La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

samedi 30 avril 2011













Je dédie
mes derniers travaux photographiques à
Renica,

Marty
Carol Proulx,
Guy Allix,
Miguel Angel Estrelle, fondateur de Musique Espérance

...et aux descendants Bretons du grand Youenn Gwernig
.

sans oublier la diaspora Normande en vadrouille dans le monde et qui continue à faire de beaux enfants.








Histoire de rire un peu:

Au petit con...


Le commis d'architecte blondinet, se grattait le cul tout en matant sa Rollex offert par sa maman.
- Dis , Robert, quand pourrais-je t'initier à mon petit art ?
- Je n' sais pas, Dimanche, peut-être, il faut que je demande la permission à maman.

Je me suis toujours dit que des hommes virils de 35 ans qui appellent leurs femme, maman, ne peuvent être que des bons. Et c'est vrai.

Nous sommes dans le bureau de Modeste Landa. Il fait chaud. c'est l'été 1942, celui de la rafle du Veld'hiv.
Écoutons le parler à son ami piston( c'est son petit nom).

- Dis , Robert, la forêt d'Ecouvy, ça irait ?
- Pourquoi pas, pour une initiation...
- Oui, mais, faudrait se lever de bonne heure, vers 10 heures par exemple.

- Oh, la vache, ça fait tôt pour un Dimanche.
Maman va rouspéter.
- sois un homme Robert, non de Dieu, impose-toi. Tu lui dis 10 heures et puis c'est tout.
- impossible, elle se lève à 7 pour assister à la première messe.
- ah. Dans ce cas. Faut savoir saluer le courage.

Un ange passe.

Dis, Robert, ta as vu comment je m'habille pour pratiquer mon land art à moi ?
- Oui,
Tout en beige, avec Saharienne,chèche et bottes léopard.
- oui, t'es beau.-
Arrête de me dire t'es beau, le patron il nous prend pour de folles.
- ben, t'est pas homo ?
- si, juste un petit peu, mais je ne le dis pas et puis avec tous ces Juifs qui trainent dans nos rues, je ne suis plus sûr de ma sexualité.
T'es complètement Givré.
- peut-être, mais tu m'agaces. Tu me prends pour un con et me traitant d'invertis, alors que les vrais cons, ce sont les immigrés qui envahissent notre terre de France, comme le dit le Père Abinth.
- Il exagère un peu.
- Non,non, il est dans le juste et d'ailleurs, on ferait bien de rétablir les quotas dans le football , aussi, avec tous ces blacks.
- Ne dis pas ça, malheureux, mon beau-frère Serge est black et balèze. Il te casserait ta petite gueule de commis d'architecte
-Bon, allez, prenons une décision d'homme, sans les Mamans:
Dimanche, rendez-vous sur la place de l'église, lavé rasé, branlé, comme disait mon capitaine à Toul. Quel bel homme, dans son uniforme, en 36.Je t'initierai, Dimanche, à mon petit art : mon land art à moi.


Roger Dautais
Fiction de nuit
pour calmer mes insomnies.


Chroniques du canard déchainé.

J'ai tendance à oublier que j'ai vécu de la photographie entre 21 et 25 ans. Je pratiquais même la photo aérienne avec une certaine réussite.
Je n'ai plus d'avion à ma disposition Rien qu'une pair de vieilles jambes et ma fois, je m'en sers pour marcher dans les rues de Caen.
Caen est une ville de Normandie, du Calvados exactement, qui fût rasée de frais, lors de la préparation du débarquement du 6 Juin 1944. ( 3800 victimes civiles).
Entièrement reconstruite, elle offre un caractère de ville moderne, ouverte, blanche de pierre et très animée dans ses rues piétonnes. Elle est reliée à la mer par le canal de Caen-la Mer, qui rejoint la Manche dans le petit port de Ouistreham où j'ai mon atelier d'art-Thérapie.
Je suis donc ici, en tant qu'étranger, puisque Breton.

Je vous livre un florilège des quelques deux cents photos prises dans la journée d'hier.
J'ai bien évidement rencontré ce pianiste de rue, génial, qui en panne de camionnette, trimballait son piano bastringue dans la rue saint Pierre pour offrit des boggies endiablés aux touristes.
Je lui ai donné ma carte de réalisateur. Il m'a promis de me rappeler. Je le crois, car je rêve de le faire jouer dans mon prochain film, qui débute sur une goélette de VOILES Écarlates, dans le port de Cherbourg-Octeville ( allez voir ce que l'ami Gérard Bourdet, président fondateur de cette association humanitaire fait comme beau travail de réinsertion de jeunes délinquants, pour leur éviter la tôle, par la navigation sur son vieux gréement de 31 mètres, LES COPAINS D'ABORD et soutenez-le) .

Mon prochain film se nommera J'ai oublié la Mer ...
. J'en suis l'auteur réalisateur et me suis donné une année pour le faire. J'ai commencé le tournage en Février 2011 dans mon atelier d'art-thérapie de Ouistreham, puisque ce film, comme le précédent, LA MÉMOIRE AMNÉSIQUE, parle de la Mémoire en difficulté et des chemins qui mènent à la Maladie d'Alzheimer, certains d'entre nous.
Ma qualité d'art-thérapeute m'ouvre beaucoup de portes et en plus, pour coller au discours ambiant de notre pauvre France, et m'en dissocier, je ne pratique jamais la discrimination dans ma pratique, bien que étant étranger, horsain!.
Et puis il y a cette scène du Kebab de Caen, dont je vous parlerai en Turc, car c'est le meilleur Kebab de Basse Normandie et j'en ferai la présentation, ici.
Pour le reste, je dirai que je pratique la photo humaniste ce qui fait bien rire tout le monde et moi aussi. Mais comme je ne suis pas si mauvais que cela, on me pardonne mon folklore Breton.

Enfin, tout ceci pour dire que cette nuit, je n'ai pas encore dormi beaucoup.

Belle fin de nuit, amis ronfleurs et belle journée ensuite.

Roger Dautais

PATIENCE, les photos arrivent à pied !

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.