La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

dimanche 4 avril 2010



à l'oiseau de mes rêves...



Un rêve, ce peut être d'avoir vu le reflet d'un oiseau dans l'eau, d'être allé le chercher sans le trouver. Le rêve, ce jour là, consista simplement à rejoindre le marais où la scène s'était déroulée puis à bâtir un nid . J'y suis allé. J'ai coupé quelques brassées de de roseaux et je leur ai donné la forme d'un nid. Puis je suis parti vers les buissons de buddleïa qui ornent la rive gauche du fleuve.
J'ai cueilli ces fleurs mauves dont je pensais, que vues du ciel, elles plairaient à cet oiseau. Je suis redescendu dans l'eau du marais, jusqu'à la taille puis j'ai assemblé les roseaux secs en leur donnant une forme de nid et j'ai déposé les fleurs de Buddléïa, au centre. Quand le vent s'est levé, j'ai amarré le nid à une grosse pierre posée au fond de l'eau. J'ai repris la route avant le retour de l'oiseau, mais je sais qu'il est revenu. Je l'ai revu dans mes rêves;


Roger Dautais







La nature
ainsi s'ébruite

s'exprime en une métaphore
de la fonction.

La femme fait cuire le dernier vendredi
de chaque mois

dans un seau émaillé
des livres de toutes sortes
mélangés à de la farine

qu'elle mange
au bord de la rivière.






Frères
du vent

parlent aux chevaux.

Les esprits
les histoires
accueillent l'enfant.

C'est le merle
qui siffle
dans les marécages.


Jean Daive

Aux éternels voyageurs.




La solidarité des pierres...

Il y a déjà quelques années, j'avais écrit une histoire de pierres, bien malheureuses dans leur pays et qui, par le hasard des rencontres avaient fait la connaissance d'un groupe d'autruches les ayant tirées d'affaire. Drôle d'histoire puisqu'un jour ces autruches en vinrent à leur tour à connaitre les mêmes difficultés. Je vous ai toujours dit que les pierres avaient une mémoire qui remonte à la fin des temps ! C'est ce qui arriva. La mémoire se mit en route et nos pierres tracèrent le chemin capable d'emmener nos autruches vers un pays plus clément, pour y reconstruire une vie meilleure. Il me restait, après tout cela à traduire cette histoire " en grandeur nature et c'est ce que je réalisais en quelques six semaines de résidence dans le parc d'un château normand qui m'invita pour ce travail. Le projet fut bouclé dans les temps malgré une tempête qui détruisit a peu près tout, une première fois. Au grand nombre de personnes qui se déplaça pour venir voir mon travail, je peux dire que ce fut une réussite. Pourtant, je n'ai jamais recommencé cette expérience du conte illustré en "in situ", gardant simplement en mémoire, un temps privilégié de création, un partage avec le public et en même temps l'envie de revenir au land art plus abstrait comme je le pratique maintenant.


Roger Dautais







Pell, Pell… pell, pell e karfen mont
lec’h n’eus trouz na safar
ul lec’hig sioul e traon ar stêr
e frond ar foenn hag ar vent gouez
pell, pell e karfen mont
da vro ma yaouankiz.
Pell, pell e karfen mont
dieub ha dibreder
o nijal ‘vel ur valafenn
e douster avelig an hañv
pell, pell e karfen mont
da vro ma yaouankiz.
Pell, pell e karfen mont
eurus ha disammet
d’en em gavout gant ma zud kozh
e lec’hiou diharz o ene
pell, pell e karfen mont
da vro ma yaouankiz.

Far, Far...

Far, far i’d like to go
where there’s no noise nor din
a quiet place down the river
in the smell of hay and wild mint
far, far I’d like to go
to the days of my youth.

Far, far I’d like to go
with no worries and free
just flying as a butterfly
in the milky air of summer
far, far I’d like to go
to the days of my youth.

Far, far I’d like to go
yet blissfully relieved
to meet again with my old folks
in places where they free to go
to the days of my youth..

Youen Gwernig


Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.