La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 27 mars 2019

Écrits dans le  sable  : Pour Angela, mon amie Grecque  




A Marie-Claude ,seulement
ma femme aimée .


La traversée du désert a repris. Je suis tellement loin de tout, sur cette piste de sable, Il me reste peu de pas à faire pour me perdre , tomber la bouche sèche, les yeux aux étoiles et connaître l'ivresse du dénuement.
Être soi, demande un long voyage avant d'y arriver et le gîte n'est pas assuré jusqu'à la fin.
En mémoire, les quatre saisons, mes sorties de route, , mes apaisements, mes amitiés mes amours, mes blessures, les échos graves des hauts murs. J'ai appris de mes erreurs, à dominer mon ego, à ne pas rechercher les coteries courtisanes, à côtoyer l'humain, humblement, à rester debout devant l'injustice, la maladie, la force brutale.
Tout cela est raconté, inclus dans ma pratique du land art. Ça changerait quoi, aujourd'hui, si proche d'une conclusion possible de ma vie, une cueillette de plus, une installation ajoutée aux autres depuis 1997.
Je ne sais pas mais je suis au contact de cette nature, tous les jours avec les forces qui me restent, sur la route.
Mentalement, je recherche, l'épure du geste, la compréhension de l'instant précis de ce travail manuel préparatoire. Je guette en moi,la vibration commune de l'âme et la fragrance de la lumière, l'émotion partagée avec le paysage.
Si peu soit le temps donné pour aller au bout de notre vie, de la mienne, consacrons le, à aimer, jusqu'au bout, ce monde parfois cruel, qui nous aura, malgré tout permis de vivre ou de survivre.

Roger Dautais
Ultimes notes de land art pour la dernière ligne droite
Golfe du Morbihan - Bretagne - 29 Mars 2019

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com/

Photo : création land art de Roger Dautais
" écrits dans le sable " pour mon amie Grecque , Angela
Normandie - fin des années 90

Extrait d''une série d’écritures éphémères pratiquées dans la fin des années 90 . Filmées ou photographiées,ces phrases avaient pour but, de prendre la mer, comme l'aurait fait, une bouteille à la mer.
Elles furent écrites dans différentes langues étrangères, et toujours à proximité de la marée montante, dans le sable mouillé :Grec, Japonais, Chinois, Arabe, Hébreu. J'ai très peu montré ce travail.

" Traces  "   pour K.Marty




à Guy Allix, mon frère en poésie.


Le silence est sans doute la plus belle des expressions
quand il est sincère et respectueux.
Roger Dautas


Car nul ne sait, ni le jour ni l'heure...

Crucugno, terre sacrée de mes ancêtres. Il fait très chaud au cœur de cet été celte. Les fougères sont au plein sous les pins maritimes. L'eau a baissé dans les mares. Certes, suffisamment remplies pour tenir leur rôle d'interface entre le monde des vivants et celui des morts.
Le courage n'est plus simplement dans les mots et que sont-ils si nous les écrivons en pesant le contraire. Aucun dogme,aucune croyance ésotérique, aucune promesse n'a de valeur si tu triches avec toi-même, mon amie. Tu ne peux plus donner le change au bord du gouffre, mais tu peux encore te faire peur avec tes paradis perdus et et pseudo visions.
La mort s'affronte et se respecte. c'est une réalité. Nous sommes faits de ceux qui nous ont précédé et non de pensées éthérées et futile que ce monde égotique nous transfuse.
Résister, en dehors du mot, a un sens. Résister à soi-même est un exercice que je pratique.
Les bois de Crucugno et alentours, ont gardé en leur sein, des quantités incroyables de mégalithes, d'une beauté absolue sous la frondaison.
Lieu sacré de sépulture, lieu de prière agnostique, d'introspection, nous marchons ici, avec respect sur nos morts. C'est, en ce jour d'été un lieu solennel où je vais pratiquer le land art comme un religieux dirait une messe.
La marche d'approche m'a déplacé, géographiquement, mais aussi,décalé dans mon corps. Je ressens pleinement, l'été, intérieurement. La sueur sale mes joues et abreuve mes lèvres. Tous mes en alerte, j'observe chaque mouvement, chaque transformation à ma portée. Je suis, vivant dans le vivant. Saisi par l’émotion, j'entre dans ce champ de menhirs. Je m’arrête, les touche, les caresse, leur parle. Geste chamanique ? Sans doute. La réponse vient vite. Mon émotion va pouvoir s'incarne in situ, très spontanément et vivre un effet feedback immédiat. C'est très fort.
Ce lieu est un champ magnétique qui me porte, ailleurs, les pieds ancrés dans le sol.
Je photographie mon travail, pour la trace. Envie de la montrer, cette humble trace, de la partager, avec mon alter ego, qu'il s''exprime ou non. Le silence est sans doute la plus belle des expressions quand il est sincère et respectueux.
Mon esprit s’envole à nouveau, rejoint un vol de sternes. Je revois l'île de Stuhan, le tombolo, des pas humains, une histoire gravée dans la mémoire des sable d'or. beaucoup de marées,de vent et d'eau,sur cette histoire, et puis ces mémoires enfouies que nul n'effacera;
J’aime cette île. Je deviens une île. Je suis cette île aux portes de Mor Braz quand la mort me cerne.
Je n'ai jamais eu autant envie de vivre depuis que je suis dans la dernière ligne droite qui m'amène vers une opération du cœur, à haut risque.
Un poignée de jours, à vivre intensément, dans l'amour.

Roger Dautais
En terre Celte, le 27 mars 2019, en fin de  nuit.

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
htp://rogerdautais.blogspot.com/

" Traces " pour k .Marty.

Crucugno
Morbihan - Bretagne

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.