La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 30 décembre 2009





Créations land art Roger Dautais : INSOLITUDES



à Melany, Manue, Sylvie, Françoise, Laurent, Geco, Maurice, fidèles lecteurs:


Insolitudes...



Oui, je sais...zéro sur vingt pour avoir inventé encore une fois, un mot insane. Alors voilà :

Les insolitudes sont des instants de bonheur suspendus entre d'insolites certitudes et d'insolentes solitudes.
Franchement, me disent certains, quelle perte de temps que d'inventer et d' inventer sans cesse. Oui, c'est vrai, je pourrai rejoindre un parti où l'on inventerai à ma place et occuper sainement mon temps libre...mais, je ne suis pas attiré par les meetings. Alors, que faire ?
Je peux imaginer le temps qu'il me reste à vivre. Je peux même le diviser par dix, cent ou mille et parfaitement me tromper dans un sens ou dans un autre. J' utile ce temps qu 'il me reste, étant seul ou presque, à ne pas calculer cette éventualité. Mais, il est impossible de ne pas y penser. Faire fortune avec ça me paraît très aléatoire. D'ailleurs, j'ai suffisamment travaillé pour ne pas être riche à la fin de mes jours. A moins d'un accident..Chez moi, l'argent a toujours été accidentel.

J'ai tellement perdu de temps en pratiquant le land art que je me suis souvent demandé si je n'étais pas à m'inventer une nouvelle vie, une vie parallelle. Mais non, c'est bien la suite du commencement du début ! Avec l'âge, bien sûr, ça fait désordre.
Pourtant,j e ne pense pas cela et continue à arpenter les saisons, de petites trouvailles en dégringolades et de reconstructions en réussites. C'est vrai, ça prend un peu plus qu'un Dimanche après-midi quand on a le temps,(certains s'en contentent et brillent avec ça comme des astres du land art. ça les regarde!) Toutefois, j'y prends tellement de plaisir que j'ai vraiment envie de continuer. Toujours envie de faire ce livre de land artavec ce photographe de Cherbourg, puisqu'il me le propose. Ce sera en Normandie où je réside, entre les plages du Débarquement et le Nez de Jobourg. Disons 120 km de terrain de jeu. Un paysage, un pays, que j'ai eu la chance de survoler, pour les besoins de mon film PLAGES DE LIBERTE en 2006 , à bord d'un Bel hélico bleu ciel. Franchement, pas étonnant que je me sois encore retrouvé au pied de la Pointe du Hoc, côté est, au printemps dernier pour élever quelques guetteurs d'histoire avec de magnifiques pierres qui ferait pâler de jalousie, l'amie Véronique Brill, de Marseille. A pied, ce terrain est aussi très sympa à parcourir, quoique vraiment accidenté. Il faut prévoir de bones chaussures de marche.
Bref, s'il me reste un peu de temps sur mon calendrier personnel pour réaliser tous ces projets, je le garderai pour aller admirer la mer. C'est encore là que je suis le mieux en compagnie de Marie-Claude.
Allez, bonne fin d'après-midi,

Kenavo

Roger Dautais
LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.