La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

vendredi 4 décembre 2009





C'est quoi, le bon land art
, me demandait mon fils, hier matin.
Je lui ai répondu, c'est comme la bonne politique, ça n'existe pas.
Jean Jacques Roussot





à Cabu...

Aux Anges Parisiens,

à leurs femmes, sur terre...



Juste faire hennir les chevaux du plaisir...
Alain Bashung




- T' y crois toi, à Google...?
que me disait une amie du Ministère de la culture, en sirotant une menthe à l'eau, hier au Cirodde, un bar branché de la ville. Franchement, il faut être né à Saint Martin de Fontenay pour proférer de telles âneries ou bien crouler sous les R.T.T. et mépriser la R.A.T.P. ce qui est son cas. Un bac +5, quand même, une pure merveille de l'Université catholique d'Angers. Elle , si bien gaulée et roulant en BMW derrière son bouffe-tétons blond Wiking. Ils ne répondent plus aux normes ces élites de la nation.
Seize heures pétantes en Tiag, ils rangent le stylo, éteignent le P.C. et allument leur vibrante vie, je veux dire, le blackburry-chatte. La queue au vent, cet adepte du catogan, ganté, casqué, lunetté Beneton, emporte Simone ( eh, oui, la pauvre) elle même catogantée, gantée, casquée et lunettée Bénéton, boire un drink au Cirrode. En principe, il dépose Madame, sa moitié, devant le rade et va faires quelques courses, je veux dire , acheter sa chounff, au bâtard de la cité qui le fournit.
Pendant cette demi-heure, j' en profite pour mettre au point mon futur plan B avec Simone
( qui rit quand on la ....). Oh, je vous entend, les bac +5, vous allez encore me dire que c'est pas bien. Je le sais, mais je suis un être d'amour, un généreux et je peux pas laisser une copine dans le besoin. Et puis les mec en catogan, ça me fait marrer. Avec ma brune, on les appelle les "biqueux". C'est pas qu'il est con, ce con, non, même plutôt sympa. Enfin, je l'avoue, il ne sais rien de ma romance avec Simone. Non, c'est un mec du Mnistère de la Culture, détaché...Vous vous rendez-compte. Quand il arrive, je lui dit toujours
-Tu sens bon, Jérôme...Il s'appelle Jérôme
-Ah, tu as remarqué, me dit-il en enlevant son casque Beneton et en secouant sa queue blonde, catogantée, comme un cheval fougueux qu'il est.
- Ben, oui....Tu sens le pressing - Comment ça, le pressing ? - Ben, oui, tu es un " détaché" ! - Sale con de Breton, qu'il me dit, tu me baisera toujours. - Non, pas toi Jérôme, ta femme...

Et il rigole. Simone aussi. Moi, je dis rien. Je suis un défenseur des valeurs Bretonnes. Alors...
Faut pas moquer des Bretons, ils rendent service partout dans le monde, même aux hommes supérieurs du Ministère de la Culture. Et dire que cela ne se sait pas. Faudrait le dire, l'écrire, sortir la masse de l'épais brouillard, emprunter l'Astrolab d'Epaminondas, passer les Alpes à dos d'éléphant, briser les quasars, convoquer Ganymède, Io, Encelade, Oberon, Japet et Venus aux bacchanales.
Moi, ces pointus, ces adeptes du diagramme de Hertzsprung-Russel, ils ne m'intéressent que par leurs femmes. Je l'avoue, elles me cultivent et c'est pour ça que je suis vivant à 50 ans passé et en forme de quoi, je vous laisse deviner. Je sais, le ton ambiant est à la jérémiade et je devrais aller à la synagogue plus souvent. Ça m'éviterait de me faire traiter de "mauvais juif, par Nassim, qui lui, est un bon scientifique.
J'ai des amis catho à la fac et je les choisis toujours en fonction de leurs épouses, vu que c'est avec elles que j'apprends le cathéchisme. Les Proto ( je les appelle comme ça, les protestants) c'est moins gai. Ils sont quand même rigides de partout. C'est ce que me dit Charles-Henri, un ami homo qui les pratique.
Moi, ils ne m'inspirent pas. Je préfère les Musulmans, ou les Boudhistes. C'est pas mal, les boudhistes, avec leur encens et leurs petites baguettes. 9a oui, leurs baguettes sont très petites. C'est ce que me disent leurs femmes. notez bien, je ne me vente pas.
- C'est pas le tout de dire, comme me le répète mon beau-frère qui travaille à La Poste,
il faut soutenir ce qu'on avance". Il s'est cassé une jambe, ce con, en regardant un match de foot à la TV. Doménec'h, y peut pas le saquer, à cause qu'il est Breton, comme moi et voilà ty pas que l'arbitre y voit pas la main de Henri et l'entraineur de l'équipe de France, y dit :
-pas vu pas pris.
Alors le sang de mon beau-frère qui est vigile à la poste, il n'a fait qu'un tour et vlan, il a shooté la table basse en fer forgé qui est devant la télé. Tout l'apéro est tombé, quel gâchis et lui, double fracutre de la maléole externe droit. Ca lui aprendra à respecter les tables basses.
Je vous jure, y a de ces fèlés sur la terre. Tiens c'est comme un autre qui montre sa tronche dans Le Monde d' hier, du land art, qu'il fait, des trucs, mon pauvre Jérôme, toi qu'est dans la culture, des truc à te renverser le cul par dessus la tête. Hein...Simone.
- Ah Oui, qu'elle m'a répondu...Quand tu veux.
Elle me surprend avec son appétit !
Ben, le bac+ 5 vu qu'il était chargé, il naviguait à l'étage au-dessus, avec les intellos. Une exoplanète, ce mec. Pas méchant. Cocu, oui, mais j'y suis pour quelque chose alors, je ne l'accable pas. Et puis il me rend des services, il barre tous ces cons d'artistes que je ne peux pas sacquer. Je lui indique et lui "il traite l'animal". Y peuvent faire leur malin à brailler en attendant des tunes. Jamais ils n'auront le moindre euro, grâce à mon bon Jérôme. Comme je peux pas le remercier perso, vu que j'ai pas viré ma cutie, je remercie sa femme, Simone et elle aime ça.
- Bon, les enfants, qu'il dit cet enfoiré, debout dans ses Tiag, du haut de ses un mètre quatre vingt sept, il se fait jour, faut rentrer au poulailler, hein Simone.
Simone, elle se "raccorde le maquillage vite fait, chausse ses Beneton, enfile ses gants asortis son casque de cuir, jette un oeil à sa Rollex pour femme et enfourche la BMW rose fushia. L'autre il ajoute, en faisant pétarader sa moto :
- En voiture, Simone.
Les clients du bar le Cirrode, enfin, ceux qui ont de l'esprit, ils disent :
Tiens, vla ma Tante que dégage avec sa nièce. Je commence à me poser des questions. Ce vieux Jérôme...de la brioche chaude...?
Faut voir l'élolution. On sait jamais, dans la Culture. ..Après tout, il est libre, il fait ce qu'il veut de son Midas
Moi, je vous le dit, le bac+5 , il est réducteur. Perso, y'a pas qu'en voiture que je fais voyager Simone. Je lui ai même promis de l'emmener sur les bords du lac Ontario Lacus. Un vrai travail de Titan.
Bon, c'est pas le tout, il est bientôt 6 heures 45 et il est temps d'aller me coucher. Depuis que j'ai dépassé les 50 ans, mes copines, elles me fatiguent et puis je suis un gros fainéant de Breton. C'est fini le bon temps, faut faire avec l'âge de ses artères. Hein Epamin !


Moïse ClémenT

Un beau tissu de mensonges

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

1 commentaire:

  1. En Suisse, ils ont "la nuit des longs couteaux"; dans tes grands jardins, on découvre " La plage des jolis couteaux" ou "Le petit chemin des solen".

    RépondreSupprimer

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.