La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

samedi 23 février 2019

Entropie  : à Richard Shilling

Savoir dire non.

Dernièrement, je refusais à une amie de faire un énième livre de land art. Le sujet est délicat. Faire une livre pour le plaisir d'en faire un,sans se soucier du reste, Je l'ai fait en compagnie d'Yvonne Guégan, grande dame de la peinture, âgée de plus de 80 ans. Elle m'avait choisi comme unique collaborateur dans ce fameux FOLART, qui devait encore déclencher tant de jalousies. Nous étions en 2003.
Livre d'art, assez cher vendu, il avait fallu ensuite assumer la promotion, la vente et y passer beaucoup de temps. Mais il étai beau, tiré sur papier de luxe, et le contenu, intéressant puisqu'il traitait de la détresse humaine de deux artistes. Succès mérité. Reconnaissance et merci à Yvonne Guégan.

Puis d'autres livres suivirent, parfois très bien faits mais souvent, ratés par des imprimeurs sans talent ou cupides. J'ai expliqué à cette amie que d'éditer un livre de luxe pour qu'il termine sa vie dans les bibliothèques des salons mondains, ne m’intéressait plus.

Mon plus beau livre reste la Nature.
Me promener dans la nature bretonne, trouver un mur moussu et s'y exprimer comme sur la page d'un livre, voilà une de mes grandes joies.
Une poignée de cupules, quelques brindilles de chêne travaillées par l'entropie, et voici le cadre. Il ne reste plus qu'à " peindre l'intérieur avec le rouge-orangé des fruits de la rosa rugosa, cueillis plus loin, pour exprimer le bonheur d'être passé ici, en vie, et heureux. Je n'aspire plus à autre chose, maintenant, si ce n'est, peut-être, transmettre un peu mon savoir, à des personnes qui en auraient besoin.
je me sens très proche ici, dans ma pratique, par exemple de mon ami Richard Shilling, land artiste Anglais de renom international, grand voyageur , humaniste, et qui prépare ses livres de land art avec le plus grand soin.
Nos styles sont très différents, mais notre amour de la nature,
de l’environnement et du monde, sont de vision commune.

J'ai passé le temps des singeries de plages, certains disent beach art, dans le seul but d'attraper des pigeons et de faire de l'argent. Avec un bon article dans le journal, ça peut marcher.

Non, ce que je m’apprête à faire , pendant plusieurs mois, avec ma nouvelle équipe land art, constituée de six personnes,sur les Iles du Ponant, soit une quinzaine, est quand même d'un autre ordre. Mais dans l'esprit, tout en changeant d'échelle, cela ressemblera à cette installation des bois : vivante, colorée, proche de la nature, offerte aux liens,. Installations éphémères, faites de sable et de vent, de bois flottés et de goémons, de coquillages en d’embruns salés, sous nos cerf-volants. .
Je ne crois plus aux projets sans âme. Pour moi, il faut de cœur à cœur, où je retrouve mon origine. Si le cœur me dit : je suis bon, je suis pur, je suis, complétude, je suis harmonie, je suis Amour, alors je puis m'engager dans ce chemin, y entraîner quelques amis.
C'est ce que je fais aujourd'hui à 76 ans passés. N'oublions pas qu'il y a 17 mois, j'étais en fauteuil roulant, ayant frôlé la mort, et qu'il m'a fallu tout ce temps de rééducation pour marcher correctement, mais que je souffre toujours à en avoir perdu le sommeil. Très peu de gens m’aidèrent, si ce n'est ma femme et mes enfants.

Je n'entreprend cette belle aventure humaine que pour prouver qu'avec un peu de volonté, on peut se tirer de situations extrêmement compliquées.

Roger Dautais

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com/

Photo : création land art de Roger DAUTAIS
Photo : création land art de Roger Dautais

" Entropie " à Richard Shilling *
Tréaurais - Bretagne

* https://www.richardshilling.co.uk/
Entre  ombre et lumière
J'ai rarement réussi à faire ce que je voulais en land art, si ce n'est résister à ceux qui voulaient m'en empêcher.Roger Dautais

 
" Tu retrouves par le cœur, ton origine "
Mélusine Grian

 
 
Aux septiques...

J'entretenais une savante amitié avec les gardiens de la Colline aux oiseaux, vaste jardin public, de Caen, où, tout était interdit, sauf de se promener dans les allées. J'avais tout eu à faire. Connaissance avec eux, confidences sur mon état d'artiste, présentation du land art, puis pratique de cet art qui leur paraissait mystérieux. Mais j'y étais arrivé. Ils furent moins difficiles à convaincre que bien des snobs prétentieux dans mes expositions, toujours plus aptes à goûter le champagne qu'à faire un effort de compréhension. J'étais sorti de l'école à seize ans, eux à 25 ou plus.
Forcément, cela ne leur avait pas ouvert beaucoup le cœur. Ile étaient persuadés que leur grosse voiture leur servait de carte de visite.
Quand ces même personnes invitées à la première de mon documentaire,
LA MEMOIRE AMNESIQUE , le troisième de ma courte carrière de réalisateur, cela changea. Ce film sur le thème de la maladie d'Alzheimer, tourné par mes soins dans mon atelier, remit en question leur façon de me juger, mais j'avais déjà 69 ans. Le mal était fait.
16 années de land art m'avait profondément changé, autant que les 8 à soigner mes patients Alzheimer. Au contact avec ces grands malades pendant 18 ans, j'appris beaucoup de mon épouse, une spécialiste de cette maladie. J'avais étudié, bien sûr entre temps, tout ce qu'il fallait pour être choisi comme art-thérapeute, mais le secret de ma réussite,était ailleurs. Non dans le mental, mais dans le cœur. Ma méthode privilégiait le cœur à cœur avec les personnes. Le lien se tisait bien là, qu'ils soient Alzheimer, prisonniers de longue peine en centre de détention, marginaux aux nombreuses addictions, ou sans papiers de CADA. Tellement critiqués par ceux qui détestaient ces milieux, incapables d'ailleurs d'y intervenir, jugeaient inutile mes interventions chez ces personnes, soit malades, soit effectuant de longues peines, soit en grande difficulté sociale, je passais mon chemin et continuais mon action, comme je continue à pratiquer le land art,depuis 1997. Ma route devint celle d'un solitaire heureux.
Il aurait fallu bien pire pour me faire décrocher, moi l'enfant des coups et des placards, moi l'élève des chemins de traverse., de cette passion de la vie et de mon alter ego.
Le goût de guérir, comme le don de soigner, de créer, d'accompagner humainement, ne s'apprend pas dans les livres d"école, simplement. Il en est de même pour le land art. Si vous ne comprenez pas, que le principal n'est pas dans le geste de faire, dans le motif choisi, par exemple une spirale, il n'y aura jamais aucun lien entre la nature et vous.
Votre travail n'aura aucun sens
. On ne perd pas toujours son temps à écouter un artiste.Le champagne a beau être bon, ce ne sont pas les péroraisons de vernissage, qui vous feront comprendre une œuvre, mais bien ce lien si mystérieux qui relie deux vies, que certains semblent avoir oublié, et que l'on appelle l'Amour.
Roger Dautais
Notes pour la Route 77

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com/

" Spirales aux aiguilles rousses " à ma femme aimée.
La colline aux Oiseaux - Caen - Normandie
http://cinemalux.org/spip/La-Memoire-amnesique
* http://artshebdomedias.com/article/050111-roger-dautais-la-vie-reflet-de-la-memoire/

Je parle de ce documentaire, parce que je vais à nouveau le présenter dans ma commune de Pluneret, le 7 juin à 20heures 30, puis sur l(Ile aux Moine, dans Golfe du Morbihan,et dans de nombreuses autres communes de Bretagne. A chaque fois,ce film sera suivi d'un débat, entre un plateau de soignants , Psy, neuro-psy, médecin de famille, directeur d'EHPAD, infirmière et aide soignante. J'assurerai les réponse concernant l'art thérapie.
Roger Dautais

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.