La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 22 août 2018

Cairn en carrière de May sur Orne  : pour Rick Forrestal

Étoile de David, sur le Don.  Pour Raymond Anisten

Neuf raisons  pour changer d'âge  :  pour Emily de Wavrechin

Nid dans le ciel  : pour  Karine Kergroac'h

Cairn en côte de nacre Normande :  Pour Anne Le Maître

Carpe diem...

Je me suis jeté à corps perdu dans cette pratique du land art. Ce que je donnais à la nature, elle me le rendait, avec ce sentiment d'être pleinement vivant et à ma place.
J'ai appris à élever des cairns immenses, à côtoyer des fleuves, à travailler sur leurs rives. J'ai foulé les sables de mille plages, en France,à l'étranger. J'ai compris les saisons qui me passaient entre les mains, comme les années normales, assez détaché de cette notion de vieillir, sans le regretter. J'ai pris des risque physiques, j'ai connu des blessures sans jamais en vouloir à cette nature qui me remettait en place. Et puis est venu le temps où l'on s'aperçoit que marcher, est plus difficile, escalader, plus dangereux encore, porter lourd, impossible, parce que le corps ne suit plus.

Le 29 septembre 2017, je subissais une importante opération de la colonne vertébrale. Une dizaine de jours plus tard, on m’installait dans un fauteuil roulant, pour une temps indéterminé. Pendant mes deux mois d'hospitalisation, j'ai fait mes premiers pas avec ma femme.Elle me suivait avec mon fauteuil roulant , pour parer à une défaillance physique de ma part.. La souffrance était ma seconde compagne. Puis j'ai connu, différents plateaux de kiné et une rééducation, longue et pénible. Je m'étais dit : je recommencerai le land art dans moins d'un an.
Cette échéance tombe le 29 septembre 2018 et je ne sais pas si j'y arriverai. Toujours en soins kiné, avec retour à l’hôpital, une fois par semaine, et toujours sous antalgique.
Je suis incapable d'imaginer mon avenir d'artiste.

" On dirait que la ligne droite va s'arrêter, mais qu'avant, il convient de la parcourir jusqu'au bout, le mieux possible et c'est ce que j'envisage de faire".
Voilà ce que j'écrivais il y a quelques temps.
Je ferai au mieux, toujours heureux de partager avec vous, mes créations land art, toujours heureux, également de vous lire, ici.
Roger Dautais

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com/

Photo : création land art de Roger Dautais

" Neuf raisons pour changer d'âge" pour Emily de Wavrechin
Plaine de Caen, au sud de cette ville
Normandie

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.