La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

vendredi 29 mars 2019

Exil :  pour Inga Wegner


 à Marie-Josée-Christien
en toute amitié.

Déjà
Je suis passé
de l'autre côté
Et je continue
De vivre en noir et blanc.
Roger Dautais

Hôpital de Vannes 2019


La vie devant soi, pas seulement...

Lorsque la vie se résume à un long exil, avec devant soi, une route interminable, faut-il se mettre dans la meute des loups et se mettre à traquer tout ce qui est" étranger ", ou bien, faut-il essayer de comprendre, ouvrir son cœur, aider. Je n'ai jamais hésité. Jamais fait parti des meutes assoiffées de sang.
Le land art m'a permis d'évoluer dans ce sens. L'humanité m' appris, jour après jour, ce que j'essaie de traduire par mon art. J'ai beaucoup milité pour que cesse le scandale de Lampedusa, et mes hommes de pierres,se sont levés dans bien des pays, pour ce faire.
Sans amour, cela n'aurait eu aucun sens, d’aller à la rencontre des longues peines en Centrale, d'aider les sans papiers, les sans domicile fixe Je ne serais jamais devenu art-thérapeute, ni aidé ces oiseaux perdus dans le brouillard,si perchés, si poétiques et que l'on nomme , bien trop facilement " des Alzheimer ".
Il convenait , avant tout de les aimer, de les protéger de la vindicte populaire, qui criait " trop cher " Inutiles bouches à nourrir ".
Le monde est violent, comme la nature, et si, on ne les aime pas, ces deux là, on devient violent à son tour.
La non-violence me va.
Mais alors, comment constituer un monde différent de celui qui nous est présenté comme exemplaire?
Tout jeune, tout beau, cupide, prompt à l'entassement compulsif des richesse et des plaisirs immédiats, jusqu'à l'avoir politique, au-delà de la raison?
Seule, l'expérience du vivant, de l’engagement personnel, jusqu'à l'usure, m'a permis de m'opposer singulièrement à cet "impossible " à vivre, proposé par une société qui vit au galop, où la masse a a toujours raison

La beauté du geste, le don de la forme face à l’immensité océane, la sublimation de l’amour dans un cairn érigé, l'adieu au mourant, exprimé dans une spirale, voilà ce qui résume à peu près, ma longue et chancelante vie d'homme engagé et de land-artiste.

Et je vais devoir m'en priver, abandonnant mon cœur malade aux mains expertes d'une chirurgienne, le temps d'une longue apnée de l'esprit, pendant que mon corps en travaux, flottera, sur les eaux tumultueuses de l'Achéron.
La fin de mon histoire restera à écrire.

Roger Dautais

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com/

Photo : création land art de Roger Dautais
" Exil " pour Inga Wegner
Bretagne Sud


*


pour Erin

Soir de lassitude
La nuit entre
Dans la maison
Aucun volet
Aucune raison
Elle entre.

Roger Dautais
Hôpital de Vannes 2019

Followers

Archive du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.