La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

jeudi 20 mai 2010








au cœur de l'été...


à Marie-Claude.






Chaque année, après la floraison de la rosa rugosa , je fais ma cueillette de ce fruit rouge qui sort du cœur de cette merveilleuse rose. J'ai mes endroits , repérés dans la nature, d'autres que je découvre au hasard et je remplis une petite musette qui me sert au transport avant de partir à la recherche de lieux d'inspiration. Toutes ces petites installations ont ce point commun d'avoir été réalisées avec ces fruits, lors de marches différentes, mais toutes également pendant le mois d'août 2008. Formes reptiliennes, ou compositions géométriques autour du carré, du triangle et de la spirale, elles sont nées dans des paysages aussi différents que le marais, la forêt, le bord de mer, et même dans un parc municipal. Ces installations me procurent calme et sérénité. Elles me comblent par leur simplicité et j'aime à répéter ces gestes d'installer, tout en écoutant la respiration de la nature. Je m'éloigne alors des travaux de force requis par la construction de cairns, ou d'endurance pendant la réalisation de spirales maritimes. Ces heures de marche solitaire, de ressourcement, me permettent de rêver à des projets futurs, de découvrir d'autres lieux et contribuent à me rapprocher encore plus de la nature. Dans ces moments privilégiés, je n'éprouve aucun besoin de partager ces installations avec quelqu'un et j'aime à les offrir, tout simplement aux lieux, à la mer, au vent, au soleil, aux arbres, aux animaux qui m'accompagnent dans leur vie libre et sauvage. J'aime à me fondre dans cette nature que je rejoindrai un jour sous forme de cendre, quand le moment sera venu. En attendant, je parcours le monde, plein d'admiration, parfois de peurs, souvent heureux de le faire et je laisse ça et là quelques traces. Une façon d'exister qui en vaut beaucoup d'autres.




Roger Dautais








C'était comme un signe
Qu'elle avait laissé avant de partir
Des petits cailloux blancs
Sur un banc de pierre usé
Cinq petits cailloux blancs
Dans l'hiver
Sur un banc de pierre
Pour que je sache
Qu'ils étaient pour moi
Qu'il fallait que je les prenne
Et referme ma main dessus.



Jean Rivet

Le soleil meurt dans un brin d'herbe.





44 commentaires:

  1. quelle démarche et quel regard Roger, j'aime vraiment beaucoup vous lire
    et découvrir tout cet univers d'art dans la nature, ça me donne ( je l'ai déja dit !) vraiment envie de le faire. ces petites baies rouges en serpent, spirale, collier et simplement posées ont une saveur joyeuse
    belle soirée Roger

    RépondreSupprimer
  2. je suis d'accord avec toi brigitte de la douceur et je trouve que ce blog est si beau ni nature
    Bravo Roger

    RépondreSupprimer
  3. j'adore, c'est tellement vivant!
    la deuxième photo me subjugue,
    je trouve que c'est d'une grande sensualité.
    la spirale ensuite , sur la boue craquelée, semble indiquer le chemin du plaisir jusqu'à ce sexe ardent et timide à la fois.
    à bientôt.

    Anita.

    RépondreSupprimer
  4. j'adore, c'est tellement vivant!
    la deuxième photo me subjugue, je trouve que c'est d'une grande sensualité.
    la spirale ensuite , sur la boue craquelée, semble indiquer le chemin du plaisir jusqu'à ce sexe ardent et timide à la fois.
    continue s'il te plait.

    Anita.

    RépondreSupprimer
  5. que du plaisir à lire et à voir..........

    RépondreSupprimer
  6. variations de baies rouges vifs pétillante de vie et de fraicheur sur des fonds plus asséchés, et inertes ...l'un enrichit l'autre comme la vieillesse enrichit et soutient la jeunesse qui l'égaye de sa pétulance en retour ...

    RépondreSupprimer
  7. "Une façon d'exister qui en vaut beaucoup d'autres."
    Cela est même certain qu'elle en vaut beaucoup d'autres, car on sent tellement de sérénité et de bonheur dans tes mots.
    Ces "petites installations", comme tu les nommes, sont très belles, vraiment.
    Merci à toi, Roger.

    RépondreSupprimer
  8. colliers de grâce
    parures écloses
    grains de mots
    pour suivre le vent..

    RépondreSupprimer
  9. Roger,

    You discovered me, now I'm even more excited to discover your brilliant natural creations!

    RépondreSupprimer
  10. Brigitte Maillard,
    Merci de ce commentaire où chacun des mots choisis traduit bien votre envie, un jour, de faire le pas et vous lancer dans le land art.
    Bonne journée

    Roger

    RépondreSupprimer
  11. France,
    C'est ce que j'essaie, modestement de faire dans chacune des pages du blog avec plus ou moins de réussite. Merci de tes encouragements, ils contribuent à me faire avancer sur Le Chemin des Grands jardins.

    Roger

    RépondreSupprimer
  12. Art'asdzaa,
    Merci d'être venue jusqu'ici...Le Chemin est toujours libre d'accès.

    0une autre fois, j'espère

    Roger

    RépondreSupprimer
  13. Anita,
    Oui, ce jour là, malgré sa souffrance, malgré la sècheresse, la terre avait un aspect de peau humaine, douce et chaude. Cela aurait-il " passé" jusque dans la photo ?
    A bientôt, Anita

    Roger

    RépondreSupprimer
  14. Flo,
    Que cela est dit avec beaucoup de poésie.
    Merci Flo,

    Roger

    RépondreSupprimer
  15. Françoise,
    C'est pour cela que j'ai dédié cette page à ma femme, Marie-Claude,
    Merci de ton passage,ici,

    Roger

    RépondreSupprimer
  16. croukougnouche,
    Le début d'une chanson ?
    Merci de ton commentaire et à bientôt,

    Roger

    RépondreSupprimer
  17. Thea Scharck,
    Echanges de points de vue. Merci Thea, d'être venue de San Francisco pour découvrir LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS. Tu peux y revenir quand tu veux.
    See you, soon

    Roger

    RépondreSupprimer
  18. Au de-là des images et compositions si bien inspirées ilya une pensée qui me touche une méditation et lorsque vous dites" ne pas avoir le besoin de partager" au moment précis pour tout absorber un peu comme une éponge afin de retraduire par la suite .....c'est cela qui me séduit et ici c'est la nature et cette forme d'art , il se peut que cela se manifeste aussi d'une autre façon par son propre vécu merci pour tout et d'ouvrir des ....chemins

    RépondreSupprimer
  19. Je saisis tout à fait ce que tu veut dire et peut ressentir en créant ces espaces-temps.
    Heureusement que tu gardes trace et as la bonté de nous transmettre. Car la "sérénitude" traverse et le temps et l'écran. N'est ce pas un miracle ?
    Et je dois dire que tu donnes envie aussi, de s'y mettre, de récolter et assembler,
    frôler encore
    Un peu plus d'éternel
    Et de passager
    De nous.

    Passage naturel
    Eternité sucrée
    Restes de miel
    Vie d'égaré
    Perpétuel
    .

    RépondreSupprimer
  20. Sentir cést creer.
    Sentir c'est penser,sans idée,et pour cela
    sentir cést comprendre,vu que lunivers na pas d 'idées.
    Fernando Pessoa.
    voire et entendre sont les uniques choses noble
    que la vie contient.
    Fernando Pessoa.
    Pardonnez moi la mauvaise traduction :)
    Je redecouvre ma langue natal,depuis peu,si l'on peut dire.(15 ans)d'absence,Pour maitriser la Langue Portugaise qui est complexe:)
    Votre monde est merveilleux.


    je vous invite a connaître mon univers de peinture.http://artelinda8.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  21. un courant d'air,
    Loin de moi, l'idée de créer une école, bien que j'y suis allé bien souvent pour réaliser des performances land art ou des expos, de la maternelle à l'université.
    (Non pour enseigner, mais pour partager des expériences)
    Par contre je suis toujours content de faire naître une envie d'essayer, de se mettre au land art, comme tu l'exprimes si bien et de belle façon. La tournure poétique de ton commentaire est vraiment touchante et je t'en remercie,

    Roger

    RépondreSupprimer
  22. Arlettart,
    Comme je suis loin de tous ces commentaires élogieux, lorsque, perdu dans un coin de nature, je m'extrais de la civilisation bruyante et "vibrionnante", je dirai même, presque de ma vie, pour me laisser porter par la Nature. Il me faut au moins cela d'amnésie provisoire pour calmer toutes mes inquiétudes de ne plus savoir faire et voir jaillir des idées "in situ". Et je lis sur mon blog, bien après, en décalage total, des mots qui m'étonnent et m'encouragent , à la fois, comme dans tes lignes dont je te remercie.

    RépondreSupprimer
  23. Linda Lourenco,
    Quel beau cadeau de recevoir ces lignes du grand poète Fernando Pessoa. Nous n'avons fait qu'un voyage au Portugal, Marie-Claude et moi, en 1970, mais votre pays et les portugais qui nous avaient accueilli dans un petit village à proximité d'Albufeira, sont restés dans notre mémoire et notre cœur, à tout jamais. Musique et littérature nous ont ensuite permis de cultiver ce beau souvenir. C'est pourquoi, je suis très honoré de recevoir ce très beau commentaire, de la part d'une citoyenne Portugaise, de retour au pays.
    Muito obrigado

    Roger

    RépondreSupprimer
  24. Roger,
    c'est le contraire,je suis française et avec mon mari portugais,nous avons decidés de vivre au Portugal en 1995.
    Il est vrai que les Portugais sont trés acceuillant,et je suis heureuse que vous avez gardés de bons souvenirs .

    RépondreSupprimer
  25. linda lourenco,
    La vérité est donc rétablie, mais cela ne change rien à mon amitié pour ce beau pays et pour ces habitants, les portugais que je salue, ici.

    Roger

    RépondreSupprimer
  26. J'aime beaucoup l'ensemble et j'ai un petit faible pour le côté japonisant de la dernière image...

    RépondreSupprimer
  27. Sirène,
    Ce jour là, le vent, qui se voit rarement sur les photos, me déplaçait tellement les éléments que je me suis résolu à "adosser" le cadre de bambous contre le mur en ardoise du basin. Après, j'ai eu le droit à un " ballet de fleurs" que je me suis à bloquer pour deux d'entre elles. Pour terminer, je me suis fait complice du mouvement aléatoire de la troisième fleur et des baies flottantes. C'est ce que l'on appelle " un instant de vie, éphémère", très intéressant à vivre, certes, mais très difficile à réussir. Cette composition, tu la vois comme "japonisante"...Je partage ton point de vue, Sirène.
    Merci pour ton passage, ici.

    Bon week-end

    Roger

    RépondreSupprimer
  28. Je vis un peu plus quand je regarde ton ouvre, je suis plus hereuse devant d'elle, avec les yeux bien ouvertes, entre directement au coeur. Je suis contente à te découvrir et aussi le Land Art, je ne savais pas que ça existait, mais quelque fois je vais à la plage a jouer. Toi, as reveillé à moi beaucoup de choses.Merci

    RépondreSupprimer
  29. Je trouve que la 3ème photo est la plus belle, plus originale de cette série... Votre immagination n'a aucune limite ! Bravo

    RépondreSupprimer
  30. Cette toute petite spirale rouge qui agrandit l'espace, l'eau la terre qui se mêlent, les plantes fines verticales et une pointe de fleurs.Puis une fenêtre d'eau fuyant l'horizon. Un jeu de lignes et de couleurs, de lumières et de formes, de végétal et de minéral, de mouvements et de silence. J'adore.
    Marisol

    RépondreSupprimer
  31. Perles de concombre
    Comme collier naturel
    La Nature se fait belle

    Grains de tomates
    Comme grains de beauté
    La Nature tatouée

    Et toujours des tableaux
    Qui nous invitent au voyage
    J'aime beaucoup !

    Biseeeeeeeeeeeees de Christineeeee

    PS/ Qui a mangé les tomates ??

    RépondreSupprimer
  32. Comme Sirène, j'ai relevé le côté zen de la dernière photo, la spirale et les reptiles me font penser à l'art aborigène (bien que la forme de référence soit plus les cercles concentriques que la spirale). Le land art est surement l'un des arts le plus universel ou les codes culturels sont abolis, offre un accès des plus intuitif et fait tomber les frontières.
    J'aime beaucoup ton travail avec les végétaux qui est toujours délicat et sensible.

    RépondreSupprimer
  33. Votre "coeur de l'été" est particulièrement harmonieux et émouvant...

    Gabrielle

    RépondreSupprimer
  34. Maïlliki,
    Pour avoir pratiqué le land art avec pas mal d'artistes étrangers, je confirme que cet art est un langage universel, puisqu'ils me l'ont dit.

    Bon week-end

    Roger

    RépondreSupprimer
  35. Christineeeeee,

    Ce ne sont pas des tomates, Christine ! Ce sont des " fruits" de rosier dont certaines personne font de la confiture. Il paraît que c'est excellent. Si le cœur t'en dis.
    à bientôt,

    Roger

    RépondreSupprimer
  36. Marisol,

    Merci de ces mots si chaleureux qui sont un encouragement pour moi.

    Roger

    RépondreSupprimer
  37. Mademoiselle Margaut,
    Tu crois ? Non, mon imagination a des limites qu'il me faut tenter de dépasser, ce qui n'est pas toujours facile.

    Bonne soirée,

    Roger

    RépondreSupprimer
  38. La Bretagne, où je suis né et la province espagnole des Asturies, sont de culture Celte, toutes les deux et nous sommes " cousins " de cœur. J'ai souvent entendu la musique de ton pays et regardé ses danses aux fêtes celtiques de Lorient, en Bretagne où les Asturies sont toujours très bien représentées.
    Si je t'ai fait découvrir le land art, j'espère que je te donnerai l'envie de le pratiquer, maintenant.
    Très cordialement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  39. Ben ça alors !!!!
    J'aurais juré que c'était des tomates !!

    Je n'ai jamais goûté la confiture de rosier, mais je prends note !

    Biseeeeeeeeeeeees de Christineeeee

    RépondreSupprimer
  40. Je viens de découvrir votre blog et le land Art.

    Je vais le feuilleter avec tranquillité

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  41. Bienvenue sur le Chemin des Grands Jardins. Belle promenade et à bientôt

    Roger

    RépondreSupprimer
  42. Une pause ici, simplement parce que c'est la fin de la page déroulante, sinon je déroulerais encore et encore ... ta façon d'exister, elle réchauffe le cœur, elle fait battre dans le mien le coeur de la planète ... Merci.

    RépondreSupprimer

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.