La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

jeudi 4 novembre 2010












à Marie-Claude...




Six semaines d'attente, six semaine sans pratique, un petit désert à traverser. Il m'est arrivé de traverser des hivers de solitude, alors, six semaines. Je prends la direction des plages. Je traverse la plaine nord et arrive bientôt, près du chemin creux aux arbres couchés par les vent de mer. Il sont au nord et je l'entends. Je descend vers la plage. Un souffle mêlé d'embruns me prend le visage. Le temps est clair, et j'aperçois le Havre à 60 km sur ma droite. L'angoisse qui m'étraignait en partant, se clame. Je suis auprès d'elle. Je suis avec elle, je vais travailler pour elle. La mer est presque haute. Pas de spirale de sable possible. Ce sera des cairns, encore des cairns, jusqu'au bout de mes forces.
Le premier se dresse sur une base assez lourde que j'ai du mal à porter. Ce travail de force me plait . Il sera suivi d'un travail de recherche d'équilibre, plus fin, plus subtile. La mer déroule de petites vagues blanches qui viennent me mouiller les pieds. Il y a beaucoup de pierres, des milliers, mais chaque cairn est particulier. Les pierres me parlent, je les sens, les choisis, à l'oeil, puis les tourne, les retourne, les palpe, les lave, les essuie, une à une. Il faut qu'elles se plaisent, qu'elles s'accordent, qu'elles s'entendent. Et puis, elles 's'amourachent, vivent leur vie de cairn, et m'oublient. On dirait qu'elles sont la à pour une éternité. Et c'est long une éternité de cairn. Elle se terminera dans l'éphémère d'une volonté suprême et finira par enlacer la loi universelle de l'entropie, rejoignant la foule des pierres anonyme qui jonche la plage.
Je suis heureux comme un enfant qui retrouverai un peu de liberté après l'école. Les cairns se succèdent et je termine par une " échelle des jours", c'est le nom que je donne à cette construction comprenant 7 niveaux, comme les 7 jours de la semaine. Je l'élève en deux fois, le premier ayant perdu les 3 derniers étages. On peut dire, en dehors du fait que c'est très lourd et assez dangereux à réaliser, que c'est également, un corps à corps avec les pierres. Par certains moments, c'est l'ensemble que j'appuie sur mon corps pour recaler les équilibres. Chaque " bascule" doit être calée par de petites pierres, sous peine de voir l'ensemble s'écrouler. Une fois réussi, c'est un bonheur que de le voir sous fond de mer, avec ces petites fenêtres qui découpent l'espace et laissent passer la lumière.
Quelques jours plus tard, direction la plage de Ouistreham. C'est ce jour même. Particularité de ce lieu, désert et à marée basse. Je n'ai pas réalisé de spirales depuis plus de 6 semaines. Angoisse pendant la marche d'approche. Vais-je encore savoir. Dire que l'on m'a soufflé d'innover. Chaque spirale est différente et oh ! combien, innovante. S'ils savaient ce que j'y laisse de ma vie, qui elle ne se renouvellera pas. Les mots, parfois, ça nous dépasse, ça peut blesser. C'est fragile un artiste, trop, sans doute. Je pense à tout cela, mais l'air est si doux, la lumière dorée. Mes pensées s'envolent vers Marie-Claude. Son regard bleu.
Je sonde plusieurs endroits pour trouver le meilleur sable.
Ce sera là. Pour la mer : " To The Sea ". Car elle est là, présente qui déroule d'autres vagues bien ourlées et que j'entends prendre possession du sable" Fchhhh. Fchhhh " à l'infini. Je plante mon talon gauche dans le sable et c'est parti pour un heure un quart. Oui, c'est long. Un jour, un homme m'avait demandé comment je pouvais tracer de telles figures géométriques, sans outil de traçage.Il ne m'avait pas vu à l'œuvre. J'aurai dû lui répondre : eh! bien voila, monsieur : j'ai un GPS qui me dit: tournez à droite...tournez à droite...Tournez à droite, et puis j'arrête quand je n'ai plus d'essence. J'ai pensé à ça, ce midi en traçant ma spirale, et je me suis dit que toutes les pensées ne sont pas bonnes à dire, c'est pour cela que je l'écris.
J'ai bénéficié d'une lumière exceptionnelle, jusqu'à la fin, avec ces tons mordorés. Des moments rares que j'ai offert à la mer.Comme elle était très basse et encore loin de la spirale, je suis allé vers elle, pour la saluer et pour lui faire un autre cadeau. J'ai écrit dans le sable

CAR IL FAUT QUE CHACUN COMPOSE LE POÈME DE SA VIE puis j'ai signé
Youenn Gwernig

J'aime bien ce poète Breton. Dommage qu'il ne soit plus de ce monde. Cette phrase, je la pense souvent et j'essaie de la mettre en application. Je trouve que c'est un bon programme.
Après, j'ai regardé le Ferry s'éloigner vers l'horizon avant de quitter la mer. Le soleil basculait derrière les sapins, il était dix sept heures quarante cinq. J'ai pris mon téléphone pour appeler Marie-Claude. J'aime l'entendre. Je suis remonté vers le haut de la plage sans me retourner, sans angoisse, avec l'envie de reprendre le land art, maintenant que l'alerte était passée.

Roger Dautais






à Guy Allix


Je suis si loin du rythme intérieur, freiné par la langue, la main, l'oreille, la bouche.
Il faudrait des étincelles d'esprit.
Feu d'artifice, mais au niveau atomique.
Atomiser l'intention du paraître, oublier le spectateur. Être seulement, l'instant poétique lde la nuit, seul lieu physique de mon refuge,
halte laborieuse mais obligatoire reprise du souffle pour ce corps qui souffre et ne rend pas ce que je voudrais qu'il rendît.
Bien sûr, il est trop tard, mais c'était déjà comme ça, le jour de ma naissance.
Les dés sont pipés
La mort est gagnante.
J'accepte d'être provisoirement vu, puisqu'après la disparition, on acceptera pour moi, d'être " provisoirement absent", et dieu sait s'il est des absences qui durent une éternité. Nous sommes tous des gardiens de cette éternité, perpétuée, perpétuel écho des échos.
Mes pensées vont d'abord aux miens, proches, qui acceptent, bien sûr, mais ressentent chaque jour l'étranger s'installer dans leur vie.
J'aurai voulu plus beau matériellement, moins pauvre, moins dépendant.
Je n'ai jamais pu entreprendre autre chose qu'une longue marche, une interminable route.
C'est ce que j'appelle "être".
C'est ce que les autres nomment, marginalité.
A qui la faute.


Roger Dautais

72 commentaires:

  1. Roger:
    Tu post plagado de bella poesía extrema sensibilidad del alma.
    Sentir así es honrar la vida.
    saludos!

    RépondreSupprimer
  2. Toujours de magnifiques clichés ...
    Je t'invite Roger à visiter mes compositions éphémères de feuilles, plus légères que les pierres de tes créations, pourtant aussi légères parfois, face à la force de l'océan ...

    RépondreSupprimer
  3. Roger, j'aime la délicatesse de cet éventail à leurs jaunes. J'imagine une femme asiatique sortir de l'eau en le tenant à la main. Une petite fleur jaune comme celle-ci en guise de rouge à lèvres... Je m'égare mais ça fait du bien. Merci pour ce moment d'évasion. Bonne soirée à toi.

    RépondreSupprimer
  4. JE VOUS Aperçois alors je ne peux résister à cliquer
    je dois me lever tès tôt
    alors je reprendrai la visite et la lecture demain soir ou samedi mon coeur mes yeux et justement ce matin je pensais à vous
    avec un phrase de LAO TZEU
    JE VOUS DIS çà BIENTÖT
    RAVIE

    RépondreSupprimer
  5. Très belles photos,que du plaisir en passant chez toi,bon fin de semaine.

    RépondreSupprimer
  6. Hello Roger
    Je sens à la lecture de tes mots la couleur de l'absence mêlée à une joie discrète pleine de délicatesse.
    C'est un vrai bonheur de te suivre
    A bientôt

    Patrick

    RépondreSupprimer
  7. J'aime le long personnage de feuilles, marchant dans le ciel et dormant sur l'eau...
    Toujours et encore, tu fais du bien à nos yeux et à nos âmes...
    Je pense à toi et suis heureuse de savoir que tu "spirales" de nouveau.
    Bises d'Ep'

    RépondreSupprimer
  8. *** La mer doit certainement être la plus heureuse de voir tout le travail que tu fais ! toute cette passion et tout ce talent qui ressortent de tes œuvres éphémères ... c'est EXTRA Roger !
    La mer t'aime et elle a demandé au ciel de te donner la plus belle lumière pour que tu puisses prendre ces magnifiques photos et les partager avec nous. MERCI ROGER, c'est une dose de bonheur de venir chez toi ! :o) BISES et bonne fin de semaine à toi Roger ! ***

    RépondreSupprimer
  9. C'est beau de sublimer son angoisse dans la création, et de plus dans une telle création...
    J'adore ton "échelle des jours", ce qu'elle est, et puis l'expression, si belle, comme si le passage des jours nous permettait de nous élever...
    Bon retour, Roger et belle journée.
    Ta visiteuse matinale, Norma

    RépondreSupprimer
  10. Luz,
    Merci pour ce premier commentaire, arrivé très vite avec les deux précédents, ce qui m'étonne toujours.
    Je te souhaite de passer une belle journée,

    Roger

    RépondreSupprimer
  11. Adiante,
    Je viens d'aller, à invitation, visiter ton jardin que je trouve très agréable. A l'image de ton pseudonyme, tu aimes à déroules ces formes en crosse de fougère et il ne reste plus qu'à quitter ton jardin pour te lancer dans le land art en pleine nature.
    Merci pour ton commentaire,

    Roger

    RépondreSupprimer
  12. Olivia,
    Ton imagination de peintre colore jusqu'à tes commentaires. Je ne vais pas m'en plaindre, bien au contraire. Belle journée en création dans le golfe du Morbihan.

    Roger

    RépondreSupprimer
  13. Franky PAIN,

    Merci pour votre commentaire. Belle journée à vous.

    Roger

    RépondreSupprimer
  14. tu arte fluye y me gusta dejarme llevar

    RépondreSupprimer
  15. SIMO,
    Un petit mot du Maroc, venant de toi, m'honore toujours.Passe le bonjour à tes élèves et belle journée à toi,
    Amicalement,
    Roger

    RépondreSupprimer
  16. L'échelle des jours ! Voilà de quoi me faire gamberger ... Je lis et relis tes billets ... Ta démarche est si originale et j'aime ton cheminement ! Alors, le renouvellement à la mode ... ça me fait sourire. La liberté n'a que faire de ce genre de diktat. Amicalement

    RépondreSupprimer
  17. Patrick Lucas,
    Je te remercie de tes mots d'encouragement.
    Bien à toi,

    Roger

    RépondreSupprimer
  18. Epamin'
    Tu partages mon bonheur de me voir à nouveau "spiraler" et tu le peux. Hier, j'avais l'impression de tracer ma première spirale tout en continuant aussi à dérouler une très longue histoire, celle de ma vie.
    Belle journée à toi,
    Je t'embrasse,

    Roger

    RépondreSupprimer
  19. Nancy,
    J'aime le mot éphémère. Il qualifie mon travail, il lui donne toute sa force. Imagine que j'aie gardé tout ce que j'ai fait depuis 50 ans, dont 11 années de land art. Ce serait le contraire d'un trésor. Simplement un poids. Je ne pourrais plus avancer. Je préfère cette marche en avant dont je connais l'issue. Chaque jour est une chance de plus à conquérir, les pieds bien sur terre, les yeux grands ouverts.
    Belle fin de semaine à toi. N'oublie pas ton appareil photo, nous attendons tes reportages.
    Je t'embrasse, Roger

    RépondreSupprimer
  20. Norma,

    Je salue en toi, la visiteuse matinale. Tu parles de l'échelle des jours, ce cairn montré un jour à mon ami Peter Irnicq, chaman Inuit et qui l'intriguait aussi. Parce que, me disait-il, il ressemble dans l'esprit aux Inuksut que nous élevons sur la banquise du grand Nord Canadien. C'est vrai qu'il y avait quelques ressemblances et pour tant, nous habitions à des milliers de kilomètres et nos cultures étaient si différentes. J'avais eu des conversations a peu près semblables avec un land artiste Japonais, venu travailler avec moi, en France. Le land art est universel et fait passer beaucoup d'émotions entre les êtres. Il laisse rarement insensible. C'est une de ces caractéristiques.
    Je n'élève plus souvent "d'échelle des jours" car c'est lourd, difficile, dangereux, parfois, lorsque cela s'écroule, bref, les petits soucis du land art !

    RépondreSupprimer
  21. Camino Roque,
    On ,n'emporte dans ses mains, ni la mer, ni le fleuve, ni la rivière, ni l'eau du ciel mais cette eau est indispensable à la vie, c'est peut-être pour cela qu'elle est libre...Mais pour combien de temps.

    Merci de ton commentaire poétique.
    Amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  22. Gine,
    Je suis d'accord avec toi. Ils ne sont que des petits cailloux dans nos chaussures, mais parfois, ça empêche de marcher.
    Merci de ton commentaire et de tes mots d'encouragement et d'amitié,

    Roger,

    RépondreSupprimer
  23. bonjour Roger tu as repris la marche vers la mer ....et
    celle vers l'être ne te quitte jamais," essayer de se tenir là, dans la lumière de l 'être" ces mots B.Sebise...ton poème vers Guy Allix je l' aime beaucoup, il sonne le réveil par " l'instant poétique de la nuit" je t'embrasse de tout coeur

    RépondreSupprimer
  24. lao tzeu disait qu'il fallait écrire sa douleur dans le sable et gravée ses joies sur la pierre

    et bien sur je n'ai pu que pensé à vous hier
    "L'angoisse qui m'étraignait en partant, se clame." quand ma souffrance est grande je la chante comme dans un chant juif ou tzigane, comme les grandes pleureuses et depuis que je fais çà ce chant de douleur l'éléver et les instants d'aprés je me sens moins entamée , plus forte
    et quand j'ai lu votre phrase : j'étais heureuse car la clamer et de cet ordre "in full voice"

    "Il faut qu'elles se plaisent, qu'elles s'accordent, qu'elles s'entendent."
    c'est comme l'écriure un verbe un mot
    mais les pierres diable depuis que vous ête rentré dans ma vie par vos mots vos images et les phases narratives de la nature de vous et de la matièe vivante
    mon regard change de point de vue des morceau de bois des travaux du tramway de la barrière de paris rentre dans mon sac
    et le réve
    mes crochets mes coutures c'est influencée et je ne cherche pas ça vient au bout des bois
    des doigts le lapsus

    "un corps à corps avec les pierres" no commente vous imaginez simplement
    je connais vos plages j'ai tourné un film où j'avais le premier rôle à ions une des plage du débarquement

    ." C'est fragile un artiste, trop, sans doute"
    il ne peut -être autrement, c'est une telle vie quand les gens gentil vous disent allez tire une croix
    je crie toujours,
    nous ne pouvons être artiste en nous bardant de défenses c'est confortable dans la joie car nous avons de vrais extases mystiques
    mais dans le doute et la douleur le wagon de l'émotion nous taraude puissamment
    nous pas s'être moins nous sommes

    je suis ravie quand vous écrivez je prend le téléphone j'aime l'entendre

    belle journée

    merci de votre giacometti de feuilles à bientôt

    RépondreSupprimer
  25. Je trouve aussi que c'est un très beau programme de composer le poème de sa vie... vos gisants me touchent beaucoup, des "gisants éphémères" je trouve que c'est un beau symbole des rythmes de la vie et de la mort, un appel à s'émerveiller maintenant ou jamais, c'est en tout cas comme cela que je les perçois, j'aime particulièrement celui-ci, de quoi est-il fait, d'algues séchées ?

    RépondreSupprimer
  26. Je que j'admire aujourd'hui c'est : l'équilibre! L'équilibre de tes deux cairns! Le travail d'équipe de tes pierres choisies avec attention...
    Et les nuages qui se reflètent tout près de ta composition de petites fleurs jaunes, poésie que j'aime beaucoup!
    Bonne journée Roger

    RépondreSupprimer
  27. Je n'ai pas trouvé la "solution" de la bulle.
    Cela m'interpelle.
    Le feuillage de lierre rougissant me fait penser un personnage très élancé.
    Les trois derniers clichés sont mes préférés même si j'apprécie beaucoup le relief donné à la spirale
    merci et bonne journée
    La prochaine fois que je verrai un ciré jaune sur la plage de Ouistreham je serai plus attentive

    RépondreSupprimer
  28. Bonjour Roger, les deux textes et les images de tes dernières interventions sont d'une grande douceur terrestre et fraternelle,sea you sun Roger: Amitiés fraternelles,thibault

    RépondreSupprimer
  29. L'équilibre dans les pierres, l'équilibre dans la vie, même travail souvent lourd à porter et difficile à atteindre mais le résultat est toujours magnifique.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  30. Coucou Roger, tu sais ce que j'ai fait, il a fallu que j'aille sur la photo pour recompter les 7 étages de ton échelle des jours ! Mais enfin c'est bête ce besoin de vérifier ... en fait ce n'était pas que j'ai mis en doute la véracité de ton récit, mais j'étais tellement ahurie, 7 niveaux en si précaire équilibre. Du coup, je me suis balladée dans le billet du jour, puis partout dans ton blog, de ci, de là. Un bonheur pour toi de t'y être remis, un encore plus grand bonheur pour nous d'admirer tes réalisations. Quant aux grincheux qui veulent... comment dis-tu... qui t'ont soufllé d'innover, mais où ont-ils les yeux ???

    RépondreSupprimer
  31. Roger

    ton dernier texte est criant de vérités...
    la 6e photo, "se mettre à la table", comme ont dit par chez-nous ! original.

    C'est de l'art qui passe des trois dimensions pour aller dans la quatrième... l'utilisation de l'espace entourant tes œuvres, pour aller a un autre niveau !

    merci

    RépondreSupprimer
  32. Brigitte Maillard,
    J'aime la lumière qui vient de la mer, celle qui vient de Mari-Claude, celle des autres et je préfère le travail en solitaire, lorsque il n'est plus question de se pavaner mais d'œuvrer pour répondre à cette voix intérieure qui me dicte. J'aime la poésie des autres. Je lis beaucoup de textes. Je ne les retiens pas. Ils sont en moi. Je n'ai plus qu'à écouter et transcrire ce qui me viens par moments. Il n'y a pas beaucoup de moments de répit. je suis fait comme ça depuis l'enfance. Il faut juste continuer à avancer sur ce chemin, jusqu'au bout, sans rien attendre.
    Merci de ta présence amicale.
    Je t'embrasse,

    Roger

    RépondreSupprimer
  33. Franky PAIN,
    Le plus important, oublier nos habitudes, changer de regard sur les gens , les choses, pour mieux les découvrir et mieux les aimer.
    Merci pour votre long commentaire.

    Roger

    RépondreSupprimer
  34. Mingingi des Prairies,

    J'ai réalisé ce gisant avec de la vase noire, que l'on trouve dans l'estuaire de l'Orne (Calvados) et sur la rive droite. Le fort coefficient de marnage, rend le lieu particulier. 0 marée haute, le fleuve se confond avec la mer. à marée basse, il se retire dans son lit et laisse de larges rives dont certaines parties ne sont atteintes qu'aux grandes marées. Cet été là, une sécheresse durable s'installa en Normandie et les algues vertes devinrent de vrais parchemins. Cette peau blanche me servit à recouvrir le gisant. Il m'est venu à l'idée, ensuite, de l'entourer d'une sorte de tapis qui fût emporté par une grande marée. Dans mon imaginaire, je le voyais flottant sur la Manche, rejoindre le monde des trépassés.
    Voilà toute l'histoire.
    Merci de ton commentaire et à bientôt,

    Roger

    RépondreSupprimer
  35. Enitram
    Il faut être en forme et équilibré soi m^me pour réaliser ces installations qui peuvent paraître simples mais ne le sont pas. Beaucoup de plaisir dans ce travail.
    Quant aux nuages, c'était un cadeau du ciel, il fallait juste réussir la photo après l'installation.
    Merci de tes mots amicaux,

    Roger

    RépondreSupprimer
  36. AUTOURDUPUITS

    Je publie beaucoup de photos, en ce moment, parfois avec des reprises, pour que les nouveaux lecteurs les découvrent. Tu dis que cette bulle est mystérieuse, c'est vrai, elle l'est. La prochaine fois que tu vois un homme tracer une spirale à Ouistreham, il y a des chances que ce soit moi. Tu peux venir me saluer si tu le veux.
    Belle soirée à toi,

    Roger

    RépondreSupprimer
  37. Thige,
    C'est un vrai compliment de ta part et je l'accepte volontiers en gage d'amitié.
    Je te salue fraternellement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  38. Corinne Laflaquière,

    Quelques mots justes et tout est dit. Je vous en remercie.
    Belle soirée au Canada, et bonjours aux amis Canadiens que je salue au passage avec grande amitié.

    Roger

    RépondreSupprimer
  39. Michelaise,
    Heureusement que je ne m'étais pas trompé dans les étages ! Si tu regardes dans mes pages plus anciennes, tu trouvera des cairns atteignant les 3 m de haut sur lesquels tu aurais pu grimper comme dans un arbre. Leurs poids variant entre 7 et 10 tonnes, leur donnait une bonne stabilité, mais là, impossible de compter les pierres. Mes spirales font toutes ( à quelques exceptions près, 24 fois le tour du centre, représentant, ainsi, les 24 heures du jour. Parfois on arrive à les compter sur les photos.
    Merci de ton long commentaire.
    Bien amicalement, je te souhaite une belle soirée,

    Roger

    RépondreSupprimer
  40. Carol Proux,

    Merci de commentaire. Cette 6ème installation, très légère, réalisée avec de très gros roseaux et des fruits de l'églantier, représentait effectivement une table d'offrande aux marais. Je trouvais en même temps intéressant de photographier le reflet de cette table dans l'eau, à la rencontre des esprits des lieux, de l'autre côté du miroir.
    Je te souhaite de passer un week-end créatif dans ton beau pays, le Canada.
    Amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  41. Les plages normandes se sont surement languies de tes poétiques visites et ces offrandes de retour les ont sans aucun doute enchanté, désertées qu'elles sont par les frileux.
    "C'est fragile un artiste" écris-tu, les artistes (les vrais) engagent leur âme, leur oeuvre est une extension de leur vie, une extension de leur coeur et chaque regard critique ou admiratif est ressentit au plus profond d'eux même.

    RépondreSupprimer
  42. Bonjour, Roger.
    La recherche de l'équilibre dans le réel mais toujours la quête à l'imaginé dans l'imagineire, entre l'instant et l'éphémère.Ainsi se crée aussi une palette de couleurs miraculeuse et transparente.
    Merci beaucoup,
    En fraternité.

    RépondreSupprimer
  43. ton univers est si beau,
    qu'il me laisse sans mot,
    chaque fois,
    a chaque publication,
    je suis comme sans voix,
    et puis,
    les mots, qui me viennent juste aprés sont si nombreux ..........
    en résumé,
    ""MERCI"", ROGER,
    continue,
    a partager,
    et a faire vibrer ton univers,
    ses ondes, traversent l'écran...
    et pas rien que pour un petit moment....

    ""que c'est beau...., mais pas seulement...""

    belle et douce journée,
    prends bien soin de toi, bisesss

    RépondreSupprimer
  44. il faut atteindre la perfection pour garder
    l'équilibre ! c'est étonnant ce corps à corps
    avec ces lourdes pierres pour aboutir à ces
    cairns légers légers !! tout aussi légers et
    harmonieux tes créations florales éphémères
    et si précieuses ! c'est beau !
    je te souhaite un joli et doux week end

    RépondreSupprimer
  45. Merci pour cette poésie, pour cet art, pour cette beauté qui nous est offerte au travers de ces oeuvres et de ces mots.
    Belle fin de semaine !

    RépondreSupprimer
  46. J'ai l'assurance, en venant me promener chez toi, de savourer la complicité de l'oeuvre et de la nature, fixés sur la toile pour être dévorés des yeux ...mais tous les sens sont sollicités, j'entends la mer et je sens l'iode, il me semble même qu'il y a du sable dans mes chaussures !
    Les cairns exercent sur moi une certaine fascination, et là je suis gâtée,
    Cela calme ton angoisse dis-tu ? ... je saurai quoi faire à la prochaine crise, alors, et il y a lieu de penser que les labos pharmaceutiques te surveillent avec inquiétude !
    Merci et encore merci...

    RépondreSupprimer
  47. Chuchoter... Murmurer... Dire tout bas en toute intimité que j'adore me poser chez vous. J'ai regardé curieusement cette bulle transparente qui me parle de maternité, de création, d'enfantement dans un tel sentiment de protection, de douceur. Les branches-bras-mains de cet arbre entourent si précautionneusement qu'on a envie de s'y lover à son tour. Merci de vos créations, de vos enfantements et de vos mots. Précieux...

    RépondreSupprimer
  48. Bonjour Roger,
    Je suis de retour et viens de passer un long et agréable instant sur ton blog.
    Ce que j'aime dans tes oeuvres, c'est que tu créais avec la nature des oeuvres éphémères et la nature fait le reste sur leur fin de vie.
    Amicalement
    Jawah

    RépondreSupprimer
  49. Maïlliki, C'est fragile, oui, mais il faut transformer cette fragilité en force et l'insuffler dans le travail et la communication avec l'autre.
    Merci de ton commentaire et de tes mots si touchants.
    Amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  50. Herbert,

    Il faut bien admettre que nous sommes devant une part de mystère, dans ces création et accepter que cela nous dépasse. Nous restons les maillons d'une chaine, des passeurs. Il faut œuvre humblement et puis accepter de partir, c'est notre destin.
    Je te salue fraternellement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  51. Claire,
    Tant de mots qui m'arrivent et coulent de source alors que je suis dans un doute quasi permanent. Nous ne connaissons jamais bien la portée de nos actes. Qu'ils se transforment en petits bonheurs, en part de rêves, voire en amitié, on ne peut rêver mieux, mais il ne faut pas s'endormir. Voir la vie, avec les grands ouverts, jusqu'à la fin et avancer...
    Avec toute mon amitié.
    Je t'embrasse en te souhaitant un beau Dimanche.

    Roger

    RépondreSupprimer
  52. Marty,
    le week-end est gris et pluvieux, mais j'aime ce temps, il resserre sans doute l'horizon mais nous rappelle aussi la qualité indispensable de l'eau. Se mouiller fait partie de la vie au sens propre comme au sens figuré.
    Merci pour ton commentaire.

    Roger

    RépondreSupprimer
  53. naline,
    Bienvenue sur Le Chemin des grands Jardins. Je viens d'aller sur ton blog que je découvre à mon tour, poétique et artistique à la fois. Un bel univers que le tiens.
    Merci de ton commentaire et à bientôt.

    Roger

    RépondreSupprimer
  54. solveig,
    Pa de problème pour les labos, ils font leur beurre. On ne peut pas tout jeter non plus. Il y a des gens très malades qu'il faut bien soigner. C'est ua système sans doute qu'il faudrait penser autrement.
    Je sais que tu l'écris avec humour et j'apprécie cela. Lorsque je décris les choses ou un comportement, un état, c'est vraiment une façon personnelle de m'exprimer sans calculer. Parfois, je me dis, je n'aurai pas du, mais cela ne dure pas longtemps.Il faut avancer, tant que l'on est en vie. Il y a beaucoup de blogs tenus par des femmes. Leur univers est fascinant parfois et semble tellement nous dépasser dans la perception de la vie. J'y prends beaucoup de leçons. Ton blog en fait partie.

    Belle journée,

    Roger

    RépondreSupprimer
  55. Leeloo,
    Quelle plume derrière cette brindille que le vent agite doucement. J'ai travaillé avec cette bulle transparente, l'intégrant au paysage, la forêt, la plage, la mer, le fleuve, avec toujours cette interrogation devant cette interface mystérieuse qui filtrait la lumières et les formes.
    Un jour, je m'en suis séparé pour ne pas tomber dans le systématique. Ce fût une parenthèse bien agréable dans ma création land art, qui se résume, maintenant à quelques photos.
    Beau Dimanche à vous et à bientôt,

    Roger

    RépondreSupprimer
  56. Je déplore aussi qu'il y ait si peu d'hommes qui tiennent leur blog... le tien ne m'en est que plus précieux !

    RépondreSupprimer
  57. solveig,
    Je le déplore comme toi, sans savoir à quoi cela tient.
    Bonne fin de journée et à bientôt,

    Roger

    RépondreSupprimer
  58. Très minéral, ce billet. Et pourtant non figé mais dansant.
    Guilleret, presque.
    Bonne semaine, Roger ; trouve ton bonheur de chaque jour !

    RépondreSupprimer
  59. *** Hello Roger !!! J'espère que tu as passé un bon week-end ! Chez nous la pluie était très présente !!!! je te souhaite un très bon début de semaine ! GROS BISOUS à toi Roger ! :o) ***

    RépondreSupprimer
  60. anne des ocreries,
    Je vais suivre ton bon conseil. Merci à toi et bonne semaine à toi, également...
    carpe diem,

    Roger

    RépondreSupprimer
  61. Nancy,
    Bonjour, amie matinale. Nous partageons le même ciel. La pluie a toujours fait partie d'un univers que j'aime bien. Je déplore seulement, ses débordements.
    Belle semaine à toi,
    Je t'embrasse,

    Roger

    RépondreSupprimer
  62. Travail époustouflant de beauté. Je ne peux rien dire d'autre tellement je suis sous le charme ! J'ai connu Youenn Gwernig et c'était un sacré bonhomme ! Pour la petite histoire je lui avais offert sa caricature ( sonnant du biniou à Central Park )et en retour il m'avait écrit une préface juste et sensible pour un livre de caricatures sur les bretons.

    RépondreSupprimer
  63. Heffe,
    Je confirme, Youenn Gwernig était un sacré bonhomme. Son œuvre est très présente dans le cœur des bretons, mais pas seulement. Cette phrase de lui m'accompagne depuis au moins 25 ans, peut-être plus et j'essaie de l'appliquer chaque jours.
    Merci de ton commentaire,
    Kenavo

    Roger

    RépondreSupprimer
  64. *** Un petit coucou en passant chez toi Roger et surtout DE GROS BISOUS A TOI ! :o) ***

    RépondreSupprimer
  65. c'est un poème tout en douceur que tu traces en mots et en image, merci pour ces instants.
    bien à toi.

    RépondreSupprimer
  66. *** Hello Cher Roger ! Je prends mon p'tit déj ce matin et en même temps je viens te saluer ! GROS BISOUS et bon mercredi à toi ! ***

    RépondreSupprimer
  67. Nancy,
    J'ai du faire une fausse manip. hier en te remerciant car mon message n'est pas passé. Je te remercie donc,ici, pour ta présence régulière, chaleureuse et amicale, en te souhaitant une belle journée.
    Je t'embrasse,

    Roger

    RépondreSupprimer
  68. Peau d'âme,
    Merci pour ton passage ici et poour tes mots d'encouragement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  69. Roger,
    Désolé pour mon absence.
    Je suis presque commencent à revenir à la «normale» ...
    au début Octobre, il est apparu un travail en free-lance; ne 26 illustrations pour un livre, par le biais technique / historique de les syndicats de travailleurs de la construction.
    Et la question ne comportait pas des images faciles à imaginer! était nécessaire, tout lu, et de sens de penser en images ...
    comme toujours, des emplois faciles ne tombent pas du ciel ...
    Seulement, ce qui est compliqué!
    et avec un bref délai à la fin!
    J'ai été très embarrassé, parce que j'ai arrêté, prévu quatre postes, dans mon blog,
    et puis ne parvenait pas à répondre aux commentaires ... et pas visité les nouveaux messages, des amis ...
    a été pressé!

    Je veux la paix et la tranquillité
    pour nous tous!
    sincèrement et gracieusement,
    Denise

    RépondreSupprimer
  70. Roger,
    est une leçon de vie, de lire votre texte et sentir l'intensité de vos émotions et les intentions de réaliser vos travaux!
    vous nous montrer que l'engagement et le but, rien n'est impossible, comment équilibrer et fixer les sept pierres! C'était très beau!
    félicitations!
    une accolade bien réel

    RépondreSupprimer
  71. Nid de fleurs à respirer dans le souffle des eaux qui se réveille, plein d'une nouvelle promesse, une nouvelle espérance : se voir un jour compris par les mains de cet artiste qui les caresse, les forme et les abandonne à leur dérive, avant de filer spiraler aux abord de l'océan...

    Ffffffff Shhhhhhhhhh... J'écoute l'espume, et les mots de Roger veillent.

    RépondreSupprimer
  72. you're able to transform something ordinary on something great special!
    congratulations
    and thanks,
    elena

    RépondreSupprimer

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.