La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mardi 5 mars 2019

 
 
 
à Maria-Dolorès Cano


Pour le moment, je demeure en moi-même à l’écoute de ma propre nature. Là, brille mon étoile.
La route sera reprise, à l'insu du jour, entre deux heures-temoin, au cœur de la nuit prochaine, sans la présence de qui que ce soit.
Le chemin de Kerléano me parait interminable. les fougères poussent trop vite cette année. Elles donneront du bois,cette année. Mais avant,aux crosses en l'air, je déserterai. ferai le mur de la cour de la caserne .A Ménimur, il manque ds pages au livres. les choufes ont sifflé trois fois. Rien à voir là-dedans.
On se résigne toujours au moment de plier les gaules. Pareil pour les pierres. Trop grosses, elle dictent leur loi. J'abandonne la grosse pierre, pas la partie. Trop lourde.
Et pour la mort,c'est pareil. Au peloton d'exécution, à la limite, un cri, un chant des partisans. Après, c'est plus ton truc.
Tu connais, la dernière ligne droite, le dernier baiser, le dernier nuage, le dernier pas, la dernière bouffée d'air, avant de quitter le merdier.

Mais alors, pourquoi le land art ? C'est le meilleur moyen de m'effacer du monde. J'y vais de ce pas.

Roger Dautais

LE CHEMINDES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com:

Photo : création land art de Roger Dautais

Pour Edith et Maud, petites étoiles au firmament de  ma mémoire.
 
 L'histoire les avait déposées  parmi nous, sauvées de je sais où. Nous étions frère et sœurs dans la même cour. Qui  peut bien me dire, encore  ici, que  nous n'avons pas de cœur. Vous n'étiez  même pas  le soupçon d'une  intention  de  naissance,dans le cerveau de vos parents. Enfants de la guerre, nous garderions en nous cette peur d'être dés-aimés. Peur de  mourir de faim, quand  nous mangions le pain sec dans la cage de lapins. Mais c'est de trop  peut-être, pour vous, gens de  haute volée  intellectuelle, qui adorez le  gourou et pratiquez  l'inverse de  son enseignement.
J'ai vu tes  pieds  nus, marcher sur le granit de la chapelle, devant la Vierge.J'ai vu tes mains allumer des ciierges Etait- ce pour denvenir ce que tu es ?
Le mépris est  un poison. L'Amour n'est pas  à trouver dans cette direction. J'ai mal pour toi, égarée, aujourd'hui.
Roger



3 commentaires:

  1. Merci infiniment
    pour cette dédicace
    et cette composition
    si expressive

    sur les rails rouillés
    le rouge et le noir
    lambeau de chair
    langue carbonisée
    un blanc rouleau
    comme une coquille
    secret -- mémoire
    l’étoile magique
    décousue de fil blanc
    le nombre sept en bouclier
    chant hébraïque
    espoir inoxydable


    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  2. mémoire de silence.
    Cette modeste installation fait partie d'un ensemble consacré à la Shoah et réalisé en grande partie( (mais pas simplement ) dans la gare de triage de Caen. Nombreuses installations avec l’étoile de David, jamais publiées. j'i eu le bonheur de les présenter à Raymond Anisten, enfant rescapé de la Rafle du Vel d'Hiv, aujourd'hui,décédé fondateur de cette association de mémoire, mon ami, mon frère. Lors de notre commémoration du Débarquement, sur les Plages de Normandie, il y a une douzaine d'années, Raymond Ansiten, était à mes côtes, ainsi que son épouse, jeanine. C'est lui qui me décora de la médaille de Paris, de la part de son Maire ( la seule que je porte) en remerciement de mes actions envers la communauté Juive. Ceci étant public,je peux le dire, ici.
    Il nous reste peu pour nous rencontrer, mais je l'espère, un jour,tant que nous sommes encore vivants.
    Je t'embrasse, chère Maria-Dolorès.
    Ton ami
    Roger

    RépondreSupprimer
  3. Certains trains menaient à l'horreur...

    RépondreSupprimer

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.