La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

vendredi 17 juin 2011














A Sarah
Anna, Anne, Choulamite, Hanna,
Merav, Tsila, Eliora,
Emouna, Liora, Noâ,
Yehoudite, Youite,, zohara,
et à vos descendants. Le rêve est le berceau de l humanité. La femme porte le rêve, neuf mois en elle.En vous sacrifiant, c'est l'humanité entière qu'ils firent disparaître.

Un jour, nous ne serons même plus un souvenir, juste un souffle de vent. Qu'il vienne te caresser et te faire l'amour, ô femme mon éternel tourment
.

Je navigue dans les cinquantièmes rugissants et la mer est carminée. La perte ne se rattrape pas, elle se vit.
Nous sommes tous des radeaux de la Méduse en devenir. La désespérance me fût donnée en cadeau de naissance et l'étoile, par dessus le marché. Mon cœur est barbelé et mes pensées de mirador. Ma clandestinité se vit au grand jour et ma peau brune en atteste.
Que voulez vous chanter après...

Je suis bercé par la Chaconne de Bach. J'aimerai ce soir les retrouver dans les cendres, mes obsessions d'amour en pyjama rayé.
Ô, mes Juives tant aimées, ô mes cadavériques obélisques. Que ne m'avez vous englouti de vos lèvres bleuies par la mort dans un dernier cri et saigné à mon tour, comme une histoire d'amour impossible.
J'ai tété vos seins flétris avec autant d'amour que celui de ma mère parce qu'un peuple était, en tas, en os brisés, la bouche béante sous la voute étoilée, sacrifié sous un ciel vide et gris, devant une Europe endormie..
Auschwitz et puis quoi depuis... sinon cette douleur., cette peur d'un retour annoncé, avec les mêmes foules aveugles et sourdes.
Je ne vis pas, j'avance et je pleure, plus mort que vivant.
Comprendrez vous donc, aveugles de naissance qu'il est impossible de réduire l'esprit.
Arrêtez vos crachats. Plutôt la mort que de rendre l'étoile.
Femmes Juives, je vous aime à en mourir.

Roger Dautais
17 Juin 2011
"Le tambour du Monde"





Messages de l'au-delà




Message N°I

L'Arc en sable

Je voyage dans cet arc en ciel. Le dos cassé par l'effort, je pense à elle. Je veux une courbe parfaite qui épouse le sable et la mer, le vent et le cri des oiseaux. L'arc en sable vient affleurer la spirale. Il fait très froid, je suis seul avec ma chienne Morgane sur cette plage de Ouistreham.
L'infini de cette courbe sera recouvert dans peu de temps par la mer.Avant de quitter mon installation, je dédie cet arc en sable à ma fille :

TO FANNY

Tout est dit, je peux partir



Message N°II

à Sophie W.


La fontaine Ty Moon.

Il ne s'agit plus d'entasser ds pierres mais bien de les inviter au voyage et non de m'en servir comme de simples cailloux.
Elles deviendront route, aqueduc, pont reliant entre elles les collines de pierres ou bien encore, petits muraille de Chine, rivières souterraine née d'une fontaine à soleil, dans le chaos d'un terrain vague où personne ne veut s’arrêter bien longtemps.
Lieu d'oubli où règnent l'informe et le chaos, mutant d’abord et enfin chantier, lieu de travail ordonné, comme un signe d'une trace, d'un passage éphémère, en mémoire de Ty Moon*.

Ty Moon ( Petite Lune) était un chat sauvage noir et blanc, né dans une cave de HLM, adopté par Fanny et terrassé par un cancer à l'âge de 3 ans. Ce cairn, de 9 tonnes , je l'élevais à sa mémoire, l'année de sa mort.
il fut détruit 3 jours après son achèvement par les vigiles du magasin Carrefour. on continue de faire croire aux hommes qu'ils sont des hommes en leur confiant des tâches bien suspectes.


Message N° III

aux descendants de Youenn Gwernig


Ici et maintenant la Terre ou La Femme d'Argile

Est-ce ma mémoire qui défaille, est-ce la terre qui souffre...
Que me disait-elle au fond de cette carrière déserte : Tout se craquelle un jour et retourne à la terre, même les illusions.


Roger Dautais

Ces trois textes sont des légendes d'installations que volontairement, je ne présente pas ici. Je rassure le petit détective de service qui me dit voir toujours les mêmes photos sur mon blog, que je ne montrerai jamais les quelques 30 000 clichés en ma possession mais, qu'en plus, je ne donne pas des cours de land art familial, à tout ce qui bouge.
Heureux sont ceux qui pratiquent le land art le Dimanche et n'emmerdent pas les autres avec leur prétention, leur philo à 50 balles et tout le toutim...Un peu d'humilité les gars. En tous les cas ici, sur la belle plage d'Omaha beach, faut pas venir avec son costard de lin et son chèche bobo, en ce moment, car ça mouille même les Auvergnats. On a du mauvais temps depuis trois jours.
Au fait, j'ai avalé mon téléphone pour ne plus être appelé à des heures indues, les jours fériés par les zépouses de fâchés. Compris, coco ?

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.