La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

jeudi 22 avril 2010





à celle que j'aime
...



Il s'appelait Ty Moon (petite lune) . Il était né dans une cave de HLM en banlieue. Ils l'avaient ramassé dans une boîte à chaussures, puis élevé chez eux avec les autres chats, une famille de siamois. Ty moon était magnifique, avec une robe noire et blanche. Il est parti très vite, d'une maladie incurable. Je lui ai élevé ce cairn entouré d'une fontaine dans une friche industrielle, pendant un de ces étés très chauds et orageux. J'ai toujours pensé qu'il fallait marquer ainsi son départ.
Yael arriva dans la famille et choisit le midi pour pousser son premier cri. Je suis monté vers une plage de la côte de Nacre et je lui ai élevé son cairn : Le cairn Yael. Un homme s'est approché de moi pendant la construction et m'a demandé l'objet de mon travail. Je lui ai expliqué la naissance d'un petit neveu. Touché par mon initiative, il a voulu absolument m'aider à la construction du cairn et comme il avait l'air d'y tenir tellement, j'ai accepté son aide. Je n'ai jamais revu cet homme. C'était la première fois qu'un inconnu se proposait de m'aider dans ce genre de travail.
L'été brûlant et inhabituel avait craquelé les mares des gabions, qui par ces petits coéfficient de marée, restaient à sec. Je me suis approché de cette touffe d'algue qui, malgré la sécheresse, résistait et s'accrochait dans les craquelures du sol vaseux. J'ai coupé quelques brins d'herbe à portée de main pour les disposer, tels les branches d'une bonne étoile, puis j'ai repris ma route dans les herbus, pour rejoindre la plage qui bordait l'estuaire du fleuve.
Passer de l'anodin à la construction de cairns imposants, avec le même plaisir. Oublier chaque jour ce que l'on sait, ce que l'on a fait, ce que l'on est pour redevenir le marcheur solitaire, en attente de l'émotion qui déclenchera l'acte de faire, sans calcul, sans autre soucis que de vivre une longue expérience de vie consacrée au land art, semble être ma motivation principale dans cette pratique.


Roger Dautais







Cœur durable



La préférence
ira aux mains
à l'abri nu

ainsi dit
l'obscure admirable

quand il faudra
entre les marées
occuper l'enveloppement

et le silence
le rendre rouge.


Mohammed Dib (Algérie)

" O Vive "

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.