La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

vendredi 5 février 2016

Lampedusa blues : pour Maïté/Aliénor
Guetteur de silence : mémoire de silence
Cairn de Holy Motors :  pour Denis Lavant

Le  point de non-retour : pour Chrys
Cairn de la Jument : Ruma
Cardinales : pour UUna
Le charbon de bois : Guy Allix
Mourir  à Lampedusa :  pour Marty
Élévation  pour  une  mise en terre   :  pour Serg-Mathurin Thébault
Circulation  transversale et rouge Pour Anne-Marie Bodard
La partition  :  pour  Erin
La deuxième chance :  pour Danièle Duteil
L'arbre du pays Toraja :  pour l'inconnu X
Autopsie d'un estran :  pour   Marie-Josée Christien
L'appel de  l'errance :  pour  Youenn Gwernig
Mémoires d'hiver : pour  Pastelle
Topographie d'un rêve  :  pour Sylvie ( L'esperluette )
Les autres raisons  :  pour Tilia
Les sept raisons d'être  là  : pour Christian Cottard
Focus  :  pour  Noushka



à Marie-Claude...

 

Lampedusa

Il fait froid. Le ciel est plombé. Je suis seul dans les falaises de Ty Bihan. Je cherche  une grosse roche, qui se détacherait de la  lourde masse des rochers et qui  puisse être cernée  à marée haute. Ici, avec le ressac, les vagues  sont courtes mais puissantes. Je suis parti à la recherche de pierres  oblongues avec lesquelles  je vais  installer une scène évoquant des naufragés perchés sur la roche. Je dois en trouver  une douzaine. Ils évoqueront les silhouettes des rescapés provisoires.
Cette quête me prend un peu de temps, car la  marche sur ces  pierriers mouillés, très glissantes, est un peu risquée lorsqu'on a les bras chargés. Un par  un, les corps  s'érigent. Je retourne ensuite  à la recherche de têtes  pour mes personnages.  
2002 fût la première année de mes installations sur le thème de  l'exil. 2016, le  phénomène s'est amplifié, toujours  plus cruel. Je l'évoque régulièrement, Mare Nostrum, les noyades de masse, Lampedusa. 
Mes personnages se veulent provisoirement sauvés mais regardent-ils vers la mer, à la recherche de disparus ayant  eu moins de chance,  ou vers  le continent,  à la recherche d'un autre pays plus accueillant?
La scène est en place  à Ty Bihan. Les premières vagues  approchent et frappent le rocher. Premières  photos,  insatisfaisantes. Je ne travaille pas au téléobjectif, je préfère être dans l'action, sentir la mer, le  froid. Le niveau d'eau commence  à monter. J'entre dans la mer. Elle est froide. Les vagues prennent du volume, de la  puissance. Ma présence en ce  lieu est limitée, car à tout moment,  une vague  plus  haute,  plus forte,  peut m'emporter. Je fais mes dernières  photos et  me dégage vivement vers  l'arrière. Il était temps.

L'arbre du pays Toraja

Pourquoi  me suis-je perdu dans cette dévotion particulière, ce culte aux enfants-mort-nés des Toraja ? Probablement, après avoir découvert récemment que cette coutume très touchante de confier le corps des enfants défunts au ventre des arbres ressemble  à ce que je dessine depuis  longtemps sans jamais avoir eu connaissance  de cette cérémonie.
Mais aussi parce que la mer a rejeté  un corps sans tête sur  une plage proche d'ici, la semaine dernière. Peut-être nous  montrait-elle  à sa façon qu'à son tour elle savait se nourrir des hommes qui la considèrent comme  un lieu de ressource sans  limites.Dans les rochers de Kerpenhir, je trouve un bois flotté de belle taille,  plus  près de  l'arbre que de la branche et dont la courbe  m'inspire aussitôt. Le problème est de le déplacer, sans le  porter car  il est trop  lourd. Je calcule tous mes  mouvements  pour ménager mon dos  blessé. . Je le place  à  l'horizontal et sa  forme évoque  un dôme sur lequel, je vais élever mon cairn qui sera,  ici, l'arbre du pays Toraja, élevé à la mémoire de  l'homme qui perdit la tête en  mer, sur une plage voisine.

  Cueillette
J'ai ramassé  pas mal de  baies et graines ces derniers jours, profitant de la  pluie et du mauvais temps  pour renouer avec mes chemins creux. J'ai cet  exercice de la cueillette qui  prend du temps et fait approcher de  près, différents végétaux. Le ruscus est l'un de ceux-ci et  pousse en abondance dans la région, notamment dans les sous-bois et les chemins creux, humides, dans l'ombre.
Elles  me servent  à réaliser des  installations, à  l’intérieur de cabanes de chantier, de pêcheurs,  à  l'abandon qui  me permettent de travailler  à l'abri. Recherches géométrique de mes extravagances rêvées, topographie d'une vie imaginaire, elle surgissent régulièrement depuis des années, comme pour ponctuer des travaux in-situ. La concentration, la patience requise dans ces créations, me permettent une total extraction du  monde. Elles  ouvrent  à la méditation.

Mémoires d'hiver

Mes premières  boîtes  à mémoires remontent à une dizaine d'années, alors que  mon  premier gisant  a 18 ans. Si le second a  pratiquement disparu depuis  mon retour en Bretagne, trois  en 3ans, les boîtes  à  mémoires sont toujours  présentes. Il s’agissait, dans les premières, de définir  un cadre,  puis de collecter, différents végétaux,  minéraux, dans  un rayon de 2 m. J'ai changé les règles, agrandissant le périmètre, jusqu'à 50m. M'est venue  l'idée de cueillir le  long d'un parcours, d'une marche, tout rassembler et réaliser  une boîte. Celle qui est  présentée  ici, rassemble les  mémoires de chaque végétal , cueilli  pendant  une seule et  unique marche dans le courant du  mois de Janvier.Ce sont bien des couleurs d'hiver.


Cairns

L'océan s'engouffre dans le Golfe du Morbihan. Je me situe sur la première petite  plage, entre la grotte au pins et le grand Menhir. Les dernières tempêtes  l'ont recouverte de  goémon noir. Dans  une anse,  à  l'abri du fort courant de marée  montante, une quarantaine d'oies  bernaches , trouve sa  pitance, accompagnée de de quelques  mouettes. J'aime leur  présence, leur calme, leur sérénité. Le magnétisme du lieu est particulièrement  fort, probablement renforcé par la  présence de cette masse d'eau en  mouvement, toutes les six  heures à la renverse de chaque marée. J'ai passé  plus de temps  à  observer cette nature, qu'à travailler. Cela me permet aussi de porter en moi ces intentions d'hommage qui finissent par se matérialiser en cairns. J'ai trouvé en ce lieu, de  très grosses pierres couverts de  lichen or que  j'ai aimé associer au ballet aérien de  mes  pierres  libres. 
Envoûtant  envolée céleste, confrontation de plein d'univers ou vecteur de rêve, le cairn s'impose en ces  lieux, me laissant  loin derrière.
En ces temps de petite santé, le land art  m'interroge. C'est quelque chose qui me dépasse et  me concerne en même temps. Il  y a des chose de  moi,  oubliées, que je retrouve. Elles me permettent de traverser mes épreuves. La route 73 existe bien sous mes  pieds, je me dois de la parcourir au mieux.

Roger Dautais




la côte hostile
sa présence
parmi les brumes
au loin
nulle tension palpable
pourtant
dans ces hôtels
où l’on mange toujours
trop

***

il n’y a rien
après
si ce n’est que
la vie
continue
celle qu’on a
quelquefois
créée
aux instants
de l’évidence droite 

 ***

on fait de nous
des avachis du chariot
malgré nous
sous les hangars béats
heureux nous
de Sainte Consommation

Paul Badin

Pour en savoir  plus sur ce  poète
consulter l'Anthologie subjective du frérot, Guy Allix :  

http://anthosuballix.canalblog.com/pages/paul-badin/27631919.html

99 commentaires:

  1. Your first image is a masterpiece.
    Bravo.

    RépondreSupprimer
  2. Rick Forestal
    Merci Rick. L'engagement pour une cause, même humanitaire, freine toujours un peu l'arrivée des commentaires, surtout dans le monde soft des blogs, mais j'assume.
    En reprenant ce thème de l’exil dramatique depuis de très nombreuses années, je risque pas ma vie comme ces pauvres malheureux, d'une part et d'autre part, beaucoup de monde défend leur cause. J'ai quand même du mal à voir ces personnes errantes sur les routes et ces naufrages à répétition en mer où périssent tant de migrants, parfois des enfants. Mes installations évoquent ce drame qui me choque.
    Merci de ta présence et de ton soutien amical, mon cher Rick.
    Amitiés.

    Roger

    RépondreSupprimer
  3. exceptionnel cette île... très fort symbole!!! biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ELFI
      Merci Elfi. Je ne réussis pas à chaque fois à traduire ce que je ressens de ce drame inscrit dans la durée maintenant en Méditerranée. Il me faut créer une vraie rencontre avec la mer, les rochers, mes personnages et mes propres émotions liées à ces événements. J'ai à faire partager cet état d'alerte sur le monde et ses violences insoutenables faites à des peuples entiers.
      Belle journée à toi.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  4. La première réalisation est tout un symbole et un véritable tour de force!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss-Yves.
      Merci à toi. Le sujet valait bien de prendre quelques risques.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  5. Grand merci Roger, pour "Les autres raisons". "Le charbon de bois" ou "La partition" me plaisent également beaucoup, d'une part leurs titres "à la Magritte" stimulent l'imagination, d'autre part la beauté de tes compositions est toujours surprenante par sa nouveauté.
    La scénarisation du drame des migrants transforme leur destin tragique en œuvres d'art. À propos d'Eldorado, le roman de Laurent Gaudé paru il y a dix ans déjà, un article de l'Express parlait de "son lyrisme aride qui manie les thèmes de la tragédie antique avec un souffle toujours épique". La distanciation entraînée par la démarche artistique, ou littéraire, est-elle ou non préjudiciable au sentiment de commisération que tout un chacun peut (doit ?) ressentir envers tous ces gens en route vers un refuge qui ne sera presque jamais à la hauteur de leur attente, je ne saurais le dire...

    Bonne fin de semaine Roger, prends bien soin de toi, (ton goût du risque m'effraie, quelques fois !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tilia
      Merci Tilia. Si je continue à être inspiré par ce thème de l'exil, c'est que mon inspiration est nourrie d'événements contemporains qui se reproduisent aussi grâce à la complicité d'états criminels. Je n'imagine pas une commisération générale face au drame. Tu constates toi-moi, qu'elle est loin de faire l'unanimité. N'oublions pas que certains politiques demandent à ce que l'on remette les migrants à la mer, quand d'autres interdisent qu'on les aide, les nourrisse. Le cynisme paye puisqu'ils trouvent, ces braves gens, leur électorat prêt à les réélire. Bien évidemment, débattre du sujet sur le plan philosophique ne peut pas nuire, mais l'urgence n'attend pas toujours ces discours. Des équipages risquent leur vie à sauver des migrants en Méditerranée, tandis que des élus rêvent de les voir disparaître. Chacun peut choisir son camp. Je l'ai fait.
      Belle fin de semaine à toi, chère Tilia.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  6. Des pensées vers tous ces morts à qui tu rends hommage et humanité par tes oeuvres sur les plages édifiées.
    Merci, merci de la dédicace, Roger. Amitié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chri
      Merci Chri et belle journée à toi
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  7. J'ai été très touchée par tes cairns en hommage aux réfugiés qui meurent en Méditerranée. Comme tu le sais, en Grèce aussi, il ne se passe pas une semaine sans qu'un drame ne se passe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amartia
      Merci Amartia. Oui, je sais, la Grèce est confrontée à ce grave problème humanitaire que les télévision du monde rapportent, avec raison, car tous ces drames passeraient à la trappe de l'info tant il y a de gens à le souhaiter. Il faut souligner aussi le courage des équipes de journalistes qui couvrent ces événements.
      Je te souhaite un bon weekend.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
    2. Bonsoir Roger
      Je reviens vers toi après avoir considéré l’ensemble du billet avec ses différents repères : en phase avec l’actualité, poétiques, engagés, à fleur d’émotion.
      Tu es justement furieux de tout ce que tu dénonces depuis 2002 et qui continue d’évoluer , mais dans le mauvais sens : toujours plus de misères, des pays exsangues qui se vident de leur population ? Que restera-t-il sinon un grand vide avec de jeunes générations qui disparaissent injustement abandonnées à leur triste sort de mort.
      Je suis contente de voir que « Lampedusa blues » fait l’unanimité par la force du symbole et tout l’engagement physique que tu as produit pour faire le pendant de ton engagement moral, à tes risques et périls d’ailleurs. Lire les messages qui se rapportent à ton œuvre engagée est très instructif. J’aime tout particulièrement « les poèmes de pierre » de Laura-Solange, le poème « l’étranger » cité par Mémoire du silence, l’évocation de Sisyphe par Fifi et par-dessus tout les mots d’orffenix : « tes pierres inscrivent durablement une peine profonde et véritable pour ces disparus, comme nous, en quête d'absolu, obligés de fuir et rattrapés par la noirceur arachnéenne comme nos ancêtres, le devoir de mémoire , tu en as fait un art. »
      Tu le soulignais aussi dans la réponse que tu m’as faite : il s’agit d’un devoir d’alerte et d’un devoir de mémoire car nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas.
      « La deuxième chance » est un miracle d’équilibre, celui que l’on peut souhaiter à une seconde vie. Je crois que tu le souhaites tellement de tout ton cœur que tu réalises l’impossible.
      Et puis il y a ces installations diverses, plus colorées, ces boîtes à mémoire des saisons et des idées et cette évocation magnifique évoquant les coutumes du pays Toraja liant la mort des enfants aux arbres. Je lirai sans doute le livre de Philippe Claudel.
      Chaque billet est une partition dont tu es le chef d’orchestre. Je pense que tu as le don de trouver sur ta route les bons rocs de base, les têtes pensant dans le sens qu’il faut. Mais s’il te plaît, fais tout de même attention lorsque la mer monte. Fais tout de même attention à ce qu’elle ne dépasse pas le signal de tes cuissardes.
      Je me demande : quelles sont les sept raisons d’être là ?... sept… Toujours ce chiffre magique… Comme tes créations.

      Supprimer
  8. Bonjour Roger
    Cette anse de Kerpenhir offre de bien belles petites criques et je vois que c'est là que tu t'exprimes à merveiile
    Toutes ces creations sont superbes !
    Grand coup de coeur pour la premiere ..
    Et rendre un hommage aux evenements actuels est très beau !
    Merci à toi
    On repart apaisé après t'avoir lu et compris tes partages
    Bonne journée Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Claudine
      Merci Claudine. Oui, la pointe de Kerpenhir et proches alentours, me voient souvent et puis, hors saison, j'y suis tranquille pour élever quelques cairns.
      Belle journée à toi, Claudine.

      Roger

      Supprimer
  9. Lieber Roger,
    wunderschön und absolut genial... Meisterleistungen sind sie alle. Herzliche Gratulation!
    Herzliche Grüsse, Sichtwiese

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sichtwiese.
      Merci à toi pour ta visite amicale et pour tes mots d'encouragement.

      Roger

      Supprimer
  10. J'ai ressenti l'émotion contenue dans tes propres commentaires sur ton art. J'avoue que toutes tes évocations de Lampedusa sont tellement proches du drame qu'elles en deviennent insupportables.Je préfère croire à la "Deuxième chance"....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. manouche.
      Merci Manouche. Oui, ce drame est insupportable. Il s'agit quand même de la vie de dizaines de milliers de migrants, hélas pour certains, perdue, et de leur sort que l'on voit pratiquement en temps réel, être joué selon que les politiques soient favorables ou hostiles envers eux. Que penser également des ces pays qui lèvent des murs, s'enferment derrière des frontières de barbelés ? Le pire serait de ne plus en parler.
      Merci à ceux qui ont chois, bénévoles ou professionnels, de les aider.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  11. Cher Roger, étonnantes sculptures en pierre, en particulier les premiers avec les vagues de lavage autour de la base, ils me rappellent de la famille de pierre. J'aime les fruits, les fleurs et les graines que vous incorporer dans vos autres sculptures. Un beau poème.
    Baisers
    xoxoxo ♡

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dianne
      Merci Dianne.
      J'ai la chance d'habiter près de l'océan, source d'inspiration et sujet éternel. Cela me permet de créer, notamment pour cette installation de Lampedusa, dans les meilleures conditions, physiquement difficiles, mais qui me rapprochent de ce que vivent les migrants. Belle journée.
      Je t'embrasse en toute amitié.

      Roger

      Supprimer
  12. O yes, you are a genius, an artist of the stones, thanks Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bob Bushell
      Merci Bob. trop pour moi, ces paroles, je ne suis qu'un artiste inspiré par ce sujet.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  13. Tu es l'inverse des réseaux où une anecdote insignifiante chasse le pleur passager, tes pierres inscrivent durablement une peine profonde et véritable pour ces disparus, comme nous, en quête d'absolu, obligés de fuir et rattrapés par la noirceur arachnéenne comme nos ancêtres, le devoir de mémoire , tu en as fait un art.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orfeenix.
      Merci à toi. Tu me fais le plus beau des compliments en t'adressant à moi de cette façon. Tout est tellement consommable dans l'instant et notre mondes est vendu, présenté de cette façon. Personne n'est obligé de tout accepter de cette précipitation souvent sous-tendue par le profit. J'ai un peu plus de temps, même s'il m'en reste de moins en moins, pour approfondir un sujet comme celui de l'exil et le traiter sur un temps assez long.
      Belle semaine à venir.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  14. Je suis sidérée à chaque fois de ton œuvre sans cesse renouvelée, tel Sisyphe roulant son rocher sans se lasser. Nous sommes tous des Sisyphe, chacun et chacune à sa façon avec plus ou moins de talent :-)Un énorme coup de coeur pour "Lampedusa blues" et toute l'énergie qu'il t'a fallu pour le réaliser. Et puis cette "deuxième chance" qui est un miracle d'équilibre ! Et puis, "La partition" pour sa simplicité, pour la tendresse dédiée à la vie que j'y trouve et tous tes tableaux de graines, de fruits, de feuilles récréations colorées pour les yeux et le coeur ! Merci Roger, pour tout !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fifi
      Merci Fifi. Ma sidération vient de cette accélération des drames liés aux migrants non de ce que je fais. J'ai encore un peu d'énergie et je la mets au service de cette cause.
      Pour cet équilibre dont tu parles, je m'y suis repris à plusieurs fois afin de faire tenir l'ensemble. Plus facile fût de réaliser ce nid printanier pour mon amie Erin, avec ce bout échevelé, trouvé près d'un chantier naval de la ria d'Auray.
      Au plaisir de te lire.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  15. ces malheureux perdus dans les vagues sans avoir jamais connu
    la lumière. et ces hommes de pierre gardent l'espoir en cherchant
    tout autour d'eux ! j'imagine que tu pense fort à eux en
    "sculptant" ton oeuvre, comme on pense à eux en les regardant !
    notre mémoire est remplie des malheurs du monde . pourtant
    l'homme est ainsi fait qu'il sait aimer la vie encore, cueillir
    des baies pour mettre des couleurs dans les yeux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marty.
      Merci Marty. Pas une semaine qui n'ait son lot de naufragés en Méditerranée. Le trafic de migrants est organisé et rapporte gros. Étonnant de voir ces pays empocher des millions d'euros pour lutter efficacement contre ces embarquements clandestins et rien ne se faire pour mettre en œuvre cette chasse aux passeurs. Ils ne sont plus les seuls profiteurs de ce drame.
      Mon inspiration et la nature me permettent de varier les sujets, ce qui m'en fait aborder de moins lourds présentés ici, par exemple.
      Je te souhaite une belle semaine.
      Je t'embrasse,

      Roger

      Supprimer
  16. C'est vraiment beau, vraiment. Ce que vous avez créé pour Lampedusa, et écrit, c'est très émouvant : on ne peut rester insensible devant ce qui se passe, et votre oeuvre est vraiment celle d'un artiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonheur du Jour.
      Merci à vous pour vos encouragements.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  17. Votre travail est toujours impressionnant et authentique, et vos écrits sont la touche qui achève de les inscrire dans notre mémoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme
      Merci pour votre passage amical et vos encouragements.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  18. Des poèmes de pierre qui disent toute la souffrance du monde et toute sa beauté dans une même force. Merci de partager tout cela!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laura-Solange
      Merci Laura. Je suis satisfait de ce partage car, cela arrive, aucune personne n'aura vu cette installation " in situ " car le temps n'attirait pas les promeneurs ce jour là. Il reste quand même, une photo.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  19. Heips Roger.
    All images are again wonderful, but I'm really in love with the first photo. The stone family together on the rock.
    Have a nice time.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orvokki
      Merci Orvokki. Je suis satisfait du fait que cette installation recueille autant de soutient. On sait bien que la majorité des gens condamne ces arrivées massives de migrants et ne pense qu'à ce problème avant de réaliser que c'est un drame pour les migrants et non pour eux. Le combat durera longtemps.
      Belle semaine à venir
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  20. Vendredi 5 février
    L’actualité fait encore état d’un grand nombre de syriens en fuite, massés aux frontières turques.
    Et ce n’est pas tout… Je donne un écho immédiat à « Lampedusa blues » en te remerciant bien sûr et je commence par revisiter ce petit livre atypique dont je t’avais parlé. Je reviendrai plus tard pour l’ensemble des œuvres.
    « à ce stade de la nuit, la radio délaye sa bande sonore et les voix se sont tues. Je suis de retour dans la cuisine où je tâtonne, en manque de données. Le flou du nombre des victimes est une violence révoltante, quand le désir de précision, à l’inverse, signe une éthique de l’attention – l’approximation fait voir la paresse, désigne vaguement l’innombrable, la multitude, la foule, les pauvres, tout ce qui grouille et qui a faim, tout ce qui fuit sa terre. Je module le bouton sur la radio afin de glisser d’une station à une autre et d’en apprendre davantage. Autour de 350, plus de 350- on n’aura pas encore repêché tous les corps, on attend de savoir, et sans doute que dénombrer ceux qui ont survécu, 166, ne permet pas encore de déterminer le nombre exact de ceux qui se trouvaient sur le bateau, sans doute qu’il n’est pas de soustraction possible puisqu’il n’est pas de document, aucune écriture attestant leur nom et leur identité : au fond, il s’agit bien, pour l’heure, de la disparition d’un nombre indéterminé d’anonymes… »
    Maylis de Kerangal/ à ce stade de la nuit.

    *
    Lampedusa blues

    Leur chemin de croix
    Leur chemin de mer
    les torture. Sur l’île
    pierre après pierre
    ongle après ongle
    s’effiloche leur souffle de vie.
    *

    …portent dans leurs cheveux
    les traces de leur vie d’avant
    leur ADN de citoyens du monde
    et sur leurs lèvres le sel et l’acide
    de la tourmente : leur histoire…
    leur histoire sans cesse recommencée.
    *

    …ont dans les poches
    Le silence de leurs proches désormais lointains
    Le souvenir d’avoir été, nés
    D’ailleurs.
    *

    … ont la mer aux trousses :
    les vagues les mordent, les griffent. Aboient
    ces chiennes enragées, les vagues
    ouvrant cratères, cimetières et fonds marins béants.
    L’étouffoir du feu, des armes, leur départ, sur un seul signe
    Enfuis dans la nuit, glissent leurs ombres : au bout l’espoir. Vite ! L’espoir
    fracassé séance tenante par la marée montante.
    Lampedusa, sur le rocher des rescapés, un ultime effort.
    *

    Sur l’île… …SONT DE DOS ? Grimpent sur le promontoire
    Agrippés, sanguinolents, mis en lambeaux
    Leur victoire dérisoire rompue sur les cadavres emportés
    disparus, rejetés au néant par des sirènes maléfiques.
    …Seul le vent se rit encore de leurs yeux vides…
    La flamme est éteinte mais ils sont humains
    envers et contre tout : humains…
    au cœur lent, à la voix morte. La faim. Le froid.
    *

    Sur l’île… …NOUS REGARDENT ? Dans les yeux ?
    QUI ? PAS » ILS »
    PUISQUE N’EXISTENT PLUS
    sans papiers, sans avenir, sans plus de passé
    abandonné là-bas sans se retourner, sans le sou, sans le mot.
    *
    Leurs yeux dans nos yeux…
    ILS…
    Que voient-ILS dans le miroir de nos yeux ?
    EUX…
    Si nous étions à leur place…
    ©Maïté L

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maïté Aliénor.
      Merci, Maïté. Nous sommes les témoins directs de ce drame humain, comme pouvaient l'être des gens voyant se monter puis fonctionner des camps de concentration. Ils dirent, après, nous ne savions pas. Cette fois, nous savons, les télés nous montrent ces images presque en boucle. Personnellement, je ne peux pas m'habituer. Autour de ce problème prospèrent des partis politiques extrémistes qui font monter la peur de l'étranger, la haine du migrant. Personne n'est obligé de suivre ce courant qui organise la contre-attaque. Elle mènera très probablement à des violences, déjà en place, mais plus installées, à des confrontations,de peuple à peuple. J'aimerais que nous soyons toujours plus à revendiquer un accueil plus humain pour ces exilés et des conditions de vie plus digne.
      Est-ce trop demandé ? Je ne le crois pas.
      Roger

      Supprimer
  21. J'aimerai vous suivre sur ce chemin de force et de courage car lorsque l'on entend égrainée le nombre de morts de migrants on se sent si impuissants si révoltés si malheureux avec une impression de responsabilité d'avoir fait ce monde qui en détruit d'autres et qui les empêche de venir bénéficier d'un peu d'abri alors qu'il n'ont plus rien que la misère et la guerre et qu'on ne fait rien! Merci à vous pour ces cris ces pierres silencieuses mais combien présentes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Estourelle
      Merci, Estourelle. Il y a mille manières de protester. Les journaux sont là pour ça. On peut écrire aux politiques en place. On peut s'approcher d'associations ayant pour mission d'aider ces migrants. Mainteant que les mairies accueillent certains d'entre eux, il est aussi possible de participer à cette aide humanitaire que se met en place trop lentement.

      Belle soirée. Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  22. Toujours chez vous une telle force et poésie, venir sur vos rives en silence est bon. merci encore pour vos attentions... la première photo me touche au plus profond... j'aime aussi ce terme de : "boîte à mémoire"... "Circulation transversale et rouge" est d'un beau graphisme une belle composition et la "Partition" m'attendrit beaucoup... merci pour toujours nous apporter tant d'amour ... et merci pour ce lien magnifique la poésie de Paul Badin, très beau, j'aime

    bon jour à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mémoire du silence
      Mercie à vous. Je fais toujours une place à la poésie car elle amène cette part d'humanité capable d'adoucir un peu la rudesse de certaines vies. J'aime la poésie de Paul Badin, parce qu'elle est sans concession et tellement humaine. Concernant le land art, tout ce qui est présenté sur cette page représente un mois de travail, ce qui est peu. Autant dire que ma santé ne me permet pas plus, et là aussi, j'ai atteint mes limites. Non vraiment, je ne suis pas capable de dire combien de temps je continuerai à pratiquer le land art dans cet état. Belle semaine à vous.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
    2. Je suis allée chercher plus loin la poésie de Paul Badin et j'ai trouvé ceci

      L’Etranger

      Il ne nous intéresse pas !
      tant de différences font une anomalie
      et choquent nos habitudes
      effraient nos certitudes
      menacent notre quiétude.

      La peur – cette lèpre noire –
      noie les bonnes intentions
      corps roidis
      visages envahis
      regards ensevelis.

      Mur des rejets
      ou rideau de haines
      tétanisent bétonnent
      le cœur étroit :
      l’Autre est si maladroit…

      Fermeté de l’exclu
      sous l’affût des violences
      ses bouffées de sang invitent
      à partager la vie :
      blindage où perce une innocence.

      Le muscle brun d’une confiance
      roc déjà
      le puits d’un regard où
      témoigne une lumière
      surprennent tant de piétinements.

      Un unique élan
      de l’épaule au front
      parcourt l’épieu trempé de courage
      creuse une faille
      impose une présence.

      La vitre de l’effroi
      - fumée opaque, enfermement –
      qu’elle se brise ! et qu’apparaisse une tête
      neuve pour chaque jour
      - azur qui reconvoque un horizon !

      Paul Badin / Les plis du temps


      merci encore pour m'avoir conduite vers lui
      que la vie et la beauté vous accompagne cher Roger
      vous êtes précieux

      Supprimer
  23. Comme toujours le voyage est beau, chargé de sens.
    merci Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne Le Maître
      Merci Anne. Oui,sans doute, le voyage est beau mais il est surtout rude et toujours à la limite du soutenable pour un corps vieillissant.
      Belle semaine à vous.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer

  24. Gostei mais da primeira composição... muito emotiva e dramática.

    Bom fim de semana!
    Beijinhos.
    ❤ه° ·.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magia da Inès
      Merci Inès. Quel plaisir de te retrouver ici, porteuse d'amitié et de joie de vivre.
      Je t'embrasse.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  25. Beautiful work Roger. I like very much the "nest" with red berries!
    The sea looks wild and wonderful.
    Best wishes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Forest Dream Weaver
      Merci à toi, pour ta visite sur le Chemin et pour tes mots d'encouragement.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer

  26. Comme d'habitude, votre travail toujours étonné, bien que son sujet a un dénominateur commun.
    Si un jour je voudrais faire un voyage en France, il demandera l'emplacement exact.

    Je -Translated par Google, désolé pour les erreurs de Translation-

    un câlin

    un câlin
    · LMA · & · CR ·

    RépondreSupprimer
  27. Bonsoir Roger,
    Toujours bouleversant chez toi.
    Il y a une telle force, un tel engagement dans tes créations.
    Apporter sa pierre à l'édifice prend tout son sens ici.
    Les artistes comme toi oeuvrent et s'indignent avec force face à ce qu'il se passe de par le monde.

    Avec toi Roger.
    Je t'embrasse.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leloo
      Merci Leeloo. Tu parles de mon engagement dans mes créations, c'est un de mes traits de caractère d'avoir jeune adulte compris qu'on ne vivait pas pour soi d'abord sur terre mais avec et pour les autres. Il y eut ensuite quelques choix politiques et voilà de quoi fonder cet engagement humain qui encore le mien, après un très long temps de vie. Comment, par exemple, vivre tranquille en voyant ce qui se passe dans le monde, comment ne pas s'en indigner et le faire savoir, par exemple sur ce blog.
      Je te souhaite une belle semaine .
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  28. elles ont l'audace de tenir
    face au vent comme s'il soufflait
    en silence...
    merci pour ce partage
    je t'embrasse
    patrick L.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Patrick Lucas. Merci Patrick. J'observe toujours avec curiosité ces cairns qui respirent par grand vent. Ils gardent, malgré leur poids et leur masse, une certaine souplesse qui les fait tanguer sur la base la plus fixe. En général, cela annonce un écroulement provoqué par une bourrasque plus forte que les autres mais cela reste un spectacle beau à voir.
      A bientôt chez toi.
      Je t’embrasse.

      Roger

      Supprimer
  29. Es un lujo ver tus composiciones..me encantan..un saludo desde Murcia....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. alp
      Merci,l'ami. Merci pour tes passages réguliers, ton amitié et tes encouragements.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  30. Tes superbes créations et ta poésie posent toujours les questions essentielles sur notre rapport au monde et aux êtres. Sur ce chemin nous allons cherchant un sens et des explications que nous ne trouverons pas forcément. Ta persévérance et ta ténacité sont admirables, Roger. Merci pour toutes ces offrandes offertes au vent, à la mer, à l'espace, à l'inconnu, à eux, à nous. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Danièle Duteil
      Merci Danièle. Je ne me trouve pas admirable mais simplement vivant ma vie seconde après seconde, jour après jour avec un sentiment d'urgence de plus en plus présent. C'est probablement celui-ci qui me fait faire de tels choix. Tes mots me font du bien et m'encouragent.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  31. Hi Roger,
    marvelous Artwork again. I like these balanced stones, but also the berries and symbols. Amazing !
    Best regards, Synnöve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Seraphina's Phantasie
      Merci Chère Synnöve. C'est toujours un plaisir de te lire ici et de t'y recevoir en amie.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  32. Ta première réalisation > tenir contre vents et marées.... "Lampedusa", un nom de rêve, celui d'un eldorado, d'une terre promise
    Les perles rouges alignées dans les veines du bois me font penser à la façon de réaliser des colliers avec aisance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marguerite
      Merci Marguerite et bien venue sur Le Chemin des Grands Jardins. Les baies de rucus sont enfoncées dans l'écorce et je crains que tu soies un peu de mal à te servir de ce système pour réaliser des colliers avec aisance.
      Belle semaine à toi.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  33. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Daniel
      Merci Daniel. D'abord pour ton passage ici et pour la réponse à la question que je me posais par rapport à cette jolie chapelle trouvée sur ton blog.. Tu as raison de faire de la pub pour ton blog, très intéressant. En même temps, il passe beaucoup de monde ici.
      Bonne semaine à toi.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  34. Stunning nature of art you have done.
    My first and second bird's nest with eggs.
    Are all fine work!

    Very Happy February!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Liplatus
      Merci Liplatus. Sans mon propre étonnement face à la beauté de la nature, je n'irais jamais chercher une réponse dans mon imaginaire.
      Nous sommes complémentaires.
      Je te souhaite une belle semaine.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  35. Tout est beau, les photos, les textes, les histoires. J'aime particulièrement le 1ère photo et Le charbon de bois. Et puis je t'imagine dans ce beau coin du Morbihan et cela me fait revivre des images, des souvenirs des années 60. Bon après midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elisabeth
      Merci Elisabeth. Cette première photo a marqué pas mal de monde mais le thème de l'exil vaut pour moi de faire un effort permanent pour évoquer ce drame actuel.
      C'est vrai que nous avons la chance d'habiter dans le Golfe du Morbihan qui est un lieu magique.
      Belle soirée en toute amitié.

      Roger

      Supprimer
  36. Et puis j'ai le coeur déchiré à cause des naufragés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elisabeth
      Naufragé au sens propre, en Méditerranéenne, mais j'ai connu et aidé des sans papiers venant d'Extrême Orient, d'Europe de l'Est ou de pays arabes qui étaient tout autant naufragés et démunis. Si nous sommes en relation avec eux, notre devoir est de les aider.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  37. C'est toujours un plaisir... ici. Un moment de sérénité.

    (Les photos étaient exceptionnellement autorisées pour l'exposition au château de Versailles).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cieldequimper
      Merci à toi de ton passage ici et de tes encouragements.

      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  38. Bonjour Roger,
    Ton land art est toujours merveilleux à admirer quand je passe chez toi... pas assez souvent, je sais; mais je sais aussi que tu le comprends.
    Ta phrase en haut de ton blog me parle tout particulièrement... j'aimerais tant savoir ce qu'on fait ici et pourquoi nous devons tant souffrir.
    Si c'est nous qui le choisissons avant de nous incarner, ben on n'est pas bien malins de s'imposer cela, faut que les raisons soient particulièrement valables...???!!!
    Ma bien sincère amitié et comme on dit en anglais: chin up!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Noushka
      Merci Noushka. Tu sais, je me pose les mêmes questions que toi mais je ne cherche refuge dans aucune des religions proposées. Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  39. Bonjour.

    œuvres brillantes.
    Merci de votre visite toujours.

    Je vous souhaite le meilleur.
    Accueil et câlin.

    Du Japon, ruma ❃

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ruma
      Merci Ruma. Très heureux de te lire ici. Tu es le bienvenu sur Le Chemin des Grands. Je passe régulièrement sur ton blog car j'aime beaucoup ton travail d'artiste.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  40. Je ne chercherai pas de sens, je ne chercherai pas d'explications.
    Vos réalisations sont "pensées" et s'inscrivent dans l'univers comme particules, fragments de vie.
    Elles sont "passantes" comme nous tous, elles semblent incarner l'espoir du paradis qui est travail acharné et où chacun devrait avoir à assurer son rôle la maintenance...
    Vos réalisations sont traces de beautés éphémères, elles sont "écrits"": cri de joie ou cri de peine.
    Je suis émerveillée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. jamadrou
      Merci Jamadrou. Mes installations sont toujours liées à une émotion ressentie sur un lieu. Que la pensée construise pour mettre en forme, est une processus de création artistique normal. Pour ce qui est des fragments de vie, je répondrai que ma vie se passe tellement dans une communion avec la nature, dans un très long temps. c'est aussi, normal de la retrouver, présente.
      Merci vos encouragements.
      Amitiés.
      Roger

      Supprimer
  41. Que belas as imagens.
    Prazer em conhecer o blog.
    janicce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Acasa Madeira
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour tes encouragements.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer

  42. Votre vie dans chaque pierre, votre sentiment, la mémoire de ceux qui ne sont plus ...
    Roger, un ami, votre art est amour pur, est cosmique et belle.
    Merci d'être mon ami.
    Abrazos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Remei Navarro
      Merci Remei. C'est vrai, j'instaure un vrai dialogue entre les pierres et moi, entre les vivants et les morts aussi. La création permet tout mais l'imaginaire plane au-dessus, ouvre les portes impossibles à ouvrir et le voyage commence. Sans amour, que sommes nous ?
      Toujours très heureux de te lire ici et sur ton blog chère Remei.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  43. Bonjour cher Roger! Enfin je t'ai retrouvé...c'est moi qui était bien loin de son blog! A' bientot,Marie Ange

    RépondreSupprimer
  44. Mariangela Imbreda
    Parfois l'idée de se retrouver n'est pas suffisant pour que cela se fasse. Tout est en perpétuelle évolution mais certaines occurrences nous remettent en contact. Oui, je me souviens très bien de toi et je te retrouve ici avec plaisir.
    Amitiés.

    Roger

    RépondreSupprimer
  45. Réponses
    1. Crafty Green Poet
      Merci, c'est un beau compliment.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  46. La première réalisation est extraordinaire et bouleversante. Quand je pense au temps et à l'énergie que ça représente, je reste rêveuse et sidérée.
    Mais je suis touchée aussi par cette création que tu me dédicaces, graphisme et couleurs, patience et et collecte des trésors de la nature.
    Merci infiniment, elle est partie rejoindre les autres dans mon coffre à trésors.
    Et merci pour toutes les autres aussi.

    RépondreSupprimer
  47. Bonne nuit, Roger, j'arrive un peu tard mais je suis ici pour t'accompagner dans ta route 73, comme j'avais dit.
    J'aime beaucoup la façon dont tu as écrit sur Lampedussa; j'ai presque senti tout l'effort que tu dois faire pour réaliser tes créations, et en plus supporter le chagrin de penser à toutes ces personnes qui cherchant un monde meilleur se trouvent avec des murs construits par de gens comme eux, ou pire encore... ils ont été avalés par la mer. Il est regrettable que la situation humanitaire n'ait enregistré aucune amélioration notable...

    Très, très belle la composition "Mémoires d'hiver"; ces mémoires sont un véritable trésor.

    bsÖs.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sole
      Merci Sole. Beaucoup de gens ignorent que le risque physique fait parti d'une vie de land artiste, avec des lieux plus ou moins difficiles à fréquenter. Travailler dans une falaise, ou un pierrier, voire même, une carrière, augmente le risque de chute. Si c'est au bord de la mer, on comprend tout de suite pourquoi ce risque augmente encore. Et pour tant, nous sommes jugés sur une photo à la quelle on accorde quelques secondes d’intérêt. Parfois, on se fait reprendre pour un horizon basculé, par des maîtres es-photo qui oublient le contexte. Toujours facile de juger d'après son fauteuil quand l'époque est faite pour vous servir sur des écrans, sans le moindre mal, toutes les images du monde en oubliant ceux qui les font.
      Oui, j'ai pris des risques pour cette photo, mais quand on voit comme hier soir encore, un zodiac récupéré in-extremis, rempli de jeunes migrants, presque tous mineurs, cela vous donne la force de continuer à dénoncer ce scandale.
      Merci de t'intéresser à mon travail.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  48. Mi querido amigo Roger, no sabes lo orgullosa que me siento al leer este magnífico reportaje sobre tu vida y tu arte, en... http://www.unidivers.fr/land-art-roger-dautais-bretagne/
    No era para menos que, un pintor, fotógrafo, artista, humanista, poeta, arquitecto de su propio "Camino de Grandes Jardines" sea homenajeado y aplaudido por millones de visitantes, que, identificándose a sus obras, tejidas prolijamente con amor y convicción, hoy, sea develado al mundo, su nombre y su razón de Ser y Estar.

    Confieso, lo subyugada que quedé, al visitar por primera vez tu blog. Me enamoré... de todo, porque pude leer la transparencia de tu alma y el sentimiento-emoción con que narras cada partitura, pues, también he escuchado tu melodía interior. Moldear en piedra este conjunto de virtudes, es cosa de un coloso.
    Bravo amigo!!! Flameas la bandera de los refugiados, migrantes, exiliados, desprovistos de techo y de memoria. Unos sobrevivientes, otros rendidos ante la furia despiadada del mar. Unos muertos en vida, otros errantes, zombis, sometidos, explotados...cómo no identificarme a tu causa, a tu rebelión, a tu ira expresada en figurines sin rostro que van o vienen en una marejada sin fin, o, en el equilibrio que buscan los refugiados, bailando en la cuerda danzarina de la vida, - si yo también soy extranjera-.
    Roger, en el post que te dediqué en mi blog "Dulcineas" http://www.edicionesdulcineas.blogspot.ca/2015/10/el-camino-de-grandes-jardines.html ...tod@s los visitantes aplaudieron al hombre y su obra. Sin ser políglota se puede apreciar e impregnarse de la sutilidad y significado de tus creaciones...con los ojos del alma, también, se ve la Luz que irradias, sabia y humildemente.
    Chapeau mon cher ami.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  49. Je m'étais trompée de fenêtre Roger
    Quelle richesse dans ces empilements, ces décors colorés, et comme des sépultures dressées pour tous ceux qui hélas disparaissent en mer...
    Restent les nids pour les oiseaux à venir, pour l'espoir, pour ne pas lâcher prise...


    Nous sommes vivants
    Dans la lumière du soir
    Sous le vent qui lisse les oyats
    Caresse la dune
    Frisèle la vaguelette
    Qui vient mourir sur la grève
    Nous écouterons le chant de la mer
    Encore un peu
    Encore quelques jours
    Quelques lunes
    Pour l'emporter vers les heures sombres
    Comme un écho puissant
    Et indispensable
    Jusqu'au bout de notre route


    marine

    Bonne journée Roger

    RépondreSupprimer
  50. "La partition" - oh my! what a powerful and ironic creation!!! the nest which holds us apart is also the place of our birth from which we touch all things!!! but i have just written about this in terms of the body. i don't know if through translation it will make any sense, but i will post it tomorrow at one place i write at and will bring it to you. it is this, the nest, the separation, and the coming together, with a bird as the symbol of healing, integration:)

    RépondreSupprimer
  51. Je suis vraiment ravi de toutes ces créations ... Je ne me lasse de les admirer . Merveille!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dina Brito
      Merci Dina et bel après-midi.

      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  52. Bonjour mon cher Roger,
    Absente depuis deux mois de la blogosphère, je ne découvre ta chaleureuse dédicace colorée qu'en ce jour d'avril. C'est MA-GNI-FI-QUE et je t'en remercie vivement. Je me souviendrai toujours du jour où je découvris pour la première fois ton talent, tes œuvres et tes mots et jamais, depuis ce jour, je ne fus lassée. Merci pour ces délicats morceaux de nature qui enchantent le regard et l'âme. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Epâmine
      Merci chère Sylvie. Toujours très heureux de te voir à nouveau sur Le Chemin, ce chemin si virtuel, si éphémère où parfois il nait une amitié plus profonde parmi toutes les autres envolées, que forcément, il se passe quelque chose dans cette relation, même si les années passent.
      Je t'embrasse très fort.

      Roger

      Supprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.