La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

lundi 25 février 2019

"Exil "  :   à Jimmy, hauturier du cœur


à ma femme, être aimée surprenante,
depuis toujours...

à mes enfants.




Fallait-il accepter de vivre pour en arriver là ? Lorsque j'ai poussé les portes de la vie, au cœur d'un terrible hiver, en 1942, mon cri avait convaincu mes parents de me garder. Pour le meilleur et pour le pire.
Le pire m’attendait.
Cinquante cinq années plus tard, j'acceptais cet appel du land art. J'avais enfin compris qu'il n'existait qu'une forme d'aimer : complètement.
Les passions nous ressemblent, nous rassemblent, nous éparpillent. Le land art fut tout ça. mais aussi, rude havre de paix, combat de chaque jour, don du ciel.

J'ai pris la route, je suis devenu étranger et je le reste.

Je n'ai pas grand chose à expliquer du land art si ce n'est qu'il m'a appris à mieux connaître, la personne que je suis, porté vers mon alter ego, révélé la lumière. En ont découlé tous mes engagements, politiques et sociaux.

Le land art est une alternative à la pratique artistique classique, une rupture réelle avec le matériau et le devenir de chaque installation, dans laquelle je m'exprime, avec ce que me donne la nature.
Tout repose sur l'éphémère de l'instant, trouvé, ressenti. C'est un peu pareil avec les gens.
Je suis devenu art-thérapeute, baignant dans le grand bain des handicaps et de la maladie d'Alzheimer, où j'ai appris ce qu'était la nature humaine, souffrante jusque dans sa mémoire défaillante, son isolement.
Pendant 18 ans,accompagnant mon épouse, animatrice en gérontologie qui je dois beaucoup en ce domaine. je le dois aussi, aux cadres de santé, psychologue, neuro-psychologues, infirmière aide-soignantes, France Azheimer, aidants et bien évidemment aux chercheurs en neuro-science de l'Université de Caen, avec qui j'i eu l’honneur de travailler .

J'ai sans doute eu le don de comprendre et de tisser un lien humain avec ceux qui comme moi,dans mon enfance, furent rejetés, par une maladie grave, un handicap, une condamnation.
Grands malades Alzheimer, , ados, enfants,sourds, malentendants,, détenus de longue peine, marginaux, partout, je me suis servi du land art comme médiateur.
Je suis devenu réalisateur de documentaire * pour montrer ce qu'était cette vie là.

Mes œuvres land art sont réfractaires à toute possession. Le don de soi en découle. Si on le comprend bien.Il n'y a qu'une voie possible pour le développer, celle du cœur. Il faut aimer les gens au cœur à cœur, en accepter le risque, y brûler sa vie.
Si j'e suis passé au land art après tant d'années d'écriture, et quitté l'école très tôt, c'est pour prolonger l'écriture.
Il m'arrive d'être dicté de l'intérieur et rien n'arrête ce fleuve qui m'envahit, m'inonde, me dépasse.
Le catalogue de ce que j'ai fait, c'est du passé.
Ce qui compte, c'est le temps présent,celui qui me reste, et je le vis, à fond.
Qu'écrire pour me résumer aujourd'hui d'une image poétique ?

Je vis, les pieds sur terre, la tête dans les étoiles,, entre le ciel et l'eau.

Demain, avec 5 autres artistes, commencera la grande aventure land art sur la route des Îles du Ponant,entre la Bretagne et la Normandie. De nombreux mois d'aventure dont le départ est fixé au 20 avril 2019 sur l’île aux Moines.
Pour oublier, mes douleurs, mon handicap, mon dos qui m'offre ces nuits d'insomnie à 76 ans passés.
Demains, nous embarquerons ensemble , avec nos énergies, notre joie de vivre dans une aventure qui se veut humaine artistique et d'échange . nous naviguerons vers cette population au grand cœur que l'on appelle " les îliens", parce que nous les aimons.

Merci à tous ceux qui prendront le bateau en route et qui nous aideront.

Roger Dautais
Notes de land art pour la Route 77

Merci aux 460000 visiteurs de mon blog
LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com/

Merci à Michèle B., mon amie américaine, de m'avoir initié, à cette technique, il y a moins de 9 ans.Merci à Ana Mendieta de m'avoir montré le chemin.

" CAR IL FAUT QUE CHACUN COMPOSE LE CHEMIN DE SA VIE" .
Youenn Gwernig


Photo : création land art de Roger Dautais
" Exil " à Jimmy, hauturier du cœur.

Lion sur Mer - Normandie
dans les années 2000.

9 commentaires:

  1. Ils sont touchants ces exilés passant le fleuve-frontière. Tous mes voeux pour ta nouvelle aventure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Manouche.
      Merci mon amie. Mes parents furent ces exilés de l'intérieur. Ils furent pillés et perdirent tout, par la faute de passeurs,complices des nazis et cupides. Qui leur rendit hommage dans cette amnésie générale. Je le fais de temps en temps, publiquement, mais je porte ce destin cruel, tout le temps.
      Je t'embrasse, chère Manouche.
      Roger

      Supprimer
  2. Oh ! comme cette note est belle et touchante, et aimante
    Photo, installation, mots, parcours ... tout me touche
    Et cette île aux moines qui m'a tant touchée lorsque j'y posai pied un jour de grande brume amplifiant le mystère
    J'aime ceci :
    "Il m'arrive d'être dicté de l'intérieur et rien n'arrête ce fleuve qui m'envahit, m'inonde, me dépasse."

    Je te souhaite bon vent, belle route créative, belle composition dans le chemin de ta vie.

    De coeur à coeur
    Je t'embrasse


    a photo me renvoie à ceci : http://lartelier.eklablog.com/97-partir-a158471726

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mémoire du silence
      Merci chère Maria-Dolorès. Oui, bien sûr, je comprends ce renvoi à l'image qui parle du même drame. L'extrême droite propose quand m^me aujourd'hui de foutre à l'eau tous ces malheureux. L'homme est capable e tout même de réinventer l'horreur, en matière d'extermination. Arrivée au pouvoir, ce serait encore pire. Ce qui me frappe, c'est l'amnésie des peuples, et leur propension, une fois bien conditionnés, à installer des dictateurs au pouvoir.
      Tu es sensible à cette dérive, chère Maria-Dolorès, tu l'a vécu par tes parents, et moi, par les miens. Notre esprit de résistance est né là. Nous devons tenir jusqu'au bout face à la lâcheté de trop de gens. Belle soirée, malgré tout et vive la poésie. Je t'embrasse fort.
      Roger

      Supprimer
  3. Ta création exprime bien l'essentiel qui anime "ces voyageurs du vent et de l'eau", ces passagers du temps, ces passeurs d'espérance...L'humanité est là en pèlerinage figée mais en marche malgré tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie.
      Merci chère Marie. Mes cairns ont toujours été habités. Les pierres ont leur propre énergie à laquelle, j'ajoute ma mienne. L'effet est surprenant.
      Tu as vu juste.
      Je t'embrasse en toute amitié.
      Roger

      Supprimer
  4. Bonsoir Roger
    Quand les cairns m'ont menés à toi
    Quand j'étais déjà semsible au Land Art
    Et quand le Chemin des Grands Jardins m'ouvre celui de ton chemin je me dis que rien n'est hazard.
    Alors je serais à l'île aux Moines
    A bientôt
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Océanique. Merci mon amie. En effet, lorsque le cœur parle, il n'y a plus de hasard. A très bientôt sur l'Île aux Moines.
      Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
  5. ·.
    Roger ... I loved what you wrote. If that love of Land Art feeds you I think it's great news, formidable news, that we should all learn from.
    I would like to be one of those characters who walk through the waters.
    Hugs ·R·

    LMA · & · CR

    RépondreSupprimer

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.