La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mardi 20 mai 2014

Terre d'espoir  : aux rescapés de Lampedusa
Les  guetteurs de Ty bihan  :  pour Norma
Ty bihan song : pour Gwenola Gwernig
Tout  à gauche : pour Martine Grunenwald
La cabane du  pêcheur  : pour Anne Lemaître
Éloge de la lenteur  : pour Denise Scaramai

Toul Chignaned : Pour Serge Mathurin Thébault
L’apparente sérénité d'un lieu sanglant  : Pour Ana Minguez Corella
Rotation  : Pour Isabelle Jacoby
Boîte  à mémoires :  pour Guy Allix
La diagonale orange  : Pour Christian Cottard
Le rêve éveillé : Pour Chrystelle Martinez
Le guetteur de marée en ria :  Pour Véronique Brill
La porte du Sud  : Pour Claude Pélieu et Alain Jégou


à Marie-Claude.


Passer entre le visible et  l'invisible 
et trouver dans cet espace indéfini, la liberté de créer...

Je n'ai relevé ni  les routes et chemins,  ni  les  heures sombres, ni celles  où la flamme ne brillait  plus, ni les jours  ou je ne suis pas sorti  pour en arriver  là et dire, malgré tout : je continue. Mes les voici réunies  pour vous, les choses inutiles comme  on  me dit si souvent et qui me tiennent en vie. Lorsque  mon  pays fait le  plein de touristes, alors commence  pour moi, la saison de  l'évitement et je me sens  un peu obligé d'aller voir ailleurs, si je peux me protéger du brouhaha,  trouver un peu de tranquillité, non pas que je déteste parler, mais si je ne fais que  ça, ce qui  m’arrive parfois, le travail n'avance pas.
 Trop de beau temps me tue. Je préfère l'alternance, avec des journées  plus rugueuses,  plus venteuses qui dégagent les côtes  font sortir les voileux qui animent  l'océan. N'étant pas dans une  forme  physique excellente , j'ai réduit mes sorties consacrées aux cairns qui demandent quand  même  un  peu de force. Je me souviens de cette  journée  passée  à Carnac, justement par  vent bien établi, annoncé  à 30 nœuds où je me suis bien amusé avec  lui.
Élever  un cairn dans ces conditions est assez sportif, voire drôle, car ce vent ne se gène nullement  pour le basculer  au  moment le  moins attendu et  pour en rapporter 4  ou 5 en  photo, qui ne soit  pas trop  mal,  il faut en élever quatre fois plus, ce qui  malgré tout, reste fatiguant. D'autant plus que par un tel vent,  il faut choisir des  pierres très lourdes  pour établir la base,  monter l'ensemble, en gardant un certain  poids et terminer pas trop haut , par du plus léger. Un cairn d'un  mètre cinquante qui s'écroule, ça peut faire très mal si bien que je  le regarde toujours avec respect, lui parle et le remercie de tenir en équilibre, quand cela se fait. Qui ne connait pas ce dialogue, qui  n'a jamais entendu le chant des  pierres, ni vu leur respiration par grand vent, ne connait  rien ! 
Je ne parlerai  pas de  poésie de  l'instant  pour ne pas faire bondir les experts ! ah ! les experts ! Si  on ne les avait pas. Personnellement je ne les écoute ni ne les consulte. Alors qu'ils définissent le lieu sacré de la poésie, c'est leur affaire, pas la mienne. Et  puis, avec  l'impression de comprendre  pour vous,  ils arriveraient  à vous faire creuser  votre  propre tombe,  pour gagner du temps et de  l'espace vital,  pour eux, les élites !
J'ai ainsi cherché sur cette côte Bretonne située entre  l'Île de Stuhan et Porh Saint Guénhaël, situés  à l'Est et  à l'Ouest de Carnac, de quoi composer le  poème de ma vie, comme  le disait si bien le grand Youenn Gwernig, avec les  pierres les  plus belles, les  plus vivantes, les  plus  à même de raconter, témoigner,
parler du  monde  comme  il va. Et  là je pense  à cette installation de la série Exil, appelée Terre d'espoir dédiée aux rescapés de Lampedusa, dont bien peu de journalistes parlent quand  il faudrait dénoncer ce scandale tous les jours.
Je me suis réfugié dans les ria, suivant le jusant, écoutant le chant de la  mer s'accorder  à celui des  oiseaux. J'ai découvert des cabanes de  pêcheurs, abandonnées et lieux de  mémoire d'un  travail ouvrier disparu avec la crise.J'ai aimé travailler dans leurs traces Sous les chênes, les tapis d'akènes qui saignaient la vie par  milliers, ont donné naissance à des arbrisseaux, nés dans l'écarlate  pour tenter l'aventure de la vie.J'éprouve  une certaine tendresse  pour ces jeunes arbres, tandis que dans  mon corps, bat  un tambour du  monde, déjà usé, incarnation d'une vie offerte par mes parents, il  y a si  longtemps. Vous savez,les instants  où jaillissent mes  morts dans mes pensées,  pour s'incarner dans un souffle de  vent,  un chant de  merle  ou de grive, pour l'avoir déjà évoqué ici , me paraissent sympathiques et je les sens, fréquentables, aimants. Ils m'accompagnent un bout de chemin avant que je n'aille les rejoindre.
Passer entre le visible et  l'invisible et trouver dans cet espace indéfini, la liberté de créer, c'est trouver le fil conducteur qui  mène aux petits  bonheurs.
Les sources de Kernours, de Brec'h,  les rives du loc'h, le Champ des martyres ont accueilli cette retraite forcée des plages et vous avez ici le résultat de  mon  travail en terre de solitude.
On me demanda  un  jour si les titres donnés  à mes installations, avaient un sens. Oui, bien sûr et je le fais en pensant à ceux  auxquels je les dédie mais aussi au  lieu,  à  l'instant de leur fabrication, cela ne fait qu'un tout.
Je vous remercie de votre fidélité au Chemin des Grands Jardins dont le  rythme de  parution a un peu diminué. Sachez que je suis toujours heureux de vous  lire et  que je réponds  à chacun.

Roger DAUTAIS




Exil

il reste à se souvenir du chemin
il reste à retrouver le passage
il reste à s’attacher de ces temps d’ici, calmes
quitte à perdre sa voix

mais je reste, échappée

un voile s’est déchiré depuis longtemps, il pend, calme
et me laisse en suspens
le désir de départ évanoui
englué de brouillard
reste une vibration sourde et ces temps d’ici, calmes
il ne fait pas vraiment nuit
c’est-à-dire pas vraiment
il fait semblant de jour
c’est-à-dire je me perds
c’est-à-dire ne pas dire
quitte à perdre la voix
il reste que je reste
avec un visage sans bouche
sans pourtant reconnaître le tranquille du temps
car il ne se peut pas
car il ne se peut plus, sans bouche
voix décentrée
sans…

sang

jusqu’au vide


Brigitte Mouchel
" évènements du  paysage " 

 Éditions Isabelle Sauvage 2010

75 commentaires:

  1. Salut Roger! .. Compositions beaux en harmonie avec la nature... :-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Minguez Corella
      Merci Ana. Je travaille dans le même esprit que toi. Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  2. J'aime ces guetteurs forts et fragiles en même temps, merci, Roger, pour ce choix qui me comble !
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. norma c

      Merci Norma. Nous sommes plus prompts et plus fiers à montrer notre force, mais sans nos faiblesses que deviendrait notre sensibilité. Tu connais la réponse.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  3. Marvelous photos of your wonderful work again. I love them all. Gorgeous !
    Best regards, Synnöve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Seraphina's Phantasie
      Merci Synnöve, au si joli prénom ( Je suis sensible au prénom des gens rencontrés et certains, comme le tien, sonnent mieux que d'autres ). Merci de tes encouragements.
      Je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  4. Your creations continue to amaze me . . . how you balance those tall ones (e.g. pour Gwenola),
    and that loving family in the first photo. Nicely done, Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rick Forrestal
      Merci Rick. Parfois, mes créations m'échappent totalement et je laisse faire le hasard sans jamais savoir d'ailleurs ce que cela donnera, une fois terminé. Je suis toujours dans le doute. Tous ces commentaires m'éclairent.
      Belle soirée.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  5. J'ai découvert la Bretagne il y a quelques jours, et je comprends pourquoi cette terre-mer-pierres aime s'entourer de solitude dans le grand brouhaha de l'été. Marcher sans vraiment rencontrer personne à la tombée du jour quand l'orange menace et que le ciel se fait d'or et vouloir construire des idées avec les éléments au fil du chemin, comme je comprends cela ...
    Je fais partie de ceux qui écrivent mais surtout de ceux qui regardent et laissent alors transparaître les mots, il n'y a pas de lieu sacré de la poésie, la poésie est dans le regard, regard modeste en face de l'immensité qui nous entoure et nous dépasse, nous donne une autre dimension pas vraiment de ce monde. Ici, j'ai seulement regardé et respiré, les mots viendront peut-être plus tard ...ils ne sont pas juste nécessaires en l'instant.
    Merci Roger pour ton regard, le travail de la sueur et les mots qui les décrivent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. saravati.
      Merci pour ce très beau commentaire qui me touche vraiment. Si tu veux compléter un jour, je lirai tes autres mots avec un grand plaisir.
      Je te souhaite une très belle soirée et te dis à bientôt.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  6. Tout me parle. Tout résonne (raisonne aussi?) en moi.
    Mais Lampedusa... Je viens d'écouter une émission de "l'Afrique enchantée" sur France Inter à propos de l'Erythrée et du drame de ses habitants qui, dans le meilleur des cas finissent à Lampedusa...ou au fond de la mer Méditerranée ou en esclavage "moderne".
    La terre est-elle encore d'espoir?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maïté/Aliénor
      Merci Maïté. Nous sommes pris pour de doux rêveurs lorsque nous protestons devant ce scandale avec nos pauvres moyens. Maintenant, ce sont les banques que l'on sauve quand elles coulent et nos pas cette partie de l'humanité sacrifiée d'avance, pour protéger nos propres intérêts !
      Je pense qu'il faut continuer à protester et agir , le silence serait la pire des prises de position.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  7. Mais oui, rotation, parce qu' à la fin elle tourne! bises circonvolues mon ami des cycles infinis!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orfeenix
      Merci Isabelle. J'ai choisi la plus petite de mes installations pour toi, parce que née sur une souche dont la beauté de la veinure, et le velouté du gris m'avaient inspirés. Dans ce lieu appelé" Le champ des martyres " où le sang coula en abondance, chaque arbre, qu'il soit mort ou vivant, témoigne de la barbarie de l'instant, mais aussi de la vie qui triomphe au bout du compte. Il faut continuer de tourner dans son sens et la vie sera présente en nous.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  8. Bonsoir Roger,

    De la poésie chez toi, toujours...
    Tes guetteurs me fascinent.
    "Rotation" est délicate, éternellement.
    Et tu ouvres ta publication par une pensée forte pour Lampedusa.
    Merci de toi Roger.
    Porte-toi bien, prends soin de toi...
    Je t'embrasse amicalement.
    Leeloo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leeloo
      Merci Leeloo. Tu es bien aimable de me trouver quelque place pour la poésie dans ce que je fais. Je suis tellement attaqué là-dessus ! On ne joue pas avec le club des poètes patentés, ils ruent dans les brancards et me renvoient dans mes chemins creux. J'y suis mieux qu'en leurs salons.
      Oui, Lampédusa, un scandale parmi tant d'autres. Je me demande ce qu'il faut posséder pour que cesse ce besoin de spéculer, d'entasser des richesses sans jamais se soucier de toute cette partie du monde qui crève de faim.
      Merci pour tes mots d'amitié.

      Je t'embrasse, Leeloo.

      Roger

      Supprimer
  9. QUe de couleurs, que de lumière... Et tout ce qu'elles recouvrent, ce qu'elles éclairent, ce qu'elles enluminent. LEs chagrins comme les joies.
    Merci Roger pour cette nouvelle escapade en vos terres.

    Au bout de mon année, dans quelques semaines, il y a la Bretagne, et je la sens, la mer, qui appelle. Comme toujours.

    "Tous ces paysages
    Qu'il a fallu voir

    Tous ces paysages
    Où tu n'étais pas

    Et qui t'accusaient
    De n'y être pas

    Toi ce creux
    Et définitif

    Moi qui rêvais
    De faire équilibre."

    Guillevic, bien sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne Lemaître
      Merci Anne. C'est vrai, on voudrait démultiplier le temps, élargir toutes les capacités de nos sens, pour mieux l'étreindre cette grande nature où l'on fût déposé un jour sans savoir pour combien de temps. Cet après-midi encore, devant l'océan, je devrais dire, dedans puisque mes pieds y trempaient, je voyais l'île de Méaban où je débarquerai un jour, de lumière, noire, sous un ciel plombé et je rêvais d'y être. Je suivais des yeux, le vol d'un goéland, et j'aurais aimé l'accompagner dans le ciel. Une petite pluie chassait les promeneurs habituelle et me laissait seul sur une plage immense. J'aurais aimé la parcourir. Tout me tendait les bras. Je me suis penché sur de très belles pierres pour monter quelques cairns et honorer les lieux. Puis j'ai travaillé à la suite de ma série EXIL. Et là, j'étais à Lampedusa. J'ai eu le sentiment de bien remplir ma vie, de bien la vivre à cet instant, en faisant la part de ce que j'avais choisi de laisser de côté. Un équilibre trouvé dans ce compromis.
      Et ce poème de Gullevic qui résume tout.
      Je suis passé, il n'y a pas très longtemps, photographier à nouveau sa maison natale.

      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  10. Comme une onde de choc dont le clapotis viendra heurter ma conscience pendant la journée... Lire un de tes billets n'est pas anodin et ton oeuvre m'accompagne.
    J'y reviens régulièrement, même si je ne laisse pas de message à chaque fois, n'ayant pas toujours les mots pour dire mon émotion.
    Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gine
      Merci Gine. Je ne suis pas un écrivain et n'ai jamais appris à écrire. ça se voit, disent certains. Mais je passe là-dessus puisque je n'ai pas la place dans ces cercles d'initiés. Il me reste ma vie, tant qu'on ne me la vole pas. Celle-là, je peux en parler dans mes billets et je ne vois pas comment, ils ne seraient pas inspirés de l'air du temps qui colore aussi ce que je fais. Il est plus important pour moi, d'être suivi par des personnes comme toi, ne cachant pas son émotion que par d'autres, me réclamant diplôme et autorisation pour écrire. Je suis très loin d'eux, de plus en plus loin, de plus en plus libre et là-dessus, il y a toujours à progresser. Voilà ce qui mêne ma vie d'homme simple, une quette de liberté, d'équilibre, de petits bonheurs partagés au jour le jour. ça remplit ma vie.
      Je te souhaite une très belle soirée et te dis à bientôt sur ton blog.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  11. Comme pour ne pas oublier les otages il faudrait peindre un calicot de manifestion avec ton "Aux rescapés de Lampedusa"pour penser à une solution d'aide...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. manouche
      Merci Manouche. C'est une très bonne idée et si quelqu'un veut l'appliquer, je cède volontiers tous les droits de cette photo. Je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  12. Very wonderful creations in the harmony of mother nature !!!
    Thank you Roger for sharing with us !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ART-TRAVELLER
      Merci à toi. L'harmonie avec la nature n'est pas évidente à trouver et reste ici, éphémère, toujours à retrouver au long du chemin.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  13. Géants de pierre, cairns, mandalas... autant de liens entre terre et ciel...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :)
      C'est vrai, je les nomme aussi mes traits d'union.
      Merci pour tes encouragements.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  14. Merci pour ce message d'espoir, pour ces spirales sans fin , ces formes géométriques où la fantaisie tient sa place.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss-Yves
      Merci à toi. J'avance sur ce chemin, sans plan de carrière, sans idées préconçues et je trouve que cette façon de faire laisse une grande place à la fantaisie du moment.
      Belle soirée en amitié.

      Roger

      Supprimer
  15. Et même si les autres plaisent, le dire, il y a de la fierté d'être nommé aux côtés de tant de belles oeuvres... Là, c'est la diagonale orange... On se relève un peu du col! Merci Monsieur!
    En escrime que j'ai pratiquée, on dit rassemblez, saluez!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chri
      Merci Christian. Je suis très touché de ton commentaire mais il faut relativiser un peu, ces dédicaces sont avant tout, marque d'amitié; reconnaissance aussi de ton propre travail ou engagement. C'est un partage humain.
      Tu m'as appris quelque chose sur l'escrime que je ne connais pas et qui est aussi un sport d'élégance, tout en étant de combat.
      Belle soirée
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
    2. Roger , je les prends comme telles et c'est encore plus fort!

      Supprimer
  16. Unas composiciones preciosas! un abrazo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dolors Reig Vilarrubla
      Merci Dolors. Très heureux de te retrouver là. Je vais passer bientôt chez toi.
      Je t'embrase.

      Roger

      Supprimer
  17. J'ai besoin de réconfort alors je suis venue admirer tes oeuvres pour me sentir mieux... MERCI Roger.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marité
      Merci Marité. Tu penses bien qu'un telle commentaire me comble et si cela peut te faire passer un moment agréable, tu reviens quand tu veux ici.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  18. Tant de beauté, tant de patience et d'Art...Coup de coeur pour "Toul Chignaned"
    Belle soirée Roger, merci pour toute cette beauté à contempler. J'aime la sérénité de tes photos, de ton blog, de tes messages.
    Amitiés,
    Nath.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nathanaëlle.
      Merci Nathanaëlle. Toul chignaned, c'est du breton et cela veut dire " le trou de la grenouille" car au moment de cette réalisation, j'assistais à un véritable concert de grenouilles dans la mare !
      merci de ta fidélité au Chemin.
      Je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  19. Bonsoir Roger. Je ne suis pas experte (ça tombe bien ;-)) mais j'aime beaucoup la présentation de cette page où les réalisations quasiment monochromes encadrent d'autres toutes en couleurs.
    J'ai ressenti énormément d'émotion devant ta "Terre d'espoir". C'est fou comme tu sais donner une âme aux pierres et j'ai l'impression d'entendre battre le coeur de ces personnages.
    Je t'embrasse bien amicalement Roger. Bonne fin de soirée à toi

    RépondreSupprimer
  20. Oxygène
    Merci Oxy,
    Je continue à travailler sur cette série commencée en 2005 et qui,malheureusement, est toujours alimentée par une actualité désastreuse.
    Je t'embrasse bien amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  21. ROger bonsoir
    tu sais ce que je fais avec mes pierres toi tu le fais avec ces superbes déco qui font rêver encore et encore et à chaque fois
    impossible de ne pas aimer et de ne pas partir loin et même très loin
    tout est si magnifique chez toi et si bien calculé
    Je t'embrasse for ROGER

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. France
      Merci France. C'est toujours un plaisir de te lire que ce soit ici ou sur ton blog que je suis régulièrement.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  22. Je vous ai découvert chez Olivier Violin et quel plaisir votre site, merci
    Amicalement
    Amandine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amandine Durez
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour votre commentaire.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  23. Aujourd'hui je te dirai juste que je suis venue avec mon petit fils de 6 ans qui aime avec moi admirer tes créations . Nous les avons regardé ensemble une fois et il n'a pas oublié .

    Bonne continuation et prend bien soin de toi .
    Bonne soirée ,je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte
      Merci Brigitte. J'ai longtemps travaillé avec l’éducation Nationale , de l'université aux maternelles et ce sont ces dernieres classes qui m'ont toujours le plus étonnées dans leur relation au land art.
      Je t'embrasse. Bises à ton petit fils.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  24. Bonjour Roger,
    Merci pour votre visite.
    Je découvre un art superbe, que je ne connaissais pas.
    Vos créations sont magnifiques et leur côté éphémère les rend d'autant plus poétiques.
    Amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Olivier Violin
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour votre commentaire. J'ajoute que conseille aux amateurs d'illustrations et d'quarelle, de visiter votre remarquable blog.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  25. roger, I take the time to spend a moment with each of your creations and as I do so I make a small sound to each, much like the small sounds I make when I am walking or driving and I come upon something ordinary and extraordinary like light or birds or trees, each made with care and precision.

    yesterday as james and I walked we saw a small and thin inukshuk erected on a steep bed of rock. how could I not think of you? and yes, I thought too of the necessary time and patience, forbearance of choosing rocks wisely. and the potential, always, of tumble. so it is that every threat or risk grants the greatest value:)))

    love)))

    xo
    erin

    RépondreSupprimer
  26. erin
    Merci Erin. Je vous croyais définitivement partie du Net et je suis heureux de vous retrouver. Heureux aussi que vous ne m'ayez pas totalement oublié ce que vous prouvez dans ce long commentaire qui me fait plaisir. J'aimais beaucoup votre travail de photographe et je vais retourner chez vous dès fois que vous y seriez apparue de nouveau.
    Je vous embrasse amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  27. Your work is for ever, you thrive with everything. Brilliant images, thanks Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bob Bushell
      Merci Bob. Merci pour ton regard de photographe exceptionnel sur mon travail.
      A bientôt, chez toi.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  28. Bonjour Ami
    Garder toujours cet espoir , ce désir sans fin de poursuivre est admirable avec en prime les pensées pour chacun
    Serais- tu un ange sur la grève ? placé là pour les âmes en errance ?
    Amicalement
    AA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. arlettart.
      Merce Arlette. Disons que ma conscience s'est réellement éveillée lorsque j'ai eu à côtoyer, pendant des années, e Normandie, des sans papiers, des demandeurs d'asile, venant du bout du monde, totalement démunis. J'ai pris conscience de ce drame pour certains. Mais pour Lampedusa, c'est autre chose. Il me semble que les images suffisent et tous ces morts que la mer engloutit dans le plus absolu anonymat. entendre en plus d'horribles politiques conseiller de les jeter tous à la mer. Comment ne pas réagir. Déjà en ne votant pas pour eux, demain.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  29. Réponses
    1. Amandine Durez
      Merci, Amandine.
      Ce fût un très beau dimanche de fête des mères en famille.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  30. “Passer entre le visible et l'invisible
    et trouver dans cet espace indéfini, la liberté de créer...”

    Roger, vous êtes un poète qui écrit ses vers avec des pierres, le vent, les graines ...

    Vous êtes un artiste. Votre travail me passionne. Je la trouve très belle. Et je suis également très intéressé par le processus créatif.

    La toile de votre travail est le paysage.

    Une belle hommage, Roger, pour les victimes oubliées de Lampedusa.

    Un beso,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tesa Medina
      Merci Tesa. Votre commentaire me touche beaucoup et m'encourage à continuer ce chemin de land art le plus longtemps possible.
      Je vous embrase bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  31. Family Stone (1) is again watching the sights.
    These images are so wonderful, that I don't wonder, why they want to look them once and once more.
    Have a nice sunday.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orvokki.
      Merci Orvokki. Je réponds avec retard à ton commentaire, mais je tiens à le faire, c'est un geste important pour moi.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  32. Réponses
    1. Amandine Durez.
      Merci Amandine. Ce Dimanche de la fête des mères se passa en famille avec enfants et petits enfants et de belle façon.
      A bientôt.

      Roger

      Supprimer
  33. regarder tes créations, écouter les pierres, rêver éveillée !
    c'est une joli chemin dans ce jardin de la vie !
    belle journée Roger
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MARTY
      Merci Marty. Rêver éveillé ne m'empêche nullement de voir le monde tel qu'il est mais cela me permet de ne pas sombrer dans la désespérance.
      Belle fin de semaine.

      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  34. ROGEr je viens te dire bonsoir et pas trop sur les blogs en se moment
    autre chose à essayer de régler pour mon fil
    et rien de simple encore rien de clair mais il faut y arriver
    J'espère que tu vas bien ROGER
    je t'embrasse d'ici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. France
      Les histoires d'ado sont rarement simples et je suis sûr que tu sauras trouver une solution pour lui et pour toi dans ce délicat passage.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  35. Roger, le roi de la boîte à bento naturelle... Tes "assiettes" colorées me ravissent...comme tout et comme toujours, d'ailleurs.
    Grosses bises d'Ep'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Epamine
      Merci Sylvie. peut-être devrais-je m'orienter vers l'ouverture du restaurant, j'aurais au moins une client en ta personne et une fois le repas pris, nous pourrions discuter entre amis.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  36. Tout est beau! je suis fan....bizz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gwendoline
      Merci Gwendoline. A chaque édition d'une nouvelle page, je me pose tellement de questions pour savoir si je dois montrer ceci ou cela car je montre peu par rapport à ce que je réalise. A vrai dire, je suis rarement satisfait d'un ensemble et quand tu me dis " tout est beau " je suis obligé d'être content, sans pour autant rester sur ce compliment. Je dois toujours chercher autre chose à inventer.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  37. Ohhhh!!!.. merci pour la dédicace .. Toutes les créations sont magnifiques .. mais la mienne est encore plus jolie .. ha .. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Minguez Corella.
      Tu le mérites amplement, Ana et c'est ma façon de répondre à ton superbe travail de photographe animalier.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  38. Dans l'ordre de mes préférences : "Terre d'espoir", "Éloge de la lenteur" , "Toul chignaned", "Rotation", "Boite à mémoires"....
    J'aime beaucoup le petit visiteur qui avait décidé de visiter ton oeuvre en toute quiétude !
    Belle continuation, Roger !
    Merci pour toute cette beauté que tu nous offres !

    RépondreSupprimer
  39. Fifi
    Merci à toi. Tu comprends que ce visiteur inattendu se promenant parmi les runes ait donné le titre à cette installation !
    Belle journée et à bientôt.
    Amicalement.
    Roger

    RépondreSupprimer
  40. Le côté caustique de ton présent billet, Roger, me réjouis à plusieurs titres. Car, en plus de m'amuser par sa pugnacité, il prouve que le moral de mon cher officiant auprès de Dame Nature tient bon la rampe. J'avoue humblement ne rien connaître des difficultés d'élaboration de cairns par grand vent et du chant des pierres, mais je les imagine très bien grâce à la relation que tu en fais. Et j'admire ta ténacité, ainsi que ta patience à aligner les petits éléments végétaux que tu emploies pour composer de si jolis tableaux dont la diversité m'enchante toujours. Sois donc remercié une nouvelle fois pour ton œuvre essentielle et vivifiante.
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  41. ROger bonjour et merci pour toute cette beauté que tu offres sans compter
    j'adore les premières créations en les regardant je me sens si légère et je suis partie très loin
    je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.