La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 3 octobre 2012

Prolongement
Spirale d'Ardenne
Sous les nuages de Septembre
 Aux goélands


Les quatre éléments
Trio d'automne
La traversée rouge
Direction
Séduction d'automne
Cairn en solitude
En souvenir d’Édith et Maud
Hommage au cairn
Rendez-vous avec la mer



A Guy Allix, fraternellement...




Lire tes mots me fait du bien.Pourtant,  il n'existe  plus d'espace capable de me relier à l'histoire du monde. La béance a pris place. Les nuits arrêtent le manège mais, au petit jour, la cadence  infernale m'emporte toujours vers le pire  à venir. Je n'envisage pas de paix  possible durable.C'est d'une marche solitaire dont je te parle. Les haltes ne sont que des accidents. La pente m'emporte. Je sais la fin. Pourquoi rêver autre chose...
On croit tenir la solution, la phrase  universelle,  l'immortalité et ce ne sont que des pierres qui  nous ramènent au bon niveau.
C'est au niveau du sol qu'il faut aligner, élever,  pierre par pierre, comme des mots rabâchés, des balbutiements. De pauvres mots qui me font échapper  un instant  à la condition humaine.
J'ai beaucoup marché cette semaine dernière et peu travaillé. Je voulais que chaque geste dans sa rareté exprime le meilleur.
Je n'ai jamais autant regardé le sable de la plage, écouté le bruit des vagues, admiré la mer dans la solitude de Septembre finissant. L'apaisement est bien venu de  là, provisoire. J'ai toujours l'impression que c'est la dernière fois. J'ai cédé à la beauté du paysage que j'ai, malgré tout quitté,  pour aller en chercher  un autre. Je me suis enfoncé dans les chemins creux,sac au dos,  jusqu'à trouver le lieu disponible. Je n'ai pas retrouvé ce passage entre les ronces, aussi accessible que je ne l'avais imaginé.Deux saisons plus tard, la nature avait repris a place. J'ai eu beaucoup de mal  pour atteindre l'étang noir. Il était minuscule, comme si,  il s'était digéré  lui-même. Mais la magie du  lieu était toujours intact et le miroir reflétait une belle lumière. Je me suis accordé une pause pour lire quelques poèmes de toi.
La fraternité, c'est aussi dans les moments difficiles.
Je me suis mis au  travail,  à l'écriture dans le paysage, pour écarter l'angoisse de ne plus savoir faire. J'ai oublié le danger,  pour dire ma vie telle que je la vivais dans ce lieu. Je savais pourtant que maintenant rien ne changerait beaucoup mais que je devais aller  jusqu'au bout. Puis,  tout a disparu autour de moi. Il n'est resté que geste,  une seconde d'éternité paisible, suffisante pour retrouver le souffle. J'ai repris la route, fatigué par l'effort  mais apaisé jusqu'à une prochaine fois.


Roger Dautais





Tout cela est si beau et si dérisoire que c'en est une détresse.
Que le  poème se fane. S'effeuille comme les roses.


Tu retrouves la perte
Ton ombre sur la feuille qui passe

Ton ombre qui s'effeuille
Dans  le hasard des mots





Tu sais bien, qu'au fond
La mort est le seul partage
Ce qui dira enfin ce domaine


Tu lui donnes déjà ce visage
           Qui bat la parole
            Comme une enclume
Epelle chaque instant jusqu’à la déchirure


Guy Allix

Le poème est  mon seul courage
Le Nouvel Athanor 2004

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.