La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

jeudi 28 avril 2011











à Léone Clément, ma mère
...

J'ai toujours rêvé ma vie même si je n'ai jamais eu une vie de rêve.
Roger Dautais



Entre la naissance et la mort, avec un peu de chance, nous disposons tous d'un peu de temps. J'en profite pour faire des choses.
Lorsque j'aurai terminé de réaliser mon prochain film J'AI PERDU MA MER, en 2012, je serai dans l'année de mes soixante dix ans. Si vingt ans est la première jeunesse, je serai donc au beau milieu de ma quatrième jeunesse.



Mille neuf cent quarante eux, année de ma naissance, les fours crépitent en Europe Centrale. Adolf est aux affaires.
1944, on livre toujours des enfants sous la neige pour nourrir les "détails".
2011, Modeste LANDA m'écrit pour me demander si je suis Juif et m'expliquer que mon étoile de David le gêne quand je l'utilise pour mes installations Land Art.
Je ferme mon blog.
Aujourd'hui, ne pouvant plus répondre à cet énergumène, j'espère qu'il a compris que jamais, oh, non, jamais, je n'accepterai ses excuses et que jamais, grand jamais, je partagerai les sables dOmaha Beach, pour pratique le Land art avec moi.
Si je l'ai fait avec Raymond Anisten,mon frère, Président fondateur de L'association des enfants et petits enfants rescapés de la rafle du Vel d'Hiv du 16 juillet 1942, dont je suis membre, ainsi que Marie-Claude, c'est que Raymond était un home sans haine,sans racisme, bien qu'il ait perdu 38 personnes ( dont son père et sa mère) dans cette rafle, gazés et passés au four crématoire, deux jours après leur départ de France.
Alors, après que ce petit Modeste LANDA se soit permis de me donner un leçon de vie qui m'a profondément choquée, c'est le pavé dans la mare jeté cette nuit par un ami, un frère en art et en poésie, Thibault Germain.
Merci Thibault et merci à vous tous amis qui m'avez envoyé de si beaux gestes d'amitié.
Je suis dans la 8ème semaine de tournage de mon second documentaire qui traitera de mémoire et d'identité,délités par traumatisme, Addictions, maladie etc. Ces boulevards mènent souvent l'homme vieillissant à développer des maladies du cerveau dont la Maladie d'Alzheimer. Depuis le début des années 90, je côtoie ces grands malades. En 2022, j'ai ouvert mon premier atelier d'Art-Thérapie, à l'ARDAPA de Lion sur Mer, puis un second en 2005, pour la m^me association mais à RIVABEL'AGE, un EHPAD de 85 résidents, où, j'exerce ma profession d'art-Thérapeute.
Mon premier documentaire LA MEMOIRE AMNESIQUE réalisé avec Jean-Jacques LION, documentariste, reçoit un vrai succès populaire en Normandie et commence " sa vie" hors frontières( Je pense au Canada).
Il a été trois fois référencé en National et son avenir semble bien se présenter.
Ce qui veut dire, que j'ai fait une parenthèse sur le Land Art car je ne peux tout faire. Beaucoup d'entre vous m'ont fait l'honneur d'une page et de commentaires élogieux qui ennuient certains. Jen'y peux rien, je les mérite(Humour).
J'ai continué à vous lire, chez vous, et je continuerai. Je répondrai sans doute plus globalement à vos commentaires, mais le cœur y sera.
J'ai mis des photos en vrac, que j'aimais bien et représentatif de ce que je fais.
J'ai commencé une performance Street-Art sur le port de Caen, en compagnie d'afficheurs sauvages Mur Mure. Je replonge dans l'univers des grands marginaux, ces clochards à 2O litre de vin par jour et que je soignais dans mon atelier d'art-Thérapie du CHRS Revivre à Caen.
Trois ans comme administrateur et cette expérience que je menais conjointement avec les Longues peines du Centre de Détention de Caen, accompagnés pendant, 6 années.
Après tout ça, écouter un mec qui te demande si t'es Juif, c'est être bien con et je l'ai été.
Veuillez m'en pardonner. Je reprends la route, comme mon ami Allix , ou Patrick Lucas que je salue, tous les deux. Bises à Brigitte, fidèle ds fidèles et son Monde en poésie


Roger Dautais

29 commentaires:

  1. Bonjour Roger,ta blessure était celle d'un faucon,ta plume est toujours vivante!

    RépondreSupprimer
  2. Ah vous revoilà!!!
    Welcome back
    Stéphanie

    RépondreSupprimer
  3. "Modeste Landa", eh bien, il doit aimer les polars celui-là avec un nom pareil, et ça ne me plaît pas du tout, mais pas du tout ce genre de présence humaine...mais tu es passé!
    Je suis joyeuse de ce retour et je t'embrasse de tout coeur, je reviendrais te parler de ces visages sur le port.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis contente de que tu reviens.
    Tout est un apprentissage, la peine c'est souffrir, mais avec un grand coeur comme le tien, ne peut pas être, d'autre façon. Jamais tu ne pourrais être un con! Jamais. Ça c'est facile de voir.
    Courage dans ta nouvelle marche!
    Je t'embrasse amicalement.

    ....De vez en cuando hay que hacer una pausa..!!
    Mario Benedetti.

    RépondreSupprimer
  5. Heureuse de te retrouver, Roger, et bonne continuation sur ta route !

    RépondreSupprimer
  6. Contente de te revoir sur les Grands Chemins ... tu m'as manqué !

    RépondreSupprimer
  7. Salut Roger,
    De retour sur mon écran et ...prochainement
    dans les salles obscures ou sur chaîne de télé ?
    Voilà une bonne nouvelle!

    RépondreSupprimer
  8. Tout ça est bien.
    La photo de la robe étoilée de jaune me fait penser à ma nièce qui tourne en ce moment dans la suite de "Un village français". Elle y est figurante, elle incarne une jeune fille juive raflée et me disait qu'elle avait été troublée de se retrouver dans un wagon fermé, avec ses camarades et leurs étoiles jaunes, d'autres vêtus en SS et les chiens qui aboyaient autour ... Ce n'était que du cinéma mais c'était impressionnant !
    Continues bien. Résistes. Bien à toi, Dominique

    RépondreSupprimer
  9. C'est un beau jour, pour nous.

    RépondreSupprimer
  10. Quel plaisir d'avoir de vos nouvelles!!!!
    Câlinssss!!!!!

    RépondreSupprimer
  11. grrrrrr..... tellement heureuse de ton retour!!!! soit la mémoire de cette histoire, sans honte ni pudeur.... fait comprendre avec toute ta subtilité l'horreur de l'histoire.... ils l'oublient tous....

    RépondreSupprimer
  12. Je suis ravie de voir quelques photos de ton street art Roger ; cela te ressemble bien et ne laisse pas indifférent !
    Pour ce qui est de ton étoile , c'est ta force ton guide et ton chemin ...elle brille si fort...

    "J'ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse." Arthur Rimbaud.

    Je t'embrasse tendrement.

    RépondreSupprimer
  13. Bon retour Roger ! Bonne continuation !
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  14. Chacun pose ses petites pierres en chemin que l'on le veuille où non, celles posées par les autres nous font grandir.

    RépondreSupprimer
  15. Après un retour intérieur parfois nécessaire, il est émouvant d'être de retour simplement...
    Merci d'avoir retrouvé le chemin...
    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  16. Quelle belle surprise! Votre retour sur la toile me fait grandement plaisir! Je viendrai visiter votre blogue souvent sachant y trouver des photos et des textes qui me touchent.

    RépondreSupprimer
  17. Tu as raison ROger, tu les mérites nos hommages et cela va mieux en le disant !! nous sommes nombreux à avoir regretté mais compris ta décision, même si l'on te sent écorché vif, et qu'on voudrait que les immodesties de certains te laissent de marbre ! S'il en était ainsi, tu n'aurais pas la sensibilité que tu montres à chaque instant.
    J'ai adoré ton lapsus révélateur : tu nous parles déjà de 2022, l'étape suivante (ton doigt à fourché bien sûr c'était 2002)... tu es un homme de projets, d'avancée et d'espoir. Et nous, tes lecteurs, nous t'aimons ainsi.
    L'aventure passionnante que tu es en train de vivre avec ce tournage te permettra d'oublier les avatars de monsieur LANDA !!! Ravie de te lire et impressionnée par les portraits dont tu illustres l'article

    RépondreSupprimer
  18. Bon retour. Merci pour le partage.
    Un salut
    oa.s

    RépondreSupprimer
  19. des projets, des projets j'en ai sûrement eu mais je ne m'en souviens plus.
    je suis à deux(grands) pas de la cité de "la Muette" à Drancy il y a une ou deux terrasses de café juste en face. A quoi pense les clients en regardant de l'autre coté de l'avenue Jean Jaurès?
    Merci et continuez svp.

    RépondreSupprimer
  20. Je suis bien contente de votre retour et de tous vos projets, votre enthousiasme pour les réaliser. Merci de donner de vos nouvelles. A bientôt.
    Anne

    RépondreSupprimer
  21. Bravo.... et c'est reparti pour un bout d'route !
    Heureux de t'y croiser à nouveau... Je savais que t'avais ça dans l'sang ..:)
    Merci Roger

    RépondreSupprimer
  22. rien ne doit t'arrêter sur ton chemin !
    c'est important pour toi et pour ceux que
    tu accompagnes ! merci d'être là !
    bisous Roger

    RépondreSupprimer
  23. es imparable la energía que proyectas

    RépondreSupprimer
  24. Salut Moïse, c'est bien de reprendre la route, il faut que je remette mes chaussures pour te suivre n'importe où...

    Ça fait du bien de retrouver tes arabesques, tes mots, tes photos et ton humour...

    Bonne route avec nous...

    Bises du jour.

    RépondreSupprimer
  25. Le phoenix renait de ses cendres. Et bien c'est une bonne nouvelle. Bienvenu dans ce nouveau monde

    RépondreSupprimer

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.