, plus que moi,lorsque j'ai parlé d'Avril, au lieu de Mars. Un poisson d" 'avril avant l'heure.
      Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
  5. Par contre nous somme en Mars ...Le Samu t'a sauvé . Je te souhaite de retrouver ton énergie afin de pouvoir reprendre ce projet qui te tenait à coeur… Bon courage et repos pour toi en attendant d'aller mieux . Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte,
      Merci Brigitte. En Mars, nous sommes en Mars, c'est vrai. Mettons cette erreur sur le compte de l'émotion et en ce moment, je peux te dire que cela ne manque pas. Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
  6. Je pense bien à vous, Roger. Gardez au coeur ce si beau projet et votre coeur n'en sera que fortifié, car tel est le pouvoir de la beauté et du partage.
    Bien à vous

    ANNE

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  8. j'ai lu les textes en allant à reculons alors j'arrive sur celui-ci qui montre que les épreuves continuent. Il parait qu'elles ont une sens mais il est difficile d'y penser quand on est en plein dans le "dur".
    Vous savez que je suis toujours en esprit avec vous dans l'épreuve même si mes forces sont limitées. Les projets nous donnent des forces. Amitiés.

    RépondreSupprimer
  9. Que l'influence du printemps naissant et du partage renforcent votre cœur et votre projet des Promeneurs du Ponant. Je pense bien à vous en espérant que le chant de la mer vous est accessible.

    RépondreSupprimer
  10. Oh... Totalement occupée par ailleurs j'ai manqué cette note et cette information, j'en suis désolée. Et comme Ariaga je lis les notes à l'envers pour rattraper mes retards, et je suis sous le choc.
    Mais quel bonheur aussi de savoir que tu es sorti de cette épreuve encore... Et quel peine de savoir qu'une autre t'attend encore. Mais à nouveau tu reviendras. C'est qu'on a rendez vous, tous les deux !

    RépondreSupprimer
  11. j'adore le land art !!!
    amitié
    tilk

    RépondreSupprimer
  12. j'adore le land art
    amitié
    tilk

    RépondreSupprimer
  13. C'est merveilleux ce que vous créez avec toi art. Oui, c’est un art de cœur à cœur qui me touche toujours. Comme je suis heureux que tu avais si bien surmonté ton maladie et le quasi-désastre.
    Je pense à toi.

    amitié
    isabella

    RépondreSupprimer
  14. Nous sommes plusieurs à remonter le temps, à lire à l’envers.
    *
    Complètement abasourdie, je fixe comme tu le fais toi aussi
    Ce totem, en chienne de vie, reflet à l’endroit, à l’envers.
    Comme si la vie remontait le fil du canal, sous les lumières blafardes
    Remontait le cours du vieux monde, dans une chambre d’hôpital,
    Des terres sombres à la bouffée d’oxygène, les yeux rivés vers le chemin.
    Dormir un peu et ne pas s’endormir, rêver au retour, pagayer à reculons
    Ne pas perdre de vue la régénération et le seuil des pierres choisies
    Lingam de vie, lingam d’amour, qui choisit son dieu ? Les pierres aux
    Multiples vibrations ou désillusions : pierres de lune, pierres de soleil
    Pierres d’eau, pierres de ciel. L’essentiel.
    Pierres d’amour toujours. Dressées la tête vers l’avenir.
    On ne badine pas avec le vrai. Il ne reste que son sel lorsque tout semble
    vaciller.
    J’ai confiance, Roger. Tu as tant de forces en toi, tant de vrai, tant d’élévation.
    Le fil est là et il est conducteur. Chienne de vie.
    Je crois si fort à ta conclusion d’amour et de cœur.
    Le Ponant a besoin de toi. Totem encore et toujours.
    Merci, Roger.
    Tu ne verras peut-être pas ces mots avant de partir mais ils sont là, comme des lucioles.

    RépondreSupprimer

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.