La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 26 janvier 2011

Justifier










à Stéphane Hessel

Lorsque j'arrive sur la plage de Ouistreham, je suis accueilli par un vent d'est bien établi . Il faut courber le dos pour avancer et ne pas trop prendre de sable dans les yeux. C'est une marée de 107 de coefficient. La mer est basse, grise sur le devant et d'un vert émeraude qui me rappelle mon pays, la Bretagne. Cela a dû remuer comme on dit, car la plage, habituellement en glacis à cet endroit, est littéralement labourée. Je ferai bien une spirale mais il faut trouver un endroit pas trop remué, d'environ 30mX 30m pour être sûr de faire du bon travail. J'arpente les sables et pousse mes recherches vers le nord est. J'aperçois une zone qui devrait me convenir. J'y arrive assez vite. Je sonde le sol avec mon talon. Le sable est un peu rouge, granuleux et assez souple malgré tout.
Pourquoi donc ici et non pas plus loin, sur une plage de plusieurs kilomètres, c'est vrai, pourquoi? A qui promène son ennui, le sable est identique d'un bout à l'autre, mais pour moi, le sous-sol guide mon choix. Trop compact, je ne peux rien faire, trop mouillé, c'est pareil. Il faut trouver la bonne souplesse. Ici, conviendra donc pour aujourd'hui et je plante ma canne de marche dans le sol pour désigner l'endroit. Je commence le tracer. Les 5 premiers tours me donnent toujours le tournis. Ils sont importants pour le reste de la spirale et guident mon travail. Je cale mon pas sur ma respiration, le corps bandé en arc de cercle pour que toute l'énergie passe dans mes jambes. La gauche fait office de soc, la droite d'appui et de moteur. Je ne lève la tête que pour reprendre souffle, mes yeux comparent, évaluent, calculent, et mes jambes exécutent les ordres. Cette spirale fera 45 mètres de circonférence, une fois terminée, dans un peu plus d'une heure.Il faut tenir la cadence, résister aux douleurs dans les jambes et le dos, suivre le tracé. Un vrai sport. Jusqu'ici aucune âme qui vive à perte de vue et puis soudain, un bruit de roulement, le craquement du sable sous des roues, le bruit d'une voile qui empanne brutalement, glissade, la voile faseille puis...silence. Je lève la tête. Un char à voile vient de faire un 180° parfait à 15 mètres de moi. Je l'ai entendu au dernier moment. Son pilote me regarde. Je le salue de la main. Il me répond. Signe de reconnaissance et de bonne entente. La plage a beau être grande, il vaut mieux qu'il me repère.
Le char repart et disparaît. Il reviendra toutes les 10 minutes. Au départ, rien ne se passe, puis au 22 ème tour, la spirale ayant grandi, l'homme, après son dérapage, descend de son char à voile, enlève son casque et ses gants puis vient me voir. Il est curieux.
- C'est beau ce que vous faites.
- Ça sert à quoi?
- A rien.
- C'est beau quand même, et puis c'est régulier. Vous avez quoi pour calculer ?
- Rien, J'ai intégré le mouvement, juste ça, après je tourne et je trace avec mes pieds.
- Chapeau. Moi, je fais du char à voile pour le fun. J'aime bien entendre le sable crisser sous les
roues. Puis la vitesse, le vent, le soleil, la liberté quoi.
- Oui, moi aussi.
- Vous faites du char.
- non, je disais, moi aussi, la liberté, j'aime.
- Bon, à un de ces jours.
Oui, c'est ça, à un prochain jour.
L'homme a remis son casque, ses gants. Il est remonté sur son char, m'a salué de la main puis il disparu vers le nord ouest, comme s'il allait rejoindre mon pays, la Bretagne.
J'ai terminé ma spirale, je l'ai offerte à la mer et je lui ai dessiné un personnage pour qu'il lui tienne compagnie jusqu'à la marée haute. C'est à ce moment que le Ferry Le Mont Saint Michel a quitté le port et moi, la plage. En passant j'ai retrouvé les traces du char à voile, des courbes parfaites.
J'ai longé les parkings des poids lourds en attente d'embarquement, dans cette zone sous douane, ceinte de deux rangées de barbelés, comme un camp d'internement. Ici, les sans-papiers sont dissuadés de la manière le plus radicale. Il y a 20 ans c'était une zone naturelle et libre d'accès. Les temps changent et les frontières se font dures pour ceux qui ne possèdent rien d'autre que leur peau, leur pauvre vie.
C'est loin du land art tout ça, mais la conscience se réveille parfois rien qu'à la vue de simples rangées de palissades, de barbelés. Mes propres parents eurent aussi à franchir des barbelés pour fuir l'occupant, durant la seconde guerre mondiale et se retrouver en zone libre en ayant tout perdu. Le monde a-t-il fait beaucoup de progrès sur les droits de l'Homme, depuis 70 ans. Il faudrait interroger Stéphane Hessel sur ce sujet car s'il dérange autant de gens, aujourd'hui, c'est qu'il doit bien dire des vérités qui incommodent .
J'ai bien envie de lui dédicacer cette page pour lui dire tout mon respect et le partage de ses idées humanistes.

Roger Dautais

Les 4 premières photos illustrent ce billet.


Stéphane Hessel sera interviewé par Brigitte Maillard sur Radio ALIGRE * demain matin, jeudi27 janvier,. à 9h30

* Radio Aligre http://www.aligre.org



Feu !
La coupe est bue

Sanguinolez regards mollement attardés sur le crêpe d'argent
de ce ciel immobile arabisé de branches dévêtues

il était trop tard
Je sors

Et puis je fus si indolent...

Le jour lassé s'embue

Vers quel soleil je penche ?


Louis Calaferte,
Rag-Time 1966


Les pianos sont langoureux
le soir au bord de ma mémoire
quand les souvenirs viennent boire
à l'eau claire des jours heureux

Tournent les jupes de cristal
sur des musiques de nuits vertes
je suis seul danseur au bal
des chambres aux portes ouvertes

Adieu
Adieu

Les hirondelles sont parties
Avec qui jouer la partie ?


Louis Calaferte,
Poèmes ébouillantés, 1983


97 commentaires:

  1. juste : ne sais pas ce qu'on pourrait bien poser comme mots sous vos billets - alors simplement j'aime passer

    RépondreSupprimer
  2. Grand merci pour cette dédicace à Stéphane Hessel, Roger. Je ne pourrais lui en faire part car l'émission est déjà enregistrée mais je me dis qu'il l'aimerait, en homme libre. Tant la poésie l'a aidé à trouver en lui cette grande respiration à chaque moment de sa vie comme au camp de concentration de Rottleberode . Je t'embrasse toute mon amitié Roger
    Brigitte

    RépondreSupprimer
  3. Que j'aime la façon dont tu racontes cette rencontre simple et pourtant chaleureuse. Malgré le froid !! J'adore le "ça sert à quoi ?"... "à rien" ouf !!!
    Tes petits coeurs annoncent la Saint Valentin !!
    ET j'ai admiré au passage l'art de mettre 4 brins d'herbe en corrélation pour nous envoyer un message... forcément secret !

    RépondreSupprimer
  4. Cuanta belleza tiene su blog es una caricia para el alma!
    saludos!

    RépondreSupprimer
  5. t'as bien raison Roger de dédier ton billet à Stéphane Essel
    face aux grandes manip il est urgent de s'indigner
    chacun à sa manière, à sa mesure ... et d'agir !
    Je t'embrasse
    patrick
    PS ... et bravo pour tes dédicaces au vent et aux nuages
    c'est toujours très beau chez toi
    je suis passé faire quelque photos en décembre à Ouistréham
    l'endroit est très graphique et beau...

    RépondreSupprimer
  6. Eu agradeço ao Google ter a tradução para poder ler a sua mensagem. Eu fiquei, enquanto lia, imaginando o desenho sendo feito na areia. Confesso quase sai voando. Espero de novo contar com a colaboração do Google, pois escrevi na minha lingua de forma simples, para você entender a minha admiração. LINDO trabalho!

    RépondreSupprimer
  7. beau travail comme toujours, et les feuilles de nénuphar sont merveilleux

    RépondreSupprimer
  8. *** Cette publication est encore très belle !!! :o) nos yeux sont gâtés chez toi , c'est toujours plus beau, toujours plus fin !!!! :o)
    J'aime beaucoup l'avant dernière photo avec ton reflet sur le sol mouillé et la lignée qui part du bout de ta main ! Très chouette ! :o)
    GROS BISOUS et bon jeudi Roger !!!! :o) ***

    RépondreSupprimer
  9. Tu me donnes envie de lire ce pamphlet,dont rien que le titre est tout un programme. Merci de nous avoir raconté cette belle rencontre.

    RépondreSupprimer
  10. I just love your works, thank you for sharing such a beauty! This time I find the 9th and 10th most intrigueting.. they seem to be full of joy and beauty!

    RépondreSupprimer
  11. la mer et la plage ont, sans aucun doute été heureuses d'un tel cadeau : votre intention et la beauté des sillons. Merci, vos mots font des vagues d'amour sur mon écran.

    RépondreSupprimer
  12. Merci pour cette beauté qui me vient au yeux et au coeur chaque fois que j'ouvre vos pages.

    je ne sais pas si la beauté sauvera vraiment le monde, mais elle y participe, certainement.

    RépondreSupprimer
  13. Les fils barbelés me font toujours froid dans le dos, même quand il s'agit d'enfermer des chevaux ! Oui, on en voit encore !
    Alors, les frontières, pour les hommes, vaste sujet...
    La symbolique de la "méduse" dans le champs de coquelicots, je la sens comme un truc décalé mais un brin d'espoir pointe là pour retrouver la chaleur !!

    RépondreSupprimer
  14. S'indigner, c'est déjà le premier pas. Mais ça sert à rien tout seul, de s'indigner - faut que ça pousse à l'action ! alors, après, penser la révolte, et le projet de vie qui suivra la révolte.
    Elles sont belles, ces photos pleines d'espace et de vastitude.

    RépondreSupprimer
  15. Difficile de trouver un commentaire après tant de pertinence et de beauté. Merci !

    RépondreSupprimer
  16. Pendant le temps de la lecture de ton texte j'ai senti les embruns et le vent qui t'ont amenés ce conducteur de char à voile dans ta sphère de travail ... Entre amateurs de liberté on se comprend. Finalement c'est naturel de faire des choses qui ne servent à rien sinon a nous rendre libre !

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour, Roger.
    La cohérence de ta marche et ta ta démarche me donne l'heureux vertige de l'éternité.
    Le char à voile; lui, n'ira pas loin...
    Merci beaucoup.
    En fraternité

    RépondreSupprimer
  18. Siempre que vengo aquí puedo sentir la brisa del mar, el tacto de la arena mojada y .... tanto arte y tambien algo de melancolia por la amada Gran Bretaña, siento que me voy más libre de como llegué!!!

    RépondreSupprimer
  19. Brigetoun,
    ...et moi, vous lire, même brièvement ici
    à bientôt,

    Roger

    RépondreSupprimer
  20. Brigitte Maillard,
    J'ai écouté Stéphane Hessel, ce matin, pendant ton émission sur Radio Aligre.
    Un grand moment. Bravo pour ton interview qui nous a encore révélé ce grand homme.
    a bientôt,

    Je t'embrasse amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  21. Michelaise,
    forcément secret... comme tu le dis si justement et confié aux carpes, il va de soi.
    à bientôt,
    avec mon amitié,

    Roger

    RépondreSupprimer
  22. Luz,
    Merci Luz, pour ces mots d'encouragement.
    Bel après-midi.

    Roger

    RépondreSupprimer
  23. Patrick Lucas,
    Merci pour ton commentaire. Je pense que si tu veux ré-écouter l'émission de Brigitte Maillard qui a interviewé ce matin Stépahen Hessel, tu peux la trouver sur ce lien
    http://www.mondeenpoesie.net/2011/01/stephane-hessel-en-poesie-aligre-fm-931.html
    ce qui te donneras aussi l'occasion de découvrir un blog de qualité Monde en poésie qui est aussi l'œuvre de Brigitte Maillard.
    Salut fraternel

    Roger

    RépondreSupprimer
  24. Mariacicinha,
    J'aime la langue portugaise et sa musique particulière. Lorsque je reçois un commentaire comme le tiens, avant de le traduire, je peux l'écouter sur Google outils linguistiques. Un vrai voyage !
    merci de ton passage et de m'apporter ces mots très encourageants pour moi.
    Amitiés

    Roger

    RépondreSupprimer
  25. la dolce vita,
    Merci de ton passage ici et de me faire preuve d'amitié.J'aime aussi découvrir tes œuvres sur ton blog que je recommande à tous.
    Bien amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  26. Nancy,
    Toujours heureux de te retrouver sur Le Chemin des Grands Jardins. L'installation dont tu parles, je l'ai faite un jour de marche dans un riche industrielle dont le sol détrempé reflétait comme un miroir. Dans mon idée, je transformais mon corps en paratonnerre, et recevais la foudre au bout des doigts. In petit délire !
    Belle fin de journée, Nancy,
    Je t'embrase,

    Roger

    RépondreSupprimer
  27. Amartia,
    IL faut le lire. Confidentiellement, tu ne seras pas la première. Rendez-vous sur ce site ami, pour en savoir plus.
    http://www.mondeenpoesie.net/2011/01/stephane-hessel-en-poesie-aligre-fm-931.html

    Belle fin de journée,

    Roger

    RépondreSupprimer
  28. Leena,
    J'aime bien aussi jouer avec ma créativité et déroger aux règles habituelles, plus strictes du land art. C'est par moment, comme pour ces photos 9 et 10 que tu soulignes.
    Merci de ton commentaire.
    Amitiés,

    Roger

    RépondreSupprimer
  29. lautreje,
    On peut parler d'amour dans toutes les langues, les écritures,. Pour moi, c'est le cas avec le land art qui est une écriture dans le paysage. Mon expression des sentiments n'en n'est pas exclu, en particulier lorsqu'il s'agît de la mer que j'aime comme tous les Bretons.
    Salut fraternel,

    Roger

    RépondreSupprimer
  30. anne,
    Il est certain que le beau nous apporte paix et sérénité. Il est certains également que l'art participe à faire reculer le barbarisme et qu'il vaut mieux le pratiquer que d'être en guerre avec tout le monde.
    Ce n'est pas pour rien que l'art est médiation dans l'art-thérapie par exemple et qu'il participe beaucoup à apaiser les patients.
    Amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  31. Enitram,
    Oui, les barbelés, quelle drôle d'invention ! Quant aux coquelicots, j'attends leur retour dans la campagne pour aller à nouveau rejoindre leur impertinence et leur joie de vivre.
    Belle fin de journée,
    Amitiés,

    Roger

    RépondreSupprimer
  32. Anne des Ocreries,
    Je suis entièrement d'accord avec toi.
    Merci pour ton commentaire et à bientôt.
    Amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  33. Gine,
    Tu crois que je mérite tous ces mots ?
    Bien sûr que j'apprécie ta visite, comme j'aime aller sur ton blog.
    A bientôt,
    Amitiés,

    Roger

    RépondreSupprimer
  34. Artémisia,
    Tu traduis mes pensées. Sur ce point, au moins c'est l'entente parfaite.
    Amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  35. Herbert,
    Merci pour ce beau commentaire.
    La plage est grande mas quand une trentaine de chars à voile évoluent en même temps, je peux te dire qu'il faut faire attention avant de traverser leur terrain d'évolution. ça peut aller très vite, ces gros insectes.
    Pour toi, le poète humaniste, je te recopie ce lien
    http://www.mondeenpoesie.net/2011/01/stephane-hessel-en-poesie-aligre-fm-931.html
    C'est le site de Brigitte Maillard, Monde en poésie, qui fait un travail remarquable pour présenter des textes et personnes qui te plairont, je le crois.
    Salut Fraternel,

    Roger

    RépondreSupprimer
  36. bicacolors,
    Merci Elena pour ton commentaire amical. Je crois l'avoir déjà dit, mais la spirale est l'installation la plus emblématique de mon travail de landartiste. Elle est liée à la notion de liberté, de temps qui passe, de grands espaces et je l'ai reproduite eun peu partout sur les plages de France ou d'Afrique du Nord, toujours avec le même bonheur de créer. J'aimerai te le montrer, in situ. Ainsi tu pourrais voir le pouvoir de fascination qui sort de cette figure géométrique, pour peu que le soleil soit de la partie.
    Bicacolors, de son côté, est ton œuvre magnifique qu'il faut aussi aller visiter si l'on aime être surpris.
    A bientôt,

    Roger

    RépondreSupprimer
  37. Je te répondrai juste par les derniers mots du livre de Stéphane Hessel (que je conseille à tous) :
    "Créer, c'est résister.
    Résister, c'est créer."

    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  38. La Licorne,
    Personnellement, ça me va comme programme !
    Carpe diem

    à bientôt, Licorne amie,

    Roger

    RépondreSupprimer
  39. Chacun choisit sa propre forme de témoignage. Seulement voilà, un témoignage parlant, qui dérange en plus, devient de plus en difficile non seulement à faire passer, mais aussi à avoir à en supporter les conséquences qui sont de nos jours de plus en plus imprévisibles.

    RépondreSupprimer
  40. Thérèse,
    Heureusement, nous sommes vous et moi dans des pays démocratiques où s'exprimer librement est encore possible. Stéphane Hessel défend ses idées auxquelles j'adhère, libre à chacun d'en penser ce qu'il veut. Cordialement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  41. Quel hommage!!!

    Je pense également à Florence Aubenas... C'est géographique (la plage de Ouistreham) et donc lié à son dernier livre. Car ce sont aussi de "petites" luttes qui font les grands chemins.

    RépondreSupprimer
  42. J'ai découvert votre blog via celui de Nancy et par la même occasion le land Art. Vous faites parler la nature.
    Vos mots, vos créations et vos photos me touchent et cet hommage a Stéphane Hessel également.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  43. Encore des mots forts... J'aime ce dialogue qui n'en est pas un, cette communication de mutant refermés sur eux mêmes, qui s'efforcent de trouver un lien commun, et qui restent finalement campés sur leurs positions... Chacun s'en revient au centre de lui-même, se détournant de l'autre après cette apostrophe inutile... C'est triste parce que c'est amusant, ou est-ce amusant parce que c'est triste ? A chacun ses propres pensées, et nos hobbies seront bien gardés.

    RépondreSupprimer
  44. Bonjour, roger DAUTAIS.
    Je remercie pour votre soutien au Festival des neiges.
    L'art est échange universel.

    ruma

    RépondreSupprimer
  45. Le journal de Chrys,
    Je remontrerai ici, comment je manifestait à ma façon, en par le land art, pour la libération de Florence Aubenas et son chauffeur Hussein, sur une plage, pas si éloignée que ça de Ouistreham. Pour qui me connait, mes engagements ne datent pas d'hier, mais ce blog n'étant pas fait pour ça, je n'en parle pas. Reste néanmoins que la défense des droits de l'homme et de la liberté, peuvent se retrouver souvent dans mes billets. On ne se refait pas.
    Belle soirée et à bientôt,

    Roger

    RépondreSupprimer
  46. Marielle,
    Bienvenue sur le Chemin des Grands Jardins, venant de chez Nancy, cela me fait doublement plaisir.
    Belle soirée,

    Roger

    RépondreSupprimer
  47. Tsuki,
    Rassure toi, je ne suis pas une personne refermée sur moi-même, bien au contraire, mais réaliser une spirale demande beaucoup d'énergie et de concentration. Pendant cet effort de plus d'une heure, l est difficile de parler. J'ai toujours des cartes de visite sur moi et cet home avait internet, il m'aura donc retrouvé sur ce blog en rentrant.
    L'échange fut court, drôle et humain à la fois et notre vraie poignée de main scella cet instant vécu dans le froid et le vent autour du land art.
    Le land art est un art de partage et je ne considère ce que je fais, ni comme sujet de thèse pour donner des cours à tout ce qui bouge, ni comme une propriété privées. La-dessus non plus, pas de repliement frileux pour conserver un savoir.
    J'aime de toute façon ton style direct et franc, alors tu peux continuer à m'écrire comme ça et je te répondrai. Entre personnes de caractère, on peut se le permettre.
    Avec mon amitié,

    Roger

    RépondreSupprimer
  48. Ruma,
    Je l'ai fait avec un réel plaisir, car les performances photographiées étaient remarquables.

    Bonne soiré à toi, Ruma et bientôt,

    Roger

    RépondreSupprimer
  49. Quelle histoire telement jolie!! Tu la recontes avec une simplicité..
    Maintenant je comprend mieux les spirals et peut imaginer ces endroits-là toujours avec la compagnie du vent et la mer au fond.
    À propos ce que tu dis des sans-papiers
    Il y a un filme que peut être tu connaises, "Welcome", il reconte l' histoire d'un garçon dans ces-plages là.C'est un filme français qui vaut la peine..je crois.
    Bon weeq-end.
    Amicalement!!

    RépondreSupprimer
  50. votre art me touche beaucoup, Roger. Aujourd'hui ce sont les installations 9 et 10 que j'aime le plus. L'une, une connexion avec l'au-delà, l'autre une philosophie indienne.
    Vos mots toujours si intéressants...
    Je vous souhaite un très beau week-end!
    Renée

    RépondreSupprimer
  51. Margö,
    Je suis Breton et j'aime recevoir ces mots venant des Asturies, pays se rattachant à la grande nation Celte. J'aime aussi le son de la gaïta, entendu très souvent dans des festivals celtiques, à Lorient par exemple où le peuple des Asturies est toujours bien représenté.
    Pour ce qui est du film dont tu parles, jee vais essayer de le trouver car je ne le connais pas.
    Merci pour ton commentaire. Bien amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  52. SKIZO,

    Merci pour ces mots d'encouragement.
    Bonne journée et à bientôt,

    Roger

    RépondreSupprimer
  53. Looking for Siddhartha,

    Il m'est arrivé de travailler et créer en compagnie d'artistes orientaux avec une belle harmonie. On m'a souvent dit que certaines de mes créations évoquaient l'Orient, le bouddhisme. C'est vrai que l'art oriental me plait beaucoup sans l'avoir particulièrement étudié, ainsi que la philosophie bouddhiste. Nos inspirations sont mystérieuses et multiples à qui sait écouter sa voie intérieure.
    Merci de votre commentaire, Renée, et bon week-end en Allemagne,

    Bien amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  54. Une sorte de calligraphie, je suis en émerveillement face à votre démarche... La dédicace à Monsieur Hessel, une cerise sur le gâteau.
    Je passais par là, par "hasard"(merci Solveig), une étoile avait du m'éclairer... merci monsieur Roger, belle journée... brigitte

    RépondreSupprimer
  55. Votre création sur la plage m'a fait penser à cette phrase de Nicolas de Stael : Respirer, respirer, ne jamais penser au définitif sans l'éphémère. C'est vrai plus on parle de liberté plus on pause de barbelés.... et très souvent ce sont les mêmes.

    RépondreSupprimer
  56. Plumes d'Anges,
    Bienvenue sur le Chemin des Grands Jardins, venant de chez l'amie Solveig, vous ne pouviez pas vous tromper, c'est une habituée et je le lui rend bien.
    Belle soirée à vous,Amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  57. Tu país, la Bretagne es bellísimo. Conozco algunos lugares y recuerdo sus playas y puertos donde el mar se retiraba dejando las embarcaciones descansando en el fondo. Era impresionante para mí contemplarlo, pues en el Mediterráneo no se ven cosas así. Las enormes rocas y las casa bretonas las guardo en la memoria. No es extraño que estos paisajes te inspiren. Por eso tu obra tiene tanta fuerza y creatividad.
    Tus círculos son ondas que me remiten a la música bretona.
    Saludos.

    RépondreSupprimer
  58. Robert,
    Jolie phrase qui va bien avec ma façon d'aller au monde.
    Pour les barbelés, je ne crois pas que les défenseurs de liberté, je pense à ceux qui sont sincères, pas aux marchands d'idéologies, aux harangueurs de foule en délire, aux commerçants mal intentionnés, soient à mettre dans le m^me sac que les derniers. A qui n'a jamais perdu sa liberté, il est difficile de porter un jugement pour en connaître le prix. Il suffit d'ouvrir les yeux sur les évènements du monde pour comprendre de quel côté le sang est versé en abondance.
    Très bonne soirée à vous,

    Roger

    RépondreSupprimer
  59. E' molto bello e rilassante qui da te.
    Abbraccio

    RépondreSupprimer
  60. Heureusement qu'il y des gens comme Stéphane Hessel pour nous empêcher de nous endormir ou nous réveiller selon les cas...
    Je suis attirée particulièrement par les deux dernières photos, qui, je trouve vont merveilleusement bien ensemble : tout un monde de poésie et de rêve...

    RépondreSupprimer
  61. bonsoir Roger ! toujours aussi magnifique ces photos du land art une imagination qui nous transporte dans l'éphémère ! mais qui reste gravé dans notre pensée ! je te souhaite une bonne continuation et je te remercie d'être venu me voir chez moi ! je te souhaite une bonne semaine a bientôt en Fraternité !

    RépondreSupprimer
  62. La semaine passée j'ai été sur une plage, il était le jour et en attendant marchait j'ai rappelé ton art et je n'ai pas pu éviter de dessiner sur le sable, il a été sensationnel!!!, quand la nature a visité ton blog il se présente devant moi distincte!!!
    Des saluts

    (un traducteur a utilisé, il disculpe les erreurs)

    RépondreSupprimer
  63. Merci beaucoup, for your comment. It's a huge compliment coming from the "master of nature composition photography."

    RépondreSupprimer
  64. Stella,
    Merci pour ton passage sur Le Chemin des Grands Jardins,

    Amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  65. Mingingi des forêts,
    Te connaissant un peu, je comprends ton choix.
    Merci, Belle journée ,

    Roger

    RépondreSupprimer
  66. Joshartypico
    Merci à toi, voyageur et poète sous la voûte étoilée,
    Salut Fraternel,

    Roger

    RépondreSupprimer
  67. Esmeralda Torres,
    Peut-être as-tu fait tes premiers pas en land art sur cette plage Mexicaine. Il faudra continuer.
    avec mon amitié,
    Belle journée en création pour toi, Esmeralda,

    Roger

    RépondreSupprimer
  68. Rick Forestal,
    J'apprécie beaucoup ton commentaire, surtout venant du photographe que tu es.
    Bonne journée, Rick
    Best wishes,

    Roger

    RépondreSupprimer
  69. Amis du jour... bonjour !

    Avec un peu de retard...
    Mes "pensées" du jour !

    -------------------

    Paquebot en partance…
    Sur la piste du char à voile
    Il vogue sur le sable

    -------------------

    Spirale en équilibre
    Légèreté des sillons
    A bout de bras !

    -------------------

    Une pensée pour Monet
    Un petit cœur pour toi
    Nympheas

    -------------------

    Les pions rouges sont placés
    Le jeu va bientôt commencer
    Il ne manque que le dé

    -------------------

    Cotillons et serpentins
    C’est la fête
    Sur le sable le matin

    -------------------

    Boule de cristal et coquelicots
    L’avenir dira
    Qui gagnera le gros lot !

    -------------------

    Biseeeeeeeeeeees de Christineeeeee

    RépondreSupprimer
  70. coucou Roger ! j'arrive encore en retard ! j'ai mis un peu de temps à déménager dans ma nouvelle maison blog !
    ce billet est vraiment très chouette ! et ton travail expliqué ainsi donne une petite idée des efforts qu'il faut déployer pour arriver à de telles créations ! et c'est tellement beau !
    j'ai vu Stéphane Hessel dans une émission le week end dernier ! cet homme est "extra" "ordinaire" en
    deux mots !! c'est un bel hommage !
    je t'envoie des bisous et que ta semaine soit douce

    RépondreSupprimer
  71. Christineeeee,
    Merci de tant de travail.
    Je t'embrasse amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  72. marty,
    Oui, j'aime assez son aisance dans tous les domaines, son humanité vraie, sa bonté aussi, sa détermination, ses colères, son indignation et cette façon qu'il a de vivre sa vie, sans frein, tambour battant, tout en étant le sage qu'il est devenu au bout du chemin. Admirable cet homme.
    Belle fin de journée à toi,
    Je t'embrasse aussi,

    Roger

    RépondreSupprimer
  73. Roger- Hello! It is Ms. Moon, visiting you. I hope you speak English and I suppose you must if you read my blog.
    Your artwork is lovely! That is apparent in any language!

    RépondreSupprimer
  74. Le plaisir renouvelé .. et de spirales en tourbillons, revenir et retrouver le chemin. Petit Poucet au fil des poussières de temps ..
    Déjà Février, le temps passe si vite ...
    Des pensées vers chez toi.

    RépondreSupprimer
  75. Roger :
    Je pense que tu dois passer beaucoup plus de temps à réaliser tes constructions que moi à écrire quelques lignes qui ne me sont venues "comme ça", le temps de les inventer !

    Biseeeeeeeeeees du jour !

    RépondreSupprimer
  76. Jolie rencontre de deux visions de la liberté... Jolie spirale, comme un halo d'énergie posé là, un rond hors de l'eau, une trace de "l'impact" émotionnel entre toi et cette plage...
    Et ces petits fruits touts ronds, touts rouges, qui dessinent si bien le chemin de tes grands jardins intérieurs ! Que du beau, encore, à déguster, et un très bel hommage à Monsieur Hessel...
    A très bientôt, Roger...
    NiNa-Lou

    RépondreSupprimer
  77. Manue,
    Lorsque je trouverai le moyen de joindre ton blog, je te rendrai visite bien volontiers.
    Merci de ta visite, toujours agréable.Amitiés,

    Roger

    RépondreSupprimer
  78. Ms Moon,
    Thanks for your visite and wellcome at LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS.
    à très bientôt,

    Amitiés,

    Roger

    RépondreSupprimer
  79. Christineeeee,
    En effet, tu as raison de penser comme ça, mais j'apprécie beaucoup tes visites.
    Je t'embrasse amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  80. NiNa Lou,
    merci pour ce bouquet de mots d'amitié et d'encouragement.
    belle journée et à bientôt,

    Roger

    RépondreSupprimer
  81. je ne sais pas pourquoi regarder tes photos et lire ton recit m'appaise. Peut être parce que le rythme de tes cercles sont aussi le rythme de ton recit. Et que suivre ce rythme equilibré oblige a se poser et suivre ton pas.

    Pierre

    RépondreSupprimer
  82. Le Beau fait du Bien ... et je suis sûre en passant chez toi que je verrai de belles choses, sorties de ton imagination et de la nature, ce qui me ravit.
    Continue de nous faire rêver, Roger, toutes mes amitiés.

    RépondreSupprimer
  83. On apprend de chaque rencontre, aussi surprenante, incongrue ou brève qu'elle puisse paraître. Ses liens sont autant de traces laissées sur notre sable intérieur.
    Anne

    RépondreSupprimer
  84. J'adore cette histoire, j'adore cette amiance, j'adore ce moment de réflexion. Merci et pour ne pas louper la suite je m'inscris à ta newsletter et réf. sur mon blog. Bonne journée. Amicalement!

    RépondreSupprimer
  85. Pierre,
    C'est plutôt intéressant comme réaction. Tu peux y revenir quand tu veux.
    Merci de ton commentaire,

    Roger

    RépondreSupprimer
  86. solveig,
    C'est vrai que le beau fait du bien et c'est ce que je recherche dans le paysage. Maintenant, lorsque j'installe, je ne cherche pas à faire "beau", simplement à pousser mon travail au plus loin de ce que je peux exprimer avec.
    Merci pour tes mots d'encouragement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  87. Anne,
    J'aime beaucoup ton expression " notre sable intérieur", cette immensité inconnue dans laquelle nous nous perdons parfois pour mieux nous retrouver. Amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  88. Titane 333,
    C'est le récit d'un instant qui s'est réellement passé comme ça, aussi simplement.
    Merci de tes mots d'encouragement.
    J'ai commencé à découvrir ton blog. 0 bientôt chez toi.
    Bien amicalement,

    Roger
    Roger

    RépondreSupprimer
  89. "Tu as intégré le mouvement", c'est aussi ce que disait Jackson Pollock pour ses coulées de peinture qui étaient également parfaites.
    "Il me semble possible de contrôler la coulée de peinture, dans une large mesure, et je ne l'utilise pas… je n'utilise pas l'accident… parce que je nie l'accident."
    Jackson Pollock : déclarations

    RépondreSupprimer
  90. Wow!!!I LOVE your work and cretivite. It is so great. Beautifull and so well composed and captured, and the images is woonderfull seen true your eyes.
    I wish you a great weekend. Grettings from Norway;O)

    RépondreSupprimer
  91. norma,
    C'est exactement ça. J'ai écarté la peur de ne pas réussir et accepté"l'échec" possible qui ne compterait pas, en réalisant ces spirales. Ceci me libère dans l'exécution. Seule crainte, que mon corps ne suive pas. Je commence à vieillir et parfois mes jambes sont à "la limite". Je me dis qu'un jour, cela ne sera plus possible, mais c'est la vie.
    Je ne connaissais pas cette phrase de Pollock. Intéressant comme déclaration.
    Belle journée à toi.
    Amitiés,

    Roger

    RépondreSupprimer
  92. C'est toujours aussi beau...
    Je trouve qu'il y a autant d'humour que de gravité dans tes derniers billets. Merci d'avoir fait partager cette singulière rencontre avec le vélichariste :)
    sébastien

    RépondreSupprimer
  93. Line,
    Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins. Merci pour vos commentaires. Il me reste à découvrir votre blog Suédois.
    Bon week-end.
    Amitiés,

    Roger

    RépondreSupprimer
  94. "Indignez vous"
    Passons à l'action créative!
    SUBLIME ici chez toi!
    Merci Roger
    jawah

    RépondreSupprimer
  95. Chaque fois que je viens sur tes pages j'en ressors émerveillée. Je ne laisse pas de traces; mes visites sont éphémères, mais ton art s'imprime en moi et depuis que j'ai découvert tes réalisations j'ai l'impression de regarder la nature autrement. Je me dis toujours : tiens je pourrais écrire avec les feuilles, avec les morceaux de bois, avec le sable... mais moi je ne sais pas. Alors je viens ici et j'admire juste tes créations qui ne servent à rien comme tu dis, mais qui apportent tant de douceur, de beauté, de réflexion... Merci Roger.

    RépondreSupprimer

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.