La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

samedi 18 mai 2019

La source  :  pour Jacqueline

 Géométrie : Pour Marty


Street art * :  pour Sophie

Cairn  blanc  :  pour Marie-Claude
 
A la cabane des silences
mes pensées s’envolent.



à Marie-Claude, femme aimée...

Au sommet de l’île, un vent de sud m’amène les premiers embruns. Le temps va changer avec la bascule de la marée. Tu me manques déjà.
Commencer par éteindre toute parole intérieure, puis celles qui viennent de l’océan. Écarter le murmure des premières vagues qui atteignent le pierrier bouillant. Aborder la descente de la petite falaise sud, sans bruit.. Retenir tes derniers mots «  mon cœur est dans ton cœur » comme si c’était ton  ultime  pensée. En faire un sésame pour l’instant présent.
Je voudrais voir la réalité nue de l’océan, d’ici à l’horizon, sans un nuage et faire de Stuhan, un sanctuaire pour mon cœur blessé.
Je voudrais compter les étoiles en plein jour et la danse sacrée d’Alpha de Céphae, pour toi, endormie, au milieu de tes songes.
Je voudrais que ton silence ne soit plus ce vide à remplir qui m’inquiète, mais une complicité à respecter, sous le glissement des sternes, au-dessus de nos têtes.
Ferme les yeux et donne moi la main. Tu vois ce qui ne nous regarde pas? Laisse-le de côté, laisse ton cœur parler et je t ‘élèverai un cairn, pour toi seule, face au large, avant la marée haute.

Roger Dautais

Notes de land art pour la route 77

pour LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

 * Je pratique le street art, depuis de  nombreuses années, sans d'ailleurs en garder trace. J'utilise différentes techniques, pochoir,  lettrage, tags, fresque, collage de mes  propres dessins. Celui  présenté a été réalisé sur  un mur de maison de Caen, en ruine, en partant d'un tag existant,sur lequel j'ai rajouté un dessin fait avec  un morceau de charbon de  bois, trouvé  dans  un foyer éteint. Ce sont pour moi des  moments récréatifs sans prétention.



Une année de silences
« En toute vie le silence dit Dieu
Tout ce qu’il est tressaille d’être à lui !
Pas un seul mot, et pourtant c’est son nom
Que tout secrète, te presse de chanter… »
Patrice de La Tour du Pin

15 commentaires:

  1. Bonjour Roger
    Je sais que le Loc'h rivière d'Auray passe chez moi à la lisière
    Je sais que la rivière du Bono s'unit à la ria d'Auray pour entrer de concert dans le Golfe qui s'offre à l'océan
    J'ai découvert le Sal lors d'une randonnée à Pluneret juste ruisseau et de cairn en cairn j'ai découvert qu'il n'était pas si petit ruisseau que ça. Irai-je chercher la source du Loc'h en harmonie osmose union dans cette petite mer qu'est le Mor Bihan.
    Tous ces petits ruisseaux comme veines puis rivières comme artères qui alimentent ce coeur qui bat ...
    Belle journée
    Le Sal et le Loc'h assis sur un banc face à l'immensité ...
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Océanique
      Merci Jacqueline. Je crois connaitre ce banc, au Bono. C'est celui photographié par Pastelle? Il m'arrive de m'y assoir. Lorsque le bateau de Moitessier fait escale au Bono, avec son équipage de hauturiers, il s'ancre à peu près au niveau de ce banc.
      Tu le connais certainement.
      Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
  2. Very nice compositions Roger .. Good weekend ...
    Salut

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Minguez Corella
      Merci, chère Ana. Très heureux de te retrouver, ici.
      Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
  3. Ce cairn blanc et son texte sont de toute beauté,tu t'approches au plus près de l'Amour qui est par essence indescriptible!!!

    RépondreSupprimer
  4. Odile
    Merci Odile. C'est mon chemin de vie. Je t'embrasse.
    Roger

    RépondreSupprimer
  5. tout près des racines d'un grand arbres les petites pommes germeront
    peut-être et dans les secrets de la terre restera le souvenir du
    passage d'une spirale !
    merci Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marty
      Merci Marty.
      J'ai toujours cette idée là que chaque chose faite est gardée en mémoire dans l'univers.
      Belle journée en amitié.
      Roger

      Supprimer
  6. Une bien belle manière de marquer cette source, un hommage magnifique encore à la femme aimée, une spirale de vie, et un grand merci pour ce street art, cette image qui satisfait un peu ma curiosité. Dommage de ne pas garder trace de tes créations... Dessinateur d'éphémère aussi ? Sourire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pastelle.
      J'ai du commence à dessiner des mon enfance pour échapper au sort qui était le mien. Je n'ai jamais arrêté depuis, sur tous types de supports, dont les murs, bien sûr, si nombreux dans nos villes et si tristes. J'ai pas mal publié, fait des livres pour enfants mais, à part pour le land art, je n'ai pas un esprit de collection. J'ai beaucoup donné, jeté et même brûlé, histoire de m'alléger. Une fois disparu, j'aimerai que tout ce que j'ai fait, disparaisse aussi.
      je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
    2. Je vais essayer de m'en procurer un, de ces livres pour enfants.
      Et même si tout disparaît, le plaisir que nous a procuré la lecture de tes mots et la vue de tes créations est quelque chose qui ne peut pas disparaître, car peut être ça nous a transformé à jamais...

      Supprimer
  7. Poésie sur les murs et dans toutes tes créations...
    Cela me fait penser à ce beau poème de Machado:
    Le Chemin
    Tout passe
    et tout demeure
    Mais notre affaire est de passer
    de passer en traçant
    Des chemins
    Des chemins sur la mer
    Voyageur, le chemin
    sont les traces de tes pas
    C’est tout; voyageur
    il n’y a pas de chemin ,
    Le chemin se fait en marchant.
    Le chemin se fait en marchant
    et quand on tourne les yeux en arrière
    on voit le sentier que jamais
    on ne doit à nouveau fouler .
    Voyageur, il n’est pas de chemin,
    Rien que des sillages sur la mer.

    RépondreSupprimer
  8. Na observação em letras pequenas aguçou minha curiosidade sobre a arte de rua, você também faz fotos desses trabalhos???
    sua arte sempre nos faz bem.

    beijos
    Joelma

    RépondreSupprimer

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.