La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

dimanche 22 décembre 2019

C’est pas des morts qu’il faut avoir peur, c’est des vivants
La rafle Joseph Weismann.
*
*
*
À Marie-Claude
*
*
42...Il me manque un chiffre, et le compte sera bon.
J’aime la monotonie des heures sombres et pluvieuses de ce monde oublié, tintinabulé. Pour le plaisir d’inventer l’échappée-belle.Un mystère qui remonte à l’enfance., capable de faire le lien entre ce passé lointain et ce jour advenu, sans lui demander. Cela passe souvent par des états intermédiaires, dont mon inconscient détient le secret, où mon enfance émerge du chaos. Étonnantes fulgurances incompréhensibles, déstabilisantes, qui côtoient mes abîmes.
La lumière tremblante qui hésite, change le contours ds silhouettes, des vies et qui est faite pour troubler les eaux calmes, pour éclairer les choses, sous un autre angle.
J’ai côtoyé la nuit, la mienne, sourde profonde, froide anéantie, riche, dérangeante, lutine, étrangère, serpentine, en rupture, cousue à même ma peau, décousue, en lambeaux, offerte, bouleversée.
Je poussais mon premier cri, dans une rue en pente. Elle se nommait , rue Toulifault. La chambre était petite. L’étoile d’or se portait au cœur. Qu’en ai-je compris , au fond, que je tente de prolonger en land art, si ce n’est que le mystère la constitue, me fonde autant que ma lucidité.
J’ai cette image d’enfance. 5 ans, hiver 47, dans la neige tombée en abondance sur le grand jardin devant la maison, en Bretagne. Sous la voûte étoilée, je marche à côté de mon père, lui donnant la main. Il m’apprenait les étoiles. C’était fort, malgré le froid. Un véritable amour, mais si peu souvent donné, dans le chaos de ma vie. J’ai aimé mon père, ce personnage énigmatique, dans ces moments là, toujours rares.. Je ne l’ai vraiment retrouvé que très tard, bien qu’ayant vécu et travaillé longtemps à ses côtés. Je l’ai accompagné jusqu’au bout de sa vie, dans la tourmente de son esprit souffrant. Rien ne sortit de sa bouche pour expliquer cette longue violence envers moi, qui me détruisit. Je lui avais pardonné avant son grand départ.
J’ai toujours aimé dire, papa, maman. Je reste un très vieil orphelin, sur la route aveugle.
Je choisis les paysages pour installer mes créations. À moins que ce ne soit le contraire.L’eau y est très présente. La nature est une identité forte qui décide et m’emporte, là où il faut, au moment voulu, ignoré de moi. Le tout est d’accepter cette magie de l’instant, sans résister. Être le plus fort, le plus riche, le plus dominant, n‘est pas une nécessité pour moi, voyez. Mon corps vit la décroissance, naturellement, l’entropie s’en charge. Il faut laisser faire cette mécanique, accepter que le cœur se ride, mais qu’il reste bouillant jusqu’au bout. Céder sa place , au moment venu. Tacher de mourir vivant.
C’était un lundi, ou peut-être un autre jour, de mes nombreux jours vécus, dans ma vie, sur la côte de Nacre. La mer m’avait offert une belle journée. Je lui avait offert une spirale. Je la quittais en franchissant la dune d’oyats qui séparait la plage des marais. Un pont de pierres, reliant les deux espaces marins et se reflétait dans une minuscule rivière littorale. J’avais dans mon sac à dos, quelques étoiles de David de ma fabrication et de la ficelle. L’idée, m’était offerte, pour un dernier land art.
Il me fallait évoquer le chiffre 42, puis les mots : rafle du Vel d’Hiv. enfance, évasion, Justes, rencontre, fraternité, témoignage. Tout ce que mon ami , mon frère Raymond, avait été pour moi.
J’ai pris un morceau de ficelle dans mon sac à dos, et suspendu l’étoile de David, sous le pont de pierres, pour qu’elle se détache dans la lumière de l’arche.
C’est compliqué une vie. Le land art, aussi, incompréhensible pour beaucoup.
En fait, « sans amour, on est rien du tout ».
C’est Edith Piaf qui chantait ça.
Roger Dautais ;
Notes d’ouverture pour La Route 78
Photo : création de Roger Dautais.
« L’Étoile de David » à Raymond Anisten
Normandie -Côte de Nacre
à Raymond, fraternellement

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.