La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

lundi 13 mai 2019

Ombre et lumière  : à Guy Allix
Spirale en  lumière  :  pour Liplatus
Hommage  :  pour Anne, Claude et Joseph Fraiberger ( + 16.O8.44)
Cercles  pour  poètes disparus  : pour Odile et Jacqueline


 Suis ta vocation  les  yeux  grands ouverts. 
De nombreuses  professions exigent les sacrifices
 des  nuits blanches,  pour la vie

 Edith Boukeu




Nuit blanche et de dérive

Au fond, ma légende s‘écrit au jour le jour, sans que je ne n’aie à m’en occuper. Ce sera plus ou moins juste, bien entendu. Ce qui compte vraiment, c’est d’être attentif au chant du monde qui nous est donné, de l’entendre, d’y participer et non de vivre en courant.
La voie est étroite qui me permet d’avancer, dans ma vieillesse, entre une mort certaine et l’indifférence bourgeoise, qui vote pour une éternité immédiate.
Il faut , probablement avoir été humilié par ces dominateurs, pour accéder enfin à la liberté.
Liberté d’être, de penser, d’aller, de faire ou ne pas faire, et de laiser de côté, beaux discours, dogmes et autres embobinages.
Le land art est mon médium, mon trait-d’union, mon engagement, mon lieu de vie, mon
expression.
Je n’aimerais pas tomber dans le travers qui consisterait à intellectualiser, ce qui n’est qu’une expression manuelle.
Le cœur commande et cherche à recevoir cette onde née d’un autre cœur, sensible à mon travail.
Cela peut s’arrêter là, dans ma vie de coureur d’estran, sans rechercher plus de confort de vie, sans accumulation de richesses matérielles, avec l’idée d’une vie consacrée à l’art, sans but particulier et ne demander rien d’autre que d’être en progression sur le chemin de la connaissance et de la sagesse.
Il est inutile, approchant de la conclusion de ma vie, de me faire la morale, de m’apprendre  à vivre, ou de me récupérer dans votre société de l’avoir.
 L’aisance proclamée me crispe.
 L’obsolescence programmée de notre société de consommation, n’arrête en rien la création de surabondance de biens, réservée aux plus riches ;. Notre société, fait l’impasse sur la pauvreté, la vieillesse, la maladie, l’expression artistique. Il m’appartient aussi de condamner ce choix et de m’engager dans cette voie étroite où il faut résister pour vivre,  loin des foules en acquiescement permanent..
Le land art m’aide à dans cette douloureuse et dernière partie de ma vie d’artiste. Je suis venu sur terre  pour réaliser certaines choses et je tiens  à le faire,jusqu'au bout.
Roger Dautais
Notes de land art pour la Route 77



Grand Garage Blanc.

 Rythmes circadiens.

Cercle n°1
Mon land art ? Des lambeaux de vie, sans retenue. Un goût d’inachevé, parfois, recherché jusqu’à la mise en danger.

Cercle n° 2
La désespérance ? Elle m’a été offerte dans ma prime jeunesse. Ma mémoire a fait le reste ;
Dans notre monde individualiste, l’indifférence est une arme qui rejoint le mépris de classe. Il me faut vivre dans ce vide organisé, ce no man’s land de l’âme.

Cercle n°3
Est-ce grave si je n’ai rien fait d’important, aujourd’hui en land art ?
Il faut savoir aussi,s’écarter de ce qui est évident, normal, prévu. Il faut attendre dans ce vide et prendre le risque de se perdre dans l’inconnu.

Cercle n°4
Comprendre l’horizon, avant qu’il ne bascule.

Cercle n°5
Néant.

Cercle N°6
Il faut choisir entre la mort et la création. Parfois,c’est la mort qui choisit d’enterrer la création.

Cercle N°7
Pendant mes absences, je m’éloignais de la terre, entre exsanguination ,morphine et perfusions. Pendant ce temps ce temps, l’herbe continuait à pousser sans moi. Une vraie consolation, à mon retour.

Roger Dautais.

Nuit blanche sous morphine.
Service ce chirurgie cardiaque
CHU Rennes-Ponchaillou.
Avril 2019



Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.