La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

dimanche 16 mai 2010



à Ali Badri


Je faisais partie des invités d'Ali Badri pour assister à la projection de son dernier film DARVICH, le musicien du village . Ali est Iranien, exilé depuis 25 années en France. Après des études de psychologie, fonde avec ses frères le Théatre de Saëdi, il écrit, compose des poèmes, réalise des films pour notre plus grand bonheur et son talent est maintenant reconnu. Dans ce film, il raconte son voyage de retour en Iran, avec ses deux frères, Sam et Hossein, eux aussi, exilés en France depuis encore plus longtemps. Les retrouvailles avec leurs familles sont d'autant plus émouvantes qu'ils ont perdu leur pères quatre ans au par avant. Mais la vie et la joie de se retrouver reprend le dessus. Ali qui vient d'apprendre que Darvich, le musicien du village de Tchar Cheshmesh, très mal conseillé par un mollah, a brûlé tous ses instruments, désignés comme diaboliques. Depuis, ayant perdu sa raison de vivre et son gagne pain, il vit terré dans son village. Ali, connaissais cet homme depuis son enfance et il fait le vœux de le retrouver, de le faire rejouer avec un ancien complice. Il va prendre la route, retrouver les deux musiciens, leur offrir des instruments de musique et les relancer dans la vie pour le plus grand plaisir de tous les habitants de cette contrée.
Je connais la générosité d'Ali Badri et je le retrouve entièrement là, dans cette belle aventure humaine. Certes, la route de l'enfance est emprunte de nostalgie et les superbes images du film, réalisées par Jean Jacques Lion, sont là pour l'illustrer et nous faire découvrir l'Iran. En fin de séance, hier, dans ce petit cinéma d'art et d'essai, Le Lux, Ali Badri, entouré de ses deux frères, ont rendu hommage à leur producteur, André Guéret, dont on connait son amour pour l'humanité. Qu'il en soit une autre fois remercié ici.

En 2006, Ali nous avais invité, Marie-Claude et moi, pour un spectacle de danse, musique et poèmes iraniens qui m'avaient plus particulièrement inspirés. A cette époque, je vivais " Le voyage de la sphère " comme je vous l'ai déjà raconté. J'ai pris ma sphère et suis parti en direction des marais. J'ai réalisé cet ensemble dans les herbes hautes et le l'ai intitulé" Instants secrets". Cela représentait pour moi, la maternité, mais aussi la créativité, la création en mouvement, avec cette sphère-fétus, cet enfant blotti, cette idée féconde de l'artiste dans sa recherche avant réalisation. Je vivais cet instant comme ça. En rentrant à la maison, je me suis mis à écrire ce poème, je vous le présente à nouveau.




Femme fétichée
comme une gazelle

Ta course éteint le feu
au passage

Mais le vent fou du désert
Ravive

Les braises rouges comme
Ta bouche

Quand elle mord
Le vide

Atteindre
Les Pléiades ou Cassiopée

Constellations de toi
Expulsées d'une vaginale
plainte

Poignée de sable jetée au ciel
Accrochée à la voûte

L'orient me fascine
Me danse

Me transe
M'envoûte

Je retombe, flasque
Fétiché à mon tour.



Roger Dautais
Nuit du 7 au 8 octobre 2010

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.